La Chronique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Chronique

Message  Primo le Jeu 29 Sep - 20:50

Voici un historique de la partie, rédigé sous forme de chronique racontant les aventures de nos deux héros Arcturus de Belegost et Philippe de Bénéjacq. Je 'nai pas tenu d'historique au jour le jour jusqu'à maintenant mais la partie n'a qu'environ 70h donc c'est encore assez frais pour en rendre compte de manière sûre. Passons sans plus attendre au récit.


Nous sommes en l'an de grâce 1173, dans la ville d'Alster, capitale du Notherland, petit royaume médian voisin de l'Evarran et de Felxir. Arcturus de Belegost est le cousin du roi (branche maternelle) d'Evarran et assure à ce titre la charge de capitaine-général de Béarnie pour le roi. Pendant ses temps de congé il poursuit néanmoins une quête personnelle qui est de marcher sur les traces de son grand-père Tybérias de Belegost en faisant tout d'abord jour sur sa vie et son histoire. Arcturus est donc en Alster à ce moment là dans le but de visiter la bibliothèque royale et d'y découvrir quelque manusrit intéressant. Philippe de Bénéjacq est le 3° fils du duc de Fuxée, puissant seigneur du sud-ouest de Mirados, voisin à l'Est de son ennemi traditionnel le comte d'Ermignac (car fidèle serviteur du roi et son bras armé dans le sud du royaume). Encore à l'Est se trouve le royaume d'Evarran et nottamment la vicomté de Béarnie qui ntretient aussi des rapports très difficiles avec son voisin miradossien d'Ermignac. Philippe se trouve au même moment à Alster, accompagnant son père le duc qui rend une visite au roi pour un "entretien secret".
Nos deux personnages se rencontrent dans l'artère principale de la ville. En effet le duc de Fuxée passe en grande pompe dans la rue principale, ce qui attire l'attention d'Arcturus. Il repère d'ailleurs un malandrin dérobant la bourse débordante de pièces d'or du duc. Sans hésiter c'est une balle blanche contondante qui part et atteint le voleur en pleine tête, l'étourdissant et le blessant. Un agicien vient de lancer un sort d'attaque, la garde rapprochée du duc se met en position de combat menée par Philippe, puissant chevalier à la masse à pointes, qui fait de son corps un rempart pour son père. Arcturus s'avance alors et se présente en ramassant la bourse et la tendant au duc. Celui-ci tire son épée, prêt à abattre le voleur mais renonce et le laisse s'enfuir. S'ensui des présentations cordiales pendant laquelle Arcturus se montre fort charmant devant le duc et se rendant "très amical" envers lui. Il est d'ailleurs invité en récompense à manger à la table du roi pour le soir avec les Bénéjacq, ce qu'il accepte volontiers. Le repas su soir est l'occasion pour nos deux personnages de faire plus ample connaissance et de lier amitié. Le lendemain, alors qu'ils sont encore ensemble, une émeute de grande importance éclate en ville. Nos deux personnages s'y rendent pour voir s'ils peuvent se montrer utiles. Des centaines de bourgeois sont dans la rue et attaquent les miliciens, harangués par des gens tenant un petit manuscrit noir et récitant des versets maudits. Un combat d'une grande intensité se produit, auquel nos deux amis participent et récupèrent un manuscrit tombé au sol. Arcturus découvre qu'il s'agit d'un livre faisant référence à Esthesos, démond de son état, et au royaume maudit de Baragorn qui fut le seul royaume chaotique à s'installer en médianie à la toute fin de l'antiquité. Il ya manifestement dans la ville une secte chaotique à l'oeuvre mais nos deux héros se disent que les forces de l'ordre auront bientôt la situation en main et se désintéressent de l'intrigue.
Arcturus, après avoir parcouru la bibliothèque, souhaite se rendre en Ascalon rencontrer son cousin le baron (branche paternelle) et parcourir la bibliothèque qui devrait détenir des informations capitales sur le début de la vie de Tybérias. Il propose le voyage à Philippe. Celui-ci, qui vient de terminer sa mission auprès de son père accepte, car il avait déjà l'intention de s'octroyer quelques temps d'aventures et de découvertes, n'ayant pour l'instant pas de responsabilité trop contraignante.
Nos deux héros se mettent en route quleques jours plus tard à destination d'Ascalon. Lorsqu'ils arrivent là-bas, ils découvrent la baronnie d'Ascalon en l'Etat qu'elle a toujours connu, étant une ancienne forteresse naine. Arcturus fait la rencontre de son cousin Thibault et établit avec lui des rapports amicaux. Il obtient l'accès à la bibliothèque et passe plusieurs jours le nez dans les manuscrits à la recherche du moindre indice. Pendant ce temps Philippe continue sa formation militaire en s'entraînant avec les soldats de la citadelle. Thibault d Belegost leur donne un peu plus tard une information capitale, en leur faisant savoir qu'en Ascalon se trouve le célèber Louis, brigadier du temps du royaume de Mélasurej et l'un des plus proches amis de Tybérias, ayant fait avec lui la première et la seconde croisade. Pour nos deux aventuriers c'est une nouvelle inouïe et une chance extraordianire que de pouvoir rencontrer un héros aussi fameux. IL est désormais très vieux et approche de ses cent ans. Nos deux amis se mettent en route directement pour aller à sa rencontre, sahcant qu'il vit près du petit bourg de Berbasse, un peu au nord de la ville d'Ascalon. Les deux héros savent que Louis d'Ascalon en tant que brigadier maitrise le pouvoir et malgré ses cent ans ont pour lui un respect emreint de solennité. Le vieillard les acceuille dans sa modeste demeure de pierre qui regorge pourtant d'artefacts les plus divers dont certains d'une puissance et d'un raffinement sans bornes. Il est heureux de rencontrer le petit-fils de son ancien capitaine et ami et lui livre un récit vivant et empli d'émotion (les larmes lui monteront au visage) de l'époque des croisades et de ses aventures aux côtés de Tybérias. Arcturus prend bonne note de tout cela et notre équiep se retire après avoir passé une nuit à discuter avec le vieil homme.
Ils décident alors de se rendrent à Valefort, capitale de Felxir, afin de poursuivre les recherches qui avancent bon train. Le voyage dure quelques semaines. Lorsqu'ils arrivent dans la capitale celle-ci est en ébullition et des milliers d'hommes d'armes sont présents. C'est totalement inatendu pour nos deux personnages qui restent interloqués devant tant d'agitation. Ils se présentent alors au palais du roi et demandent un entretien avec un diplomate afin d'être informés sur la situation. Ils apprennent alors que Felxir se prépare à la guerre contre son voisin le comte de Miranois (vassal du roi de Mirados). En effet le comte de Miranois, sous prétexte de livrer la guerre aux peaux-vertes sur le Limès, s'est approprié plusieurs enclaves felxiroises et y a établi sa souveraineté. Après l'échec de plusieurs tentatives de conciliation de la part de Felxir, ceux-ci se préparent à envahir le Miranois à la tête de plusde 20 000 hommes! Nos deux héros n'en reviennent pas et réfléchissent tout de suite aux imlications que cela aura sur le royaume d'Evarran, situé directement au sud des deux royaumes belligérants. Arcturus décide alors de rentrer en catastrophe à Ulite, capitale du royaume d'Evarran afin d'en informer le roi et de décider d'une position à tenir sur cette sitruation. Il y invite Philippe qui de là ne sera pas loin de la Fuxée où il devra renter si le roi de Mirados lève le ban de tous ses vassaux, dont le duc de Fuxée.

Le temps du voyage est un temps de réflexion pour Arcturus qui en politique déjà aguerri planifie une stratégie. Il en fait part au roi Charles à son arrivée ainsi qu'à Philippe dans un conseil secret. Voila son idée: On sait que l'armée de Felxir est extrêmement puissante et a une chance de s'emparer du comté de Miranois en battant le Mirados. De toutes les façons un affrontement frontal entre ces deux puissances créera une fenêtre d'action dans le sud du royaume à l'abri du regard du roi de Mirados. Arcturus propose alors tout bonnement de se débarasser du comté d'Ermignac qui depuis toujours est une épine dans le pied à la fois de l'Evarran mais aussi de la Fuxée. Il planifie une invasion de l'Ermignac par les forces coalisées d'Evarran et de Fuxée. Cela implique une félonie du coté de la Fuxée qui trahirait son roi et s'attaquerait ilégalement à son voisin d'Ermignac dans un contexte général difficile pour le Mirados. Arcturus propose alors au roi d'intégrer à ce moment là la Fuxée dans le royaume d'Evarran, en leur offrant la moitié des territoires conquis pour prix de leur aide, et en les maintenant duc dans le royaume d'Evarran avec toutes leurs prérogatives et une promesse d'autonomie élargie. Le plan intéresse le roi Charles qui délègue Arcturus comme ambassadeur de l'Evarran pour porter et défendre le message devant le duc de Fuxée avec qui on l'a déjà dit pkus haut Arcturus avait noué des relations très amicales. Philippe pour sa part est tiraillé entre sa fidélité pour son suzerain traditionnel le roi de Mirados et l'intêret flagrant qu'il y a pour la Fuxée à marcher dans ce plan. Il préfère attendre la décision du duc son père avant de se prononcer.
Nos deux amis se mettent donc en route pour le duché de Fuxée en Mirados en traversant pour cela l'Ermignac. Arcturus est tràs bien acceuilli à Fux, capitale du duché, par Robert le duc. Philippe est enfin chez lui et retrouve son frère aîné Jacques, héritier du duché et déjà évidemment actif dans les affaires pour son père qui se fait vieux. Arcturus expose son planc au duc et remporte un vif succès. L'epédition est décidée et Arcturus repart en Evarran avec la promesse de 6 000 hommes fuxéens pour l'invasion de l'Ermaginac, menés par Jacques lui même, secondé par Philippe à la tête des chevaliers. Le rendez-vous est pris en Vasconie au sud de l'Ermignac, province montagneuse et accidentée appartenant à l'Evarran et qui permettra une approche discrète du comté d'Ermignac. Le roi est ravi du succès diplomatique d'Artucrus et lève une armée de 10 000 hommes qu'il conduira lui même, secondé par son connétable, le chevalier de Monjuis. Arcturus sera pour sa part à la tête de ses 2000 hommes de Béarnie. Les deux armées font jonction à la date prévue et s'apprêtent à envahir l'Ermignac. Nous sommes au début de l'été 1173.

avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Ven 30 Sep - 13:02

C'est donc depuis la ville de Pamplone que les deux armées coalisées fondent sur l'Ermignac. Avant d'atteindre le coeur du comté et sa capitale de Lestore il faudra d'abord prendre des forteresses bien gardées sur la route. Le gros de l'armée dirigé par Charles d'Evarran prend directement la route d'Orlon tandis que les troupes de Fuxée plus celle de Béarnie avec Arcturus partent asiéger la ville de Nomère. L'armée est commandée par Jacques de Fuxée secondé par son cadet Philippe, le plan est orchestré par Arcturus. Les portes sont bientôt forcées à coup de trébuchets, mangonneaux et autres scorpions et s'en suit une bataille sanglante dans les rues de Nomère. Les chevaliers de Fuxe paient un lourd tribut dans la bataille car ayant chargé les premiers ils reçoivent la plupart des coups. Jacques lui-même est touché et s'écroule avec une blessure mortelle au tronc. Philippe réussit à prévenir Arcturus qui parvient à le sauver in extrémis en alliant sort de guérison et chirurgie classique. La bataille est un franc succès. On fait des prisonniers qui seront envoyés en lieu sûr en Vasconie, on laisse des garnisons pour tenir la ville et l'armée se remet en marche pour rejoindre le gros des troupes à Orlon. Jacques de Fuxée mortellement blessé passe le commandement à son frère Philippe et rentre en Fuxée pour guérir.
Lorsque la ville d'Orlon est en vue, on apprend que le comte d'Ermignac lui-même se dirige à marche forcée avec plus de 4000 hommes d'armes vers Orlon afin de la défendre et de vérouiller l'accès à sa capitale de Lestore. Les chefs évarranais tiennent alors conseil et il est décidé d'ouvrir un front en avance de phase par le biais de la cavalerie qui viendra couper la route à l'armée de secours du comte pendant que le gros de l'armée évarranaise poursuivra saa progression en direction d'Orlon. Toute la cavalerie monte en selle, il y a près de 2000 hommes. Les vascons seront aussi de la partie, ils sont au nombre de 950 et sont habitués des longues courses et du déplacement rapide. Le contingent se divise en deux pour ouvrir un front contre l'Ermignac et prendre à revers les troupes avec le deuxième contingent. Dou coté du front ouvert il y a toute la cavalerie d'Evarran menée par son connétable le chevalier de Monjuis ainsi que ce qu'il reste de la cavelrie de Fuxée menéepar Philippe de Bénéjacq. De l'autre côté il y a la cavalerie de Béarnie menée par Arcturus ainsi que les vascons menés par leur chef traditionnel Patxi. Les toupes montées arrivent rapidement sur place et la bataille commence. Les troupes d'Ermignac font face, haranguées de manière spectaculaire par leur comte. La charge évarano-fuxéeenne est brisée dès les premiers instants de combat et s'engage un combat très difficile. Au même moment les vascons fondent sur l'ennemi à revers avec les cavaliers de Béarnie. Les vascons donnetn un peu d'air à leurs alliés en effectuant une charge très puissante. Mais très vite la situation se retourne dramatiquement et tous les vascons sont anihilés. Les cavaliers tiennent bon mais n'infligent pas assez de pertes et la bataille risque de mal tourner. Arctrurus et Philippe ont repérél le comte qui combat comme un lion. IL est clair désormais que celui-ci maîtrise le pouvoir, et à un niveau bien supérieur au leur. Philippe essaie de l'intercepter mais il tombe sur le général du comte qui a lui aussi le pouvoir. Ils engagnet un combat interminable pendant lequel aucun des deux ne peux prendre le dessus sur l'autre. Arcturus se fraye un chemin de la même manière, élimine ses ennemis, et arrive à portée de sort du comte. IL commence à lui envoyer des missiles magiques sans s'arrêter et en utilisant tout son pouvoir. Il est protégé par des chevaliers mais des hommes d'Ermignac parviennent à l'atteindre. Faisan fi de tout cela il continue son travial et le comte finit par s'effondrer sous les coups sans avoir pu attiendre sa cible. Le comte mort, nos deux amis jettent un oeil sur la bataille qui décidément ne tourne pas à leur avantage. Ils sonnent alors la retraite. Les cavaliers arrivent relativement bien à se sortir de la élée grâce à leurs montures. Le contingent retrouve alors le roi d'Evarran et lui rend compte de la mort du comte. Arcturus n'est pas au comble de la joie car il sent la responsabilité de cette campagne sur ses épaules et désormais il est cleui qui a tué le comte d'Ermignac. Malgré tout c'est une victoire et les troupes coalisées s'emprent de Nomère.
Après quelques jours de repos l'armée décide de se remettre en marche, cette fois vers Lestore, en sachant que les principales défenses du comté sont désormais derrière eux. La bataille d'Orlon a eu lieu le 09 juin et le 12 juin se porte au devant de nos amis le fils du feu comte d'Ermignac, Hector, venant donner la rédition de l'Ermignac et se rendre à ses ennemis. Le roi Charles d'Evarran en prend acte et fait captif le jeune Hector qui est envoyé sous bonne garde en Vasconie et traité selon son rang. L'armée s'installe un temps à Lestore. Le comté d'Ermignac est désormais envahi et sous domination évarranaise. Mais Arcturus et Philippe s'inquiètent de la situation du coté de Felxor. ILs savent que si Felxir échoue ils auront bientôt le roi de Mirados à leur porte venant leur demander des comptes avec toute son armée.
Arrive alors à Nomère un ambassadeur elfe sylvain venant de la fôret de Brognart au sud du comté, dans les contreforts des Pyrénides. Il vient inviter les nouveaux chefs d'Ermignac à rendre visite à leur tribu comme cela sefait apparement à chaque fois que le pouvoir humain change dans la région. L'offre est acceptée par le roi mais il est mis en garde par Arcturus contre un possible traquenard et l roi décide plutôt de l'envoyer avec Philippe quand il sera temps. En attendant les principaux chefs retournent à Ulite pour déterminer la suite des opérations.
Ils arrivent au début juillet à Ulite et le 16 s'ouvre une grande cérémonie pendant laquelle le roi prend officiellement possession de l'Ermignac. Le duc de Fuxée Robert est présent, et prête serment de fidélité au roi d'Evarran. En retour, ce dernier lui offre la moitié des territoires conquis comme cela avait été promis, ainsi que la garantie d'être maintenu dans tous ses anciens droits. Il lui offre aussi pklusieurs chevaux de la meilleure qualité. A philippe quia mené les troupes de Fuxée après que son frère fut mortellement blessé le roi offre des bottes magiques d'équitation donnan un bonus de +3. A Arcturus qui a mené cette campagne depuis ses origines et qui a défait le comte d'Ermignac le rtoi remet l'épe de connétable du royaume. La charge est lourde de sens et l'épée est un très bel objet de qualité supérieure runée avec une capacité spéciale d'imparable niveau 6.
Après cette cérémonie fastueuse à Ulite nos deux héros se mettent en route vers Valefort afin d'en savoir plus sur la situation au nord du pays. Ils arrivent au début d'aout dans la région de Valefort et apprennent avecl a plus grande stupéfaction que non seulement les felxirois ont été repoussés, mais qu'ne plus la capitale est assiégée! Ils apprennent aussi que le roi s'est réfugié un peu à l'arrière des lignes dans les ville fortifiée de Monsson. Nos deux héros s'y rendent et obtiennent une entrevue secrète avec le roi. Celui-ci est aux abois et demande l'aide de l'Evarran. Une phase de tractations s'ouvre pendant laquelle Arcturus négocie les avantages qui reviendraient à l'Evarran de se porter au secour de Felxir. Le roi leur promet la cession des Etats Felxirois de Birkanie, conquis lors de la première croisade, si ils parviennent à briser le siège de Valefort. C'est avec cette promesse que nos deux ambassadeurs repartent vers Ulite afin de porter ce message au roi Charles.
De retour à Ulite un conseil se tient avec le roi. Après une très longue discussion, Charles décide de restrer sur ses positions et de préserver son succès de l'Eté sur l'Ermignac. Un message de fin de non recevoir est envoyé au roi de Felxir. Arcturus fait alors une révision des troupes disponibles en Evarran et les masse sur la frontière nord au cas d'une tentative belliqueuse d la part du Mirados. A partir de là il ne reste plus qu'à attendre et à suivre de près l'évolution des choses. Arcturus et Philippe ont au travers de cette campagne noué une amitié très forte et décident de profiter de ce temps de répit pour voyager ensemble. Arcturus a pour projet de se rendre en birkanie, toujours sur les pas de Tybérias. Philippe décide de l'accompagner. Ils promettent d'abord au roi de se rendre à Brognart et d'y effectuer une visite officielle en son nom. Nous sommes mi août, au plein coeur de l'été.
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Ven 30 Sep - 18:25

Arcturus et Philippe partent vers le sud est, en direction de la foêt de Brognart. Ils ont avec eux une escorte de quelques chevaliers qui seront chargés de transmettre le compte rendu de la session diplomatique avec les elfes. Le voyage dure quelques jours au cours de l'un desquels ils font la rencontre d'un jeune paysan du nom de Jean. Celui-ci a un parler rustique et sans manière et nos amis s'apprêtent à l'expédier illico, mai le jeune homme ne se démonte pas et s'avance vers eux: "Alors c'est la réunion des grands posseux?" Nos deux amis en restent interloqués et engagent la conversation. Le jeune homme a 18 ans et s'appelle Jean, il vient de Nomère, il était paysan, et son surnom est "Jeannot l'embrouille". Nos deux héros ne savent pas encore à qui ils à faire et les manières dénuées de charme du jeune homme les incline à le repousser mais celui-ci insiste et attire leur attention sur un étrange lieu connu de lui seul et où l'on pourrait récolter pouvoir et richesses du nom des "Cryptes". Les deux chevaliers restent bien stupéfaits et demandent au jeune homme de les y conduire dès que cela sera possible. Jean accepte et intègre l'escouade. L'équipe poursuit son chemin et est attaquée une nuit par des assassins elfe noirs appartenant à la main de Voldomin. L'équipe les repousse mais découvre sur l'un d'entre une liste où plusieurs noms apparaissent, dont les leurs. C'est bien interloqués qu'ils pousuivent leur route les jours suivants.
L'équipe atteint à la fin aout la forêt de Brognart où réside la communauté sylvaine. Ces derniers semblaient entretenir avec les humains d'Ermignac des relations courtoises par le passé, bien qu'extrêmement limitées. Nos amis s'enfoncent dans la forêt et sont bientôt arrêtés par des gardes qu'ils n'avaient même pas aperçu. Arcturus se présente en Evarranais, langue que maîtrise le garde elfique en face de lui. Arcturus et Philippe en leur qualité d'ambassadeurs sont conviés seuls à pénétrer plus avant dans les bois. Les autres devront les attendre dans une clairière prévue à cet effet.
Les deux chevaliers atteignent le coeur de la fôret et découvrent le village elfique, tout en élégance et construit pour la majeure partie dans le domaine aérien à la cime des arbres. Ils sont reçus par la vénérable, un elfe extrêmement agé. La conversation est cordiale et Arcturus annonce au vénérable que désormais la fôret de Brognart fait partie du royaume d'Evarran. Les relations que les humains et les elfes échangeaint par le passé ne sont pas modifiées et Arcturus s'engage au nom de l'Evarran à repsecter cette communauté et à ne porter atteinte d'aucune manière à la foret de Brognart. Le vénérable en est très content et l'ambiance se relâche. Le vénérable annonce aux deux ambassadeurs que la coutume veut qu'il y ait un tournoi amical avec les meilleurs guerriers de la tribu pour démontrer sa valeur. Le sdeux chevaliers acceptent et son conviés à y participer le lendemain. Le soir le village est en fête. Arcturus en profite pour s'adonner à la séduction, qui est depuis toujours son vice le plus secret. Il parvient à séduire une elfe et dans l'espoir d'aller plus loin séloigne avec elle sous les arbres. C'est là que surgit une manticore montée par un elfe noir. La jeune elfe s'enfuit pendant qu'Arcturus incante un sortilège de magie de lumière. Cela fait e gros dégâts à la manticore qui ploie sous la gravité de la blessure. Sur ces entrefaites accourent Philippe et Jean. D'autres elfes noirs sortent des bosquets et passent à l'attaque. Les sortilèges de lumière sont très efficaces contre les assassins, et la mique de Fuxée tournoie sous la lune. Une fois le combat remporté ils reviennent au village prêts à poser des questions. C'est alors que se présente à eux Constant, un humain, qui était hebergé dans le village depuis quelques jours. Il se présente sous le nom de Constant de Hentenberg, moine-chevalier de la Sainte Garde. Il est poursuivi par les assassins de Voldomin pour le prix de sa foi qui semble très profonde. Lui aussi maîtrise le pouvoir, et n'en a plus sur lui d'ailleurs dû à un combat désespéré contre les assassins quelques jours avant. Arcturus se présente en tant que petit-fils du fondateur de la Sainte Garde Tybérias de Belegost et expose au moine chevalier l'état de ses recherches. L'équipe propose à Constant de les accompagner en lieu sûr hors de Brognart et se lamentent de l'avoir rencontré pour qu'il leur apporte la main de Voldomin en présent de bienvenue.
Pendant les jours suivants le tournoi a lieu et nos deux amis remportent la plupart de leurs combats. Le vénérable se montres très intéressé par la magie qu'utilise Arcturus et lui demande si il serait possible de l'enseigner aux elfes de Brognart. Arcturus accepte l'idée et demande à voir les jeunes elfes étudiants en arts magiques. On lui présente Inöe jeune elfe surdoué des arts runiques et étudiant en magie d'eau et neutre. Arcturus accepte de la prendre comme apprenti mais préviens très fortement le vénérable que si le jeune elfe le suit sa vie frôlera la mort de très près. Arcturus à comme idée en tête d'amener Inöe dans les cryptes pour le faire progresser très rapidement aussi même si ce dernier n'a pas le pouvoir. L vénérable prend quelques temps pour y réfléchir. Sur la fin du séjour, le vénérable qui est satisfait des relations de cordialité établies entre les humains et les elfes propose ) nos deux ambassadeurs de bénéficier d'un cadeau très précieux et très rare, celui de l'art runique. Le shaman est en effet très compétent et peut réaliser des tatouages magiques donnant un bonus de +3 dans n'importe quelle compétence. Philippe passe le premier et choisit la compétence pouvoir. Arcturus passe après lui et aprèsun long temps de reflexion opte pour la compétence jeux.
C'est ainsi qu'Arcturus, Philippe, Constant, et Inöe rejoignent Jean. les chevaliers sont chargés de la missive et repartent pour Ulite. A ce moment, Jean prend la direction des opérations et mène le groupe vers le labyrinthe secret que lui seul semble connaitre. Celui-ci se trouverait selon ses dires plus loin dans les Pyrénides. Ils marchent quelques jours pendant lesquels Philippe, qui a une très bonne vue, aide jean dans le travail d'orientation. Ils arrivent début septembre dans la zone que reconnaît Jean. ILs passent non loin pendant leur trajet d'une forteresse naine qui emble assiégée par des peaux-vertes. Arcturus est fort surpris de découvrir à la fois des elfes et des nains dans des montagnes qu'il connaît pourtant depuis l'enfance. Nos 5 aventuriers atteignent enfin leur destination et Jean leur présente fièrement sa trouvaille. Une gigantesque tête de dragon béante, faite de pierre et dissimulée très habilement par maints lichens et lierres grimpants. Arcuturs et Philippe sont très surpris de découvrir que Jean n'avait pas menti et leur intêret pour ce labyrinthe est désormais des plus vifs. Les 5 personnes entrent dans le tunnel et avancent jusqu'à un petit cercle de téléportation qui s'imrègne d'une lueur diffuse lorsqu'ils posent le pied dessus. Une voix venue de nulle part résonne alors dans l'étroit couloir: "Messieurs, voulez-vous entrer au niveau -1 des cryptes?"
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Sam 1 Oct - 1:58

L'équipe, prête à parer à toute éventualité est téléportée dans la première salle du niveau -1. Les salles comportent maints ennemis et rapporte beaucoup de richesses à l'équipe qui grâce aux talents de Jeannot l'embrouille dévérouille rous les coffres disséminés dans les niveaux. Inöe n'a pas le pouvoir est reste en retrait de l'équipe qui s'occupe des combats et de la détection des pièges. Nos aventuriers avancent ainsi jusqu'au niveau -3 où ils décident de sortir, à court de pouvoir, et Inöe ayant reçu une blessure grave à la tête. Ils restent pendant 18 jours à l'extérieur dans un campement dressé de manière improvisée le temps qu'Inöe se remtte de ses blessures. Arcuturus selon son habitude passe un très large partie de son temps à étudier. Philippe quand à lui entretient son physique en faisant tous lesj ours plusieurs heures de levage et s'entraînant à différentes techniques de combat. Lorsqu'Inöe est remis, les aventuriers rentrent à nouveau dans les cryptes et effectuent cette fois les niveaux -4 et -5. Incroyable, Inöe est toujours des leurs! C'est en effet très abîmés qu'ils rejoignent la sortie du niveau -5. Mais l'objectif principal est atteint, Inöe est arrivé sain et sauf jusque là. Le pouvoir récompense largement les performances de nos héros et récompense particulièrement Inöe en se penchant sur lui lorsque celui-ci s'abreuve à la fontaine du village sur le conseil des miliciens. Car nos aventuriers se trouvent désormais dans une sorte de petit village constitué d'une tour que l'on appelle "Longchamp". Elle semble se trouve hors de toute réalité, ou plutôt dans une autre réalité. Les personnages découvrent les services de la tour et son système de fonctionnement. Ils ont récolté un bon trésor et ils n'hésitent pas à le dépenser en équipements magiques et autres pièces d'armure de qualité exceptionnelle. Ils prennent une auberge pour passer quelques jours à découvrir cet endroit surprenant.
C'est le 05 octobre qu'ils font la rencontre d'un personnage tout à fait inattendu. Arcturus est en train de faire des emplettes lorsqu'il aperçoie un demi-elfe d'âge mur à l'armure resplendissante et aux équipements à la qualité inédite, dont l'aussi rare que fameux mithanil. Celui-ci est différent de tous les habitants traditionnels du village. Il est accompagné d'une elfe à la beauté spectaculaire et aux vêtements tout en élégance. Arcutrus dont l'intêret est piqué au vif s'avance à leur rencontre. Il se présente et en retour le demi-elfe décline son identité. Il s'agit de Minas III, roi de Gîl-Aron, frontalier à l'Ouest de l'Evarran, et de sa femme la reine. Minas explique qu'il maîtrise le pouvoir, à un niveau bien supérieur à celui de nos deux aventuriers d'ailleurs et qu'il amène sa femme dans les cryptes afn de lui faire don du pouvoir. Arcturus répond que c'est exactement ce qu'il vient d'accomplir pour son jeune apprenti elfe et ce point commun permet de nouer des relations cordiales. Minas avoue être niveau -8. Arcturus qui se montre très charmant propose un repas à ses frais à la meilleure taverne du village pour le roi et sa femme, ce qu'il acceptent volontiers.
Le soir Arcturus,Philippe, Constant, Jean, Inöe, Minas et la reine sont attablés dans une piève qu'à fai réserver Arcturus avec des musiciens pour les divertir. Le dîner se passe très courtoisement et Arcturus propose au roi de faire avec eux un niveau -6 afin de lier plus ample amitié. Le roi accepte l'offre et rendez-vous est pris pour le lendemain. IL se passe néanmoins quelque chose de fort surprenant, Constant, qui est assis directement à côté d'Arcturus qu'il vient d'apercevoir Jean glissant sa main dans la poche de la reine afin de lui dérober quelque chose. Arcturus ne peut accepter un crime de lèse-majesté sur des amis tout récemment frais et se lève d'un bond en projettant une balle d'énergie blanche en plein sur Jean qui est grièvmeent blessé au tronc. Arcturus ramasse le mouchoir que Jean essayaot de voler et présente de plates excuses au roi pour cet outrage en promettant de châtier comme il se doit le coupable et en faisant la requête de ne pas abattre Jean pour cet acte. Celui-ci est amené parl a milice dans les geôles du village en attente d'une décision d'Arcturus. Le dîner se termine sur cette note négative.
Le lendemain matin Philippe et Arcturus se rendent auprès de Jean. Arcturus le menace de mort à la prochaine action de ce genre et demande à Jean pourquoi il devrait l'épargner après avoir essayé de voler une reine. Jean avoue avoir une maladie par rapport au vol depuis sa jeune adolescence et promet de s'amender en se confiant à Tharès. IL se booste en foi sous les yeux de nos deux amis et promet de commencer un e thérapie pour se soigner avec COnstant qui possède des talents de fin psychologue. Arcturus et Philippe sont satisfaits de cette décision et décident de lui laisser une chance. C'est donc tous ensemble qu'ils entrent dans le niveau -6 avec Minas III. Celui-ci se révèle un combattant extraordinaire et complémenté par les sortilèges d'Arcturus, le noiveau est rapidement accompli. Grâce à Jean encore une fois, tous les coffres sont ouverts et l'équipe s'enrichit une nouvelle fois.
A la sortie du niveau MInas annonce offrir sa part de butin à l'équipe ce qui le révèle grand seigneur. Arcturus et lui ont un entretien politique pendant lequel ils se promettent alliance mutuelle et défense contre les ennemis de l'un ou de l'autre (on sait comme l'Evarran est à ce moment menacé par le mIrados). En remerciement de cette promesse, Arcturus promet au roi de se mettre à son service pendant un temps afin de s'occuper des assassins de Voldomin qui sont à l'action en Gîl-Aron aussi. L'équipe compte plusieurs membres, et en premier lieu Constant, qui veulent en découdre avec ces maudits assassins.
L'équipe reste alors quelques temps de plus dans les cryptes et Arcturus aquiert les ingrédients nécessaires à l'enchantement d'objets qu'il réalise à l'aide de ses propres sorts de magie bénéfique. Il reçoit d'ailleurs une avance de 4500 cryptos de la part de Philippe. Les autres membres de l'équipe achètent encor des objets enchantés ainsi que des potions de guérison. Ils restent quelques temps dans la tour car ici Arcturus a accès à des grimoires de niveau -6 qu'il ne possède pas encore, niveau qu'il vient récemment d'acquérir. IL en prfotie donc pour passer du temps à étudier quelques sorts.
C'est finalement le 28 octobre que 'équipe sort des cryptes avec comme intention de rentrer à Ulite porter la bonne nouvelle des négociations avec Minas III au roi Charles. Ils prévoient néanmoins de rendre aussi une visite officielle aux nains qui étaient assiégés lors de leur dernier passage dans la région.
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Dim 2 Oct - 16:47

C'est le 28 octobre que nos ennemis se mettent en route. Ils reviennent bientôt dans la zone où ils avaient aperçu la forteresse à l'aller. Lorsqu'ils arrivent sur les lieux il n'y a plus de traces de la bataille avec les peaux-vertes qui semblent avoir été repoussées avec un franc succès. Arcturus et Philippe se présentent en tant qu'ambassadeurs de l'Evarran et demandent une entrevue avec le chef de la colonie. On leur ouvre les portes de la forteresse de Pyras, qu'ils découvrent avec admiration au fil des salles qui leur sont données à voir. Ils rencontrent bientôt celui qu'oin appelle "l'Ancien", un nain plus qu'âgé qui les salue bien courtoisement se présentant sous le nom de "Dwargïr". La discussion est cordiale et on échange les nouvelles des deux contrées. L'équipe est invitée au dîner du soir pendant lequel Dwargïr expose à Arcturus les problèmes de Pyras, notamment celui concernant la guerre avec leurs maudits cousins les Dvergars, engagée il y a déjà plusieurs décennies. La description de cette guerre de tunnel intraitable fait froid dans le dos à nos mais et Arcturus, fier de sa compétence stratégique et u tatouage magique gravé à Brogniart, propose à Dwargïr son aide en matière de stratégie militaire. Le nain semble interssé et lui propose alors un défi de stratégie autour d'un jeu de sa conception qu'il a nommé "Warhammer".
Arcturus accepte et commence confiant sa première partie contre le nain. Le reste de l'équipe profite de la soirée pendant qu'Arcturus s'isole avec Dawrgïr dans un petit bureau attenant. Arcturus découvre bien vite et avec surprise le très grand talent du nain qui le no-match pendant 8 parties d'affilée. A ce niveau ça ne peut plus être de la chance et même si la neuxième partie est remportée par Arcturus sur un mouvement totalement critique de Dwargïr, la dixième partie est semblable à ses précédentes et se solde par une écrasante victoire du nain. Arcturus s'est accroché et ils ont joué toute la nuit. Au petit matin Arcturus admet humblement sa défaite et félicite le nain pour son remarquable skill. Celui-ci lui avoue maîtrsier la compétence jeux au huitième pdc. Arctrurus en est bouche bée et annonce au nain que le conflit qui l'oppose aux Dvergars dépasse clairement la limite de ses capacités et s'excuse de ne pouvoir intervenir en faveur de la colonie de Pyras. Dwargïr malgré son écrasante supériorité essaie tout de même d'obtenir l'aide du stratège humain mais sans suucès.
Notre équipe quitte donc Pyras le lendemain, et se met en route vers Brognart où ils ont laissé leurs chevaux. Ce n'est que dix jours plus tard qu'ils atteignent le bois elfique, après s'être perdus en chemin. ils passent une soirée avec les elfes sylvains. Inöe revient en héros et fort de sa maîtrise du pouvoir. Philippe, qui a lié amitié avec le chaman tatoueur magique de la tribu, le retrouve dans sa hutte et participe à une séance de transe spirituelle pendant laquelle il fume plusieurs stupéfiants avec e shaman. Arctrurus quand à lui s'éclipse car il sent monter en lui cette irrépressible pulsion quil'étreint régulièrement. Il se met en chasse d'une elfe qu'il pourrait essayer de séduire. Ce qu'aime Arcturus dans la séduction, c'est le fait de posséder entièrement quelqu'un, de tout lui prendre. Lorsque cela est fait il est généralement calmé et heureux. C'est dans cet état d'esprit qu'il s trouve ce soir là lorsqu'il croise le chemin d'une elfe magnifique. Il engage ausstôt la conversation et il est en veine ce soir car il parvient à séduire totalement la jeune femme. Celle-ci l'invite chez lui et Arcturus peut satisfaire pleinement sa tare.
Le jour se lève à nouveau sur Brognart et l'équipe se réunit afin de reprendre la route. Constant jette un oeil sévère sur Arcturus car en fin psychologue il a saisi les failles morales de son ami. Néanmoins nos amis se mettent en route et atteignent Ulite le 15 novembre.
Ils y apprennent que le roi de Mirados organise le tournoi médium de Nélestir en avance cette année, qui se tiendra comme régulièrement dans le duché d'Ollion juste au nord de l'Evarran, afin de fêter la victoire sur Felxir de cet été. Nos amis sont otut de suite emballés par le fait de pouvoir démontrer l'étendue de leurs capacités et rêvent dep ouvoir humilier le roi de mirados par le biais du tournoi. Ils disposent de 42 jours avant le départ vers Nelestir. Arctrurus en tant que connétable d'Evarran est capitaine de la délégation du royaume et en tant que tel choisit tout de suite Philippe pour champion. Il demande ensuite au roi de lui conseiller une sélection des meilleurs chevaliers du royaume. Lorsqu'ils se présentent, leur épreuve à chacun est d'affronter Philippe dans un duel à la blessure. Les chevaliers passent les uns après les autres. La plupart sont éliminés mais quelques uns parviennent à blesser Philippe. Ils sont au nombre de 4 et sont choisis pour représenter dans la délégation l'Evarran à Nelestir. Pendant tous ces combats Arcturus soigne les blessés avec des sorts de guérison très puissants appris récemment. Pendant un mois et demi nos amis restent à Ulite pour préparer le tournoi qui approche et s'entraînent beaucoup afin de représenter au plus haut les couleurs d'un royaume d'Evarran présent sur la scène médiane.
C'est forts de cette préparation et d'une délegation menée par Arcturus qui compte Philippe de Bénajacq et les chevaliers du royaume mais aussi Constant de Hentenberg et Jean de Nomère qu'ils se mettent en route vers la capitale de l'Ollion, la vile de Nélestir, afin de participer au tournoi en espérant infliger une gifle au roi de Mirados et en lui montrant que l'Evarran ne sera pas un pays à attaquer dans les années qui viennent. Ils sont donc très excités mais aussi très concentrés à l'idée de se frotter pour la première fois à des adversaires coutumiers des tournois et préparés comme eux à cela.
C'est le 08 janvier 1175 qu'ils atteignent Nélestir. Ils installent le campement de l'Evarran à l'extérieur de la ville sur une vaste étendue prévue à cet effet. Leur campement est proche de celui de Khypris qui est apprement venue participer aux festivités. On sait que l'île de LHypris appartenait au royaume muslim d'Al-Aztaban mais elle fut conquise par la Saine Garde menée par Tybrias de Belegost pendant la seconde croisade. L'île fut ensuite rattachée au royaume de Mélasurej lorsue Tybérias en devint roi. A la chute de celui-ci, et à la spoliation du trône par Guy I° du Gozier, l'île de Khypris qui était dirigé par un des brigadiers les plus fidèles de Tybérias en tant que duc de Nikopol, la capitale, fit sécession et proclama l'indépendance de l'île. Louis de Rasmor, le célèbre brigadier et ami de Tybérias fit à ce moment de Khypris un petit royaume tharésien aux avant postes de la Terre Sainte.
Arcturus est donc évidemment très agréablement surpris de touver cette banière non loin et vient bientôt se présenter à eux. Il est très courtoisement acceuilli en tant que petit-fils de Tybérias et prétendant au trône de Mélasurej par des chevaliers au tient hâlé, au regard rempli de l'expéreince du combat et aux coutumes un peu différentes de celles des médians.
Pendant les jours qui suivent, Arcturus va se présenter au roi de Mirados en tant que connétable d'Evarran et le roi contient sa colère mais ne lui montre aucun respect et le congédie vertement. Arcturus peut alors sentur la haine que lui porte le roi de Mirados ce qui ne manque pas de lui glacer le sang. Néanmoins Nélestir est une zone neutre pendant la duée du tournoi pendant laquelle les différents entre puissants sont mis de côté pour pouvoir participer dans le calme au tournoi. L'équipe apprend que le roi lui-même va participer.
Le combat d'ouverture a lieu le 14 janvier.
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Dim 2 Oct - 19:10

Les combattants évarranais tombent chacun dasn une poule dont ils affrontent un par un chaque membre. Ils récoltent à chaque combat la moitié des étoiles de bronze de leur adversaire. Chaque combattant a tiré un D6 étoiles avant le début du tournoi. Celui qui a le plus détoiles de bronze se qualifie pour une ligue en argent. Tous les combattants évarrnais passent avec brio les poules bornze et argent. La dernière poule avant les phases finales est l'or. C'est là que le destin se tourne contre Arcturus en lui désigant pour adreversaire l'un des favoris du tournoi, un certain Orgon de Mangalster, demi-elfe chasseur. Le combat est très rude et Arcturus tombre à 3 pp ce qui le condamne pour la suite. IL parvient néanmoins à défaire son ennemi. Pour les autres le parcours est un peu plus simple et Philippe, Jean, Constant et l'un des chevaliers atteignent les phases finales. Arcturus les atteint aussi sans plus utiliser de pouvoir.
Le tournoi a débtué déjà depuis plus d'une semaine et les combats de la phase finale atteignent bientôt les 16° de finale, stade où les combattants vont recevoir un objet magique en fin de tournoi. Arcturus, Philippe, Constant et Jean les atteignent. Le parcours de Constant est lui aussi particulier puisque dès la ligue bronze par accident il abat son aversaire d'une mortelle à la gorge. Le moine chevalier tombe alors à genoux et implore Tharès tout en se boostant d'un cinquième pdc lui conférant le statut de saint. Il parvient à ramener son opposant à la vie sous les yeux ébahis du public qui s'agenouille bientôt devant la manifestation d'un miracle.
Lorsque les 16° de finales commencent Arcturus et Constant ont chacun 3 points de pouvoir, Jean a gardé tous les siens et en a 8, et Philippe est le plus riche avec 11.
Arcturus tombe en première moitié de tableau où il doit compter aussi avec la présence du roi de Mirados, et d'un certain Tark le fort, capitane d'armée mercenaire et semi-ogre. Dans la deuxième partie de tableau nous retrouvons Philippe qui est opposé à Constant. Philippe réussit à s'en défaire dans un combat au toucher et passe ce tour. Il y a aussi Jean qui poursuit ses combats mais finit par être éliminé à son tour. Seuls Artcurus et Philippe parviennent à gravir les échelons jusqu'aux demi-finales et Arturus est opposé au favori du tournoi, le semi-ogre Tark le Fort, qui a battu peu avant le roi de Mirados. Le combat est terrible et Arcturus, avec seulement deux points de pouvoir, parvient à en prendre trois à Tark. Tark n'a plus de pouvoir, Arcturus non plus, et le semi-ogre est à quatre niveaux et 11 points de choc. Il parvient néanmoins à placer une dernière attaque sur Arcturus qui tombe inconscient et s'incline donc en demi-finale.
De son côté, Philippe affronte l'archimage de Lothirion, mage de pierre niveau 8. Le combat est âpre et c'est avec seulement 3 points de pouvoir sur lui que Philippe atteint la dernière marche de l'épreuve.
On procède alors à la petite finale pour déterminer la troisième place. Arcturus affronte l'archimage et s'impose sur lui relativement facilement grâce à la puissance de ses sorts blancs et à sa grande initiative.
La finale peut avoir lieu, et elle oppose le chevalier Philippe de Bénéjacq, avec 3 points de pouvoir sur lui, à Tark le Fort, qui n'a plus de pouvoir. Le combat est de très haute volée et les passes d'armes s'enchaînent. Philippe est agressif et fait tournoyer la mique sous les yeux des 12 000 spectateurs déchaînés. Il détruit le grand bouclier en acier runé de Tark le fort pendant que ce dernier inflige des blessures au chevalier. Philippe se retrouve blessé et avec un point de pouvoir sur lui, face à Tark qui n'a plus de bouclier. Tark manque son coup et Philippe lui inflige une saction aidé par le pouvoir qui projette Tark sur le dos à quelques mètres. Celui-ci relève la tête et se déclare vaincu.
Après un tournoi de 15 jours, Philippe de Bénéjacq est le grand champion de Nélestir! Toute la délégation de l'Evarran est en fête et les amis de Philippe sont derrière lui pour célébrer cette victoire. Nélestir est un exploit individuel pour Philippe, mais collectif aussi par l'Evarran car cinq de leurs représentants ont atteints les 16° de finale et se voient donc récompensés par des objets magiques. Philippe est le premier à choisir et son regard se porte sur un bracelet enchanté aà +2cc permanent. Vient en 3° position le tour d'Arcturus qui choisit des gants de cuir conférant +3 Toucher pour compenser le faible niveau de son escrime. Jean récupère un casque fait à partir d'une écaille de dragon blanc et Constant à la chance d'obtenir une relique, le crucifix de Saint Célestin, objet légendaire conférant de plus un bonus de +2 en foi.
Les 16° de finalistes sont tous invités par le roi pour un repas de festivités le soir même mais la délégation evarranaise au complet dénigre l'ofre et organise une soirée de célébration dans son propre campement. La joie d'avoir humilié le roi de Mirados est très grande dans le camp de l'Evarran et on célèbre la victoire de Philippe.
Les jours suivants Arctrurus rencontre Orgon de Mangalster, et fait connaisssance avec lui. Il propose au chaseur de venir en Evarran, lui octroie une maison pour lui et sa famille et lui propose de participer à leurs aventures en Gîl-Aron pour le roi. Orgon, qui est un sujet de Minas III, accepte l'offre et se joint à l'équipe. Arcturus vient faire aussi connaissance avec Luc de Chantif, un felxirois d'une quarantaine d'années que Philippe a affronté. Arcturus est impressionné par ses prouesses martiales et engage le dialogue avec Luc. Ce dernier est un chasseur de monstres, offrant ses services aux puissants qui peuvent se l'ofrir. Arcturus lui fait la même offre qu'à Orgon et attise sa curiosité en lui parlant d'une légende qui a cours dans les Pyrénides et qui serait qu'il y ait un dragon-roc endormi quelque part. Luc de Chantif finit lui aussi par accepter l'offre d'Arcturus et se joint au groupe.
La délégation se prépare à reprendre la route d'Ulite. Leurs projets les tournent vers Gîl-Aron et son roi à qui ils ont fait une promesse qu'ils comptent bien honorer. Ils apprennent aussi que le célèbre tournoi d'Issaline, en Gîl-Aron, se tient dans 3 mois. La date de leur voyage en devient fixée aussitôt et ils prévoient de se rendre à Gîl-Aron pour le tournoi et de se mettre ensuite au service de Minas contre la main de Volodomin. Nous sommes le 5 février.
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Dim 9 Oct - 17:32

Nos compagnons se remettent donc en route, à destination d'Ulite, capitale de l'Evarran, qui ne se trouve qu'à cinq jours de cheval de Nélestir. C'est avec fierté qu'ils peuvent annoncer au roi Charles leur succès. Démonstration de force a été faite au Mirados qui aura fort à faire s'il veut punir son voisin méridional. Il reste du temps avant le tournoi d'Issaline et nos amis décident de le mettre à profit pour retourner aux cryptes qu'ils avaient découvert grâce à Jean de Nomère. Ce sont désormais des habitués de cette route et Arcturus et Philippe atteignent bientôt la forêt de Brogniart qu'ils dépassent pour atteindre les cryptes le 3 avril 1174. Ils en repartent seulement cinq jours plus tard après avoir effectué le niveau -7. Ils retournent après cela à Ulite. Les mois qui se sont écoulés entre Nélestir et Issaline leur auront servi à progresser dans leurs apprentissages et récolter leur part de pouvoir pour être allés au niveau -7 des cryptes. C'est donc en forme et prêts pour une nouvelle épreuve sportive qu'ils se mettent en route à destination de Gîl-Aron le 3 mai. Pour atteindre le royaume des demi-elfes ils traversent l'Ermignac conquis puis la Fuxée où ils s'arrêtent naturellement au château de Fux. Philippe y retrouve sa famille et Arcturus est acceuilli comme toujours en grand ami de la famille. Constant et les autres sont bien sûr du voyage car leur mission concernant les elfes noirs débute juste à la fin du tournoi. La compagnie se remet en route et arrive juste à temps à Issaline, le 13 mai, car le tournoi débute le lendemain. Arcturus et Philippe sont tout heureux de pouvoir retrouver leur ami Minas III de Gîl-Aron. Ils se font annoncer et demandent une audience qu'on leur accorde volontiers. Quelle n'est pas leur surprise lorsqu'ils découvrent un Minas totalement changé et amoindri! Ce dernier est abattu, son regard est vide et il explique en détail ce qui lui est arrivé lorsqu'ils a quitté nos amis il y a déjà plusieurs mois. Il leur explique s'être fait "hunter" dans les cryptes, par les assassins de Voldomin et ce par trois fois. Son niveau de pouvoir est retombé presque ridiculement bas ce qui a brisé toute volonté chez lui. Nos amis essaient de lui remonter le moral tant bien que mal mais ils s'apreçoivent vite que le mal est fait et que rien ne pourra faire revenir le Minas qu'ils ont connu. C'est le coeur lourd qu'ils se quittent pour se préparer aux épreuves qui les attendent le lendemain.
Issaline est un tournoi particulier, hérité des traditions antiques aroniennes qui mêle à la fois les combats et les épreuves physiques. Le gagnant de ce tournoi se doit d'être à la fois un guerrier hors pair, mais aussi un athlète d'exception. Arcturus s'y est bien préparé et Philippe aussi mais dans une moindre mesure car il préfère avant tout se concentrer sur le combat comme son devoir de chevalier l'y incline. Les épreuves débutent par des phases de poules que nos amis survolent haut la main. Puis vient la première épreuve qui est celle du saut en longueur. Arcturus et Philippe s'en sortent sans toutefois égaler les records mythiques de l'épreuve. Les trois jours suivants de nouvelles phases de poules commencent et si Arcturus parvient à les passer sans trop de difficultés, le champion de Nélestir joue de malchance et affronte des ennemis particulièrement retors. C'est avec très peu de pouvoir qu'il parvient à prendre la tête de sa poule pour subir la seconde épreuve physique qui est celle de la natation. Les 300 candidats restants se dirigent vers un grand lac à la sortie de la ville et c'est 300 mètres qu'ils devront parcourir le plus rapidement possible pour se qualifier. Arcturus passe dans le premier groupe et cette épreuve, même si il s'y est bien préparé, est un vrai supplice pour lui. Il gère néanmoins ses points de pouvoir et compte sur un peu de chance, qui lui sourit d'ailleurs car il se qualifie sur forfait de trois participants atteints de crampes. C'est au tour de Philippe de plonger. Celui-ci, sans utiliser beaucoup de pouvoir, s'en sort très bien grâce à un très bon départ qui le place en tête de la course. Il est rattrapé sur la fin mais qu'importe car il n'arrive pas dans les trois derniers qui sont automatiquement éliminés.
S'en suit une nouvelle phase de poules que nos amis parviennent à passer. La troisième épreuve est celle du levage, et là encore Arcturus et Philippe se qualifient sans menacer aucunement les records dantesques établis au fil des siècles. Nous en arrivons à l'avant dernière phase de poule que nos compagnons passent à nouveau. Philippe n'a casiment plus aucun pouvoir sur lui après de nouveaux combats difficiles. L'heure de l'avant dernière épreuve a sonné, celle de la course de fond sur 10 km. Arcutrus s'en sort à l'aide du pouvoir, dont il lui reste une bonne quantité. Philippe n'en a plus et chute malheureusement dans cette épreuve. Il est donc éliminé, après avoir tout donné. Il ne reste qu'Arctrurus pour défendre les couleurs de l'Evarran. Fort de sa troisième place à Nélestir, il compte bien cette fois l'emporter afin d'égaler Philippe qui a gagné en Mirados. Une dernière phase de poule est passée et la dernière épreuve avant les duels à élimination directe se profile, l'épreuve reine à Issaline, celle du sprint. Arcturus encore une fois se démarque et parvient à se qualifier.
Il arrive donc directement en quarts de finales avec les quelques autres rescapés de cette épreuve sportive de renom. Désormais tous les candidats disposent du pouvoir et chaque combat est une véritable gageure. Arctrurus parvient à défaire son adversaire en quarts, et aussi en demi finale. Pour la première fois il atteint la dernière marche d'un tournoi et compte bien ne pas laisser passer sa chance. Encouragé par Philippe et le reste de l'équipe il s'avance dans l'arène avec face à lui un demi-elfe, guerrier et paladin d'Athanor, le grand dieu athalan. Le combat est spectaculaire et les deux opposants ne lâchent rien, mais le demi-elfe parvient finalement à défaire le magicien, avec de la réussite peut être, mais dans un tournoi, seul le résultat compte. Arctrurus s'effondre assomé après un long combat qu'il aurait pu gagner à plusieurs reprises. Lorsqu'il se réveille, la déception est immense.
Nous sommes le 2 juin, le tournoi s'est étalé sur un peu plus de deux semaines. Vient la cérémonie des vainqueurs qui reçoivent comme c'est la coutume des objets magiques divers. Lorsque vient le tour d'Arcturus celui-ci est dépité de voir que la grande majorité des objets sont destinés aux guerriers avec des armures et armes lourdes. Il décide de ne rien prendre en signe de protestation et se rend auprès de Minas afin de se plaindre du choix malheureux dans la liste des récompenses. Ce dernier, qui est au bout du rouleau, ne fait pas d'objection à Arcturus et lui propose un autre objet convenant bien mieux à un praticien des arts magiques car il lui offre le collier d'Orinas, un objet d'arcane de grande puissance.
Le tournoi est désormais terminé et l'équipe se rend auprès de Minas afin de discuter des elfes noirs. Ce dernier n'en a plus cure désormais et n'affiche aucun intêret pour la quête. Cela déteint sur l'équipe qui décide finalement de rentrer en Evarran devant le climat délétaire général. Seul Constant le pieu reste, car il a un compte personnel à régler avec les assassins.
Arcturus en profite pour participer pendant dix jours au coloque de l'ordre du rameau, une confrérie d'érudits qui se réunissent à chaque édition d'Issaline pour confronter leurs théories et travaux. Le prix "wikiel" récompense traditionnelement le savant qui présente le meilleur exposé. Arctrurus entretient ses confrères de sa quête vis à vis de son grand père Tybérias et leur présente une ébauche de la monographie qu'il est en train de constituer.
Pendant ce temps, Philippe a une mission à remplir pour son père. En effet le frère aîné de Philippe, François, est un érudit qui vit à Gîl-Aron, dans la capitale de Libertalia. Robert le duc avait demandé à Philippe avant son départ d'aller voir comment allait François car il restait sans nouvelles de lui depuis des lustres. Il savait qu'il était vivant car l'argent qu'il lui envoyait pour vivre était bien soustrait à chaque versement. Philippe part donc pour Libertalia.
Après un court voyage il trouve bien son frère chez lui et il le découvre entouré de nombreux amis, étudiants comme lui. François semble être tombé dans la drogue et Philippe tente de le raisonner en lui parlant de devoir et des souffrances qu'endurent les siens pour maintenir leur rang sur la scène des puissants. François, désinvolte, lui rit au nez, ce qui a le don de mettre en rogne notre chevalier impulsif. Un coup de gantelet dans la mâchoire suffit à assomer le pauvre françois qui se trouve bientôt ligoté sur la selle de Philippe pendant que cleui-ci retourne à Issaline. Il apporte les nouvelles à Arcturus qui approuve le choix de Philippe.
L'équipe à nouveau réunie se remet en route vers l'Evarran avec comme première destination la Fuxée. Ils y arrivent le 25 juin. Le duc Robert est furieux de découvrir la triste situation de son fils et le fait enfermer pour le sevrer. Il demande aussi à Philippe de rester un peu car il tient à lui présenter Isabelle, fille du duc de Missadie en Albalène. Il est en effet en négociations avec le duc de Missadie depuis quelques temps déjà et aimerait placer un de ses fils à la tête du duché. Philippe accepte de la rencontrer et Arctrurus reste avec eux à Fux pour jetter un oeil aussi à la demoiselle, toujours pourchassé par ses démons de coureur de jupons.
La délégation arrive le 1° juin 1174 à Fux et y reste pour quatre jours. Arcturus se désintéresse bien vite de la jeune fille mais Philippe lui, est obligé de se montrer courtois et hospitalier. Elle n'est pas à son goût non plus et c'est harassé qu'il accomplit son devoir tout en déclinant totalement les avances de la jeune fille et la demande de son père. Cela a le don d'énerver le duc Robert mais rien n'y fait et la volonté du jeune Philippe ne saurait être forcée. C'est un échec diplomatique pour le duc qui prend la balle au vol et met sur les rangs son fils aîné Jacques. Mais nos amis sont déjà loin car ils sont repartis pour le domaine royal et le donjon d'Arcturus, à quelques kilomètres d'Ulite.
Le 14 juillet, nos amis se réunissent dans le jardin d'Arcturus pour discuter de la suite des opérations. Le mirados semble calme ce qui laisse à nos aventuriers le loisir de voyager si ils le souhaitent. Arcturus propose le voyage de Birkanie, qu'il tient à faire depuis assez longtemps, mais qu'il a dû repousser jusqu'alors. Le nord de la Birkanie fut conquis lors de la première croisade par les troupes felxiroises dont faisait partie Tybérias. Après l'échec de la croisade il ne resta que cette partie de terre, qui englobait néanmoins la gigantesque capitale portuaire de Karal et qui fut appelée "les Territoires Felxirois de Birkanie". Arcturus ne se trompe pas lorsqu'il désire se rendre là bas sur les traces de Tybérias car c'est bel et bien le théâtre d'opérations de toute la première croisade. Philippe décide de l'accompagner. Jean restera à Ulite, logé et nourri, ce qui ne semble pas lui déplaire afin de continuer sa reconversion de voleur à armurier ce qui semble moins dangereux pour ses mains en Evarran. Constant est toujours en Mirados.
Nos deux amis sont le 23 juillet à Alster, pour une première étape car ils ont entendu dire que la fille du roi de Notherland est à marier et ils forment tous deux un parti acceptable. La jeune fille est jolie, mais totalement dénuée d'esprit et nos deux compagnons s'en lassent bien vite et décident de reprendre leur route en saluant courtoisement leur ami le roi qu'ils avaient rencontré au tout début de leurs aventures.
S'en suit un long voyage à travers la médianie à destination de la Birkanie. Après le Notherland, ils traversent le Luxen et le Borgium. Entre le 31 juillet et le 8 aout ils se perdent de manière dramatique en Polohane, non loin des terres maudites de Valgonie. Ils tournent en rond pendant quelques jours sans trouver de sortie à un massif où ils se sont enfoncés par mégarde. Un sombre château est en vue et ils prennent bien garde de ne pas en approcher. Mais à son reveil un matin, Arcturus s'aperçoit que Philippe n'est plus là. Il se met directement à sa recherche et le trouve un peu plus loin, nu et sans équipement, et insconscient. Le chevalier est très énervé de voir ce qui lui est arrivé sans qu'il s'en aperçoive et Arcturus qui partage son émotion propose de se rendre tout de suite au château maudit afin de récupérer l'équipement de Philippe. Ils s'y rendent d'un pas franc et décidé et prennent à peine le temps de toquer à la porte qu'ils sont déjà dans la cour intérieure du château. L'endroit est bien maudit et ils aperçoivent 8 gargouilles infâmes jouant avec les équipements du malheureux chevalier. Il semble qu'il n'y ait qu' à les tuer pour récupérer les artefacts mais le magicien qu'est Arcturus détecte un très puissant piège de feu dans la salle. Entraîné à cela pour Issaline, il rejoint les gargouilles après un saut en longueur digne des meilleures performances du tournoi. Les gargouilles en semblent très déçues et chargent mais sont aussitot stoppées par une puissante réfraction de magie lumineuse qu'Arcturus avait préparé en prévention. L'équipement récupéré, nos deux compagnons ne s'attardent pas et se remettent en route en pensant que si le château était habité par un vampire, ce dernier n'aura même pas pris la peine de se lever, ce qui leur fait froid dans le dos.
Après avoir traversé l'ossiriande du nord au sud, ils parviennent enfin en Birkanie, dans la région de leur première destination, la vicomté de Djedjanie. Celle-ci a été conquise pendant la première croisade aussi. C'est un brigadier de Tybérias qui en avait reçu l'héritage à la fin de la seconde croisade, après avoir épousé l'héritière de lieu, parente d'un célèbre général de la première croisade, Gédéon d'Ossiriand. Par la suite, Artorius, un des fils issu de premier mariage de Tybérias (branche d'Ascalon), en avait à son tour hérité en se mariant avec la fille du brigadier armanien Yohannes Gourguv. C'est donc "dans la famille" que se rendent nos deux amis, car le vicomte actuel n'est autre que Paul de Belegost, cousin au second degré d'Arcturus. Notre équipe reste un mois à Djedj, pendant lequel Arcturus se plonge dans la bibliothèque, aidé en cela par un érudit qui poursuit le même objectif que lui, ce qui accélère heureusement les recherches.
Le 15 novembre 1174, nos deux amis se remettent en route, à destination du sud, vers la célèbre ville de Batzili. Célèbre pour avoir été le théâtre d'une grande victoire croisée lors de la première croisade, victoire des troupes confédérées du duché felxirois de Shâdim à laquelle a participé Tybérias. Célèbre aussi car au sortir de la première croisade Tybérias devint duc de la région qu'on appelle "duché des cinq rivières" et fit de batzili sa capitale. Lorsqu'il perdit sa première femme Marie, Tybérias en fut affecté au plus haut point et se fit moine, vendant toutes ses possessions dont le duché des cinq rivières afin de former l'ordre de la Sainte Garde. Arcturus sait donc qu'à Batzili il trouvera maintes sources sur la vie de son grand père durant la première croisade. Batzili est un lieu chargé d'histoire et Arcturus a l'occasion de visiter la crypte familiale dans laquelle repose la première femme de Tybérias ainsi que le père de ce dernier, Robert, qui était décédé à Batzili après avoir rendu visite à son fils devenu duc. C'est donc devant le tombeau de son arrière grand père qu'Arcturus se retrouve et se recueille. Il reste ici 40 jours afin d'étudier les parchemins conservés au château. A la fin de cette période, nos deux amis, infatigables voyageurs, se mettent en route vers la dernière destination de leur voyage, qui devrait regorger de documents intéressant Arcturus, la ville de Karal, gigantesque cité bâtie sur un delta aux nombreux affluents et ancienne capitale prestigieuse de la Birkanie. C'est désormais la capitale des Etats felxirois et y siège traditionnelement le fils du roi en apanage attendant que le trône de Valefort soit vacant. Arcturus et Philippe qui ont définitivement quitté la Médianie en pénétrant au coeur de la Birkanie, projettent de continuer leur voyage suderon en prenant la mer à direction du royaume tharessien de Melasurej afin d'y effectuer un pélerinage. C'est donc emplis d'entrain qu'ils se dirigent vers Karal dont ils attiengent les faubourgs le 5 janvier 1175.
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Jeu 13 Oct - 17:44

Lorsque nos deux compagnons entrent dans la ville, ils s'aperçoivent qu'il y règne une grande agitation, notamment vers les quais. Leur curiosité piquée, ils se dirigent vers le grand port de la cité et distinguent très rapidement ce qui cause tout cet émoi. En effet, dans la rade de Karal mouillent une soixantaine de vaisseaux battant pavillon du royaume tharèsien de Mélasurej. Il semble qu'ils viennent d'arriver car des hommes en débarquent, marqués par le voyage et l'air fatigué. Arcturus et Philippe se doutent qu'il se passe quelque chose d'importance pour qu'une telle flotte se trouve dans les Etats felxirois de Birkanie. Ils s'avancent vers les quais jusqu'à atteindre celui qui semble diriger l'expédition en donnat des ordres depuis le quai. Arcturus se présente en tant que connétable d'Evarran et demande la raison de la présence croisée si loin au nord. Celui qui lui répond décline son identité avec un fort accent istalien. C'est en effet Alberto Di Voglioni, amiral de la flotte royale de Mélasurej. Il annonce de but en blanc à nos deux amis que le royaume de Mélasurej est tombé! Le roi exécuté et la flotte enfuie, tout est perdu, seul subsiste le petit royaume insulaire de Khypris qui avait pris son indépendance peu avant. Arcturus et Philippe en sont complètement ébahis et cherchent à en savoir plus sur cette catastrophe. On leur apprend qu'un grand conquérant aztabanais s'est levé, répondant au nom d'Ibraïm Al-Oualid. Ce dernier a déclaré le djihad, la guerre sainte contre les tharèsiens, et s'est rapidement emparé du royaume désuni après avoir réunifié et mis sous sa coupe le grand empire aztabanais. Arcturus comme Philippe sentent la terrible menace qui s'est levée au sud et savent que ces actes ne resteront pas sans réponse de la part de la Médianie. Ils entendent parler de saccages, d'exactions, de sacrilèges et de profanations commis dans la cité et même dans la saint sépulcre de Tharès. C'est complètement choqués qu'ils ressortent de cette conversation et décident d'agir tout de suite en commençant par rentrer en Evarran afin de se rendre utiles dans la contre offensive qui devrait naturellement s'organiser. Ils repartent donc aussitôt d'où ils sont venus et s'engagent pour une chevauchée de deux mois à travers la Médianie afin de rejoindre leurs terres.
Philippe prend les devants et mène notre équipe par les sentiers détournés et les chemins les plus courts qui leur permettront de gagner du temps en Borgium, Luxen ou encore Polohane. Pendant ce voyage, Arcturus a le temps de réfléchir et d'intégrer longuement ce qui vient de se produire. Car la nouvelle de la chute du royaume croisé a sur lui un effet qu'il n'attendait pas. En effet il s'était toujours senti concerné par le royaume croisé puisque petit-fils de Tybérias qui en fut le premier roi. IL était de tradition désormais chez lui de parler des droits perdus des Belegosts dans les lointaines terres d'orient. Mais il n'avait jusqu'à alors jamais pensé précisément à entreprendre quoi que ce soit pour récupérer son héritage. Mais avec la chute du royaume et son saccage par le chef suderon Al-OUalid, Arcturus se sent progressivement investi d'une mission qui est bien celle de délivrer le royaume, pour Tharès, et en mémoire de son aïeul Tybérias, en revendiuquant l'héritage de sa maison. Cette idée murit dans sa tête durant le voyage de retour qui les mène sous les portes d'Ulite le 24 mars 1175.

Ils rencontrent très vite au château le roi Charles qui est déjà au courant des préparatifs de croisade qui se font à la hâte dans toute la Médianie et il le leur annonce officiellement. Arcturus franchit le pas et s'engage dans une discussion solennelle avec Charles. Il lui décline son projet qui est de partir pour la croisade non au nom de l'Evarran, mais en son nom propre, afin de bouter Al-Oualid des terres crosiées, et de reprendre le trône de Mélasurej. Charles en est surpris et est plutôt dubitatif devant ce que lui dit Arcturus. Ce dernier rappelle aussi les services de Tybérias à l'Evarran ainsi que les siens en tant que connétable, notamment dans la conquête de l'Ermignac récente, et demande solennelement à Charles de lui constituer une armée, aussi petite soit elle, pour l'aider dans sa quête. Charles y rélféchit longuement et décide de lui accorder les hommes qui seront volontaires pour intégrer ce que l'on appelera désormais l'armée de Mélasurej. Ce sont naturellement les Béarniques qui répondent à l'appel, car Arctrurus est leur chef militaire depuis longtemps, et ils lui ont donné leur confiance et leur fidélité. C'est ainsi qu'une troupe de 3000 s'assemble. De plus, Charles accdepte de faire un don à Arcturus d'un montant de 10 000 pièces d'or afin de l'aider dans sa tâche. En réunissant deux ans de sa solde de connétable, ce dernier parvient à réunir la somme que lui avait demandé à Nélestir le célèbre chef mercenaire Tark le Fort pour le prix de ses hommes pour une campagne. Arcturus se tourne ensuite vers son meilleur allié, Philippe de Bénéjacq, et décid d'envoyer une missive au duc de Fuxée Robert afin de lui soumettre la même requête que précédemment à Charles. Philippe se propose de la porter en personne et d'appuyer le projet auprès de son père. Il promet de revenir avec des troupes et part pour Fux le 02 avril. Il en revient le dix, avec la promesse de 3000 hommes pour l'armée de Mélasurej, troupe qu'il commandera personellement. L'alliance d'Arcturus et de Philippe est désormais plus forte que jamais et il se promettent fidélité et loyauté devant la terrible campagne qui les attend.

Le 11 avril, Arcturus qui cherche toujours des soutiens, envoie une missive à chacun des membres de sa famille qui occupent une position importante en Médianie afin de se joindre à lui? C'est ainsi que des messagers partent vers les baronnies d'Ascalon et de Montfaucon en Felxir, et la vicomté de Djedj en Ossiriand. Nos deux amis se mettent ensuite en direction des comtés halvétiques avec sur eux la somme de 15 000 pièces d'or, afin de renconter Tark à Bêle, dans son camp de base. Ils y sont le 19 avril et s'entretiennent avec lui de la croisade. Arcturus est plus que jamais déterminé et une confiance extrême se lit dans ses yeux. Le chevalier de Bénéjacq inspire la plus grande loyauté et la plus grande confiance par l'attitude qu'il adopte et fort de son titre de champion de Nélestir. C'est ainsi qu'après un court entretien, Tark qui est réputé d'une volonté de fer se rallie à nos deux amis de manière loyale en mettant totalement son armée de 4000 hommes surentraînés au service d'Arcturus pour ce qui s'annonce bel et bien être la 4° croisade. Le temps de rentrer à Ulite, ils apprennent qu'une réunion de tous les grands seigneurs désirant se croiser se tiendra à Berbeileg en Armanie, et sera présidée par le pape lui même. Ils ne peuvent rater l'occasion de se présenter eux ainsi que leurs revendications devant les concert des plus grands de médianie. Arcturus et Philippe se remettent donc en route fin avril pour atteindre début juin la ville de Berbeileg, après être passés par le duché de Shâdim en Felxir et avoir appris que les felxirois projettaient de massivement se croiser malgré leur échec aussi cuisant que récent contre le Mirados. Ils passent deux mois à Berbeileg dans l'attente de la réunion et del a venue des perosnnalités attendues dans ce haut-lieu de la tharèsianie.

Le 27 aout, les principaux intervenants sont là et l'assemblée peut débuter car le pape vient de faire son entrée en ville. La majorité de l'assemblée réunie est constituée de têtes couronnées de Médianie. Au milieu d'eux, se trouvent Philippe et Arcturus, pour l'instant anonymes...
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Dim 16 Oct - 14:14

Dans les jours qui ont précédé, de nombreuses délégations se sont entretenues avec le pape qui à l'issue des réunions du Grand Conseil croisé désignera celui qui mènera les troupes fédérées à la reconquête des territoires perdus. Arcturus et Philippe n'y ont pas manqué et se présentent au saint père dans les jours qui précèdent l'ouverture des débats. C'est l'occasion pour eux d'annoncer qui ils sont et quel est leur projet. Arcturus dévoile son identité et affirme mener une armée de 10 000 hommes coalisée autour de sa personne en tant qu'héritier de Tybérias, premier roi croisé. Philippe le soutient en tant que connétable de cette armée et avance au pape l'argument de la légitimité d'Arcturus pour mener la croisade. En effet, quelle banière sera plus fédératrice que celle du royaume même de Mélasurej, qu'Arcturus a décidé de prendre pour mener les troupes légitimistes. Le pape leur annonce entendre leurs arguments et y penser dans les jours suivants. Nos deux amis se retirent en bons termes et après cette rencontre avec le pape, ont décerné chez lui une grande rigueur et fermeté mêlée à une bonne part de sagesse aussi.
Le 27 août 1175, la réunion du Grand Conseil s'ouvre à Berbeileg, sous la conduite du pape qui prend la parole en premier. Il décrit la situation actuelle et le péril dans lequel se trouve la Terre Sainte sous la férule du puissant Al-Oualid. Il appelle à l'union de toutes les forces pour contrecarrer les plans du suderon. Le jour suivant, les forces en puissance se présentent et détaillent les forces qu'ils comptent mettre dans l'expédition. Le plus fougueux d'entre eux est le roi de Baykor, un puissant territoire nordique récemment converti au tharèsianisme. Le roi lui-même, Hermann I°, prend la parole sans tenir compte des convenances de rang ou d'étiquette et annonce se croiser à la tête de 22 000 hommes de son armée. Les rois et puissants à sa suite vont tous se présenter à commencer par le prince de Basse Bohavie qui acceuille ce conseil et qui annonce l'envoi de 10 000 armaniens. Son voisin de Haute-Bohavie en annonce 13 000. Vient ensuite le tour du roi de Felxir qui malgré son échec en Mirados et la perte de sa capitale et de la plus riche région du royaume annonce tout jeter dans la bataille avec 21 000 soldats. C'est pour lui le signe de l'expiation de ses pêchés, comme pour se pardonner à lui même sa défaite récente. Le pape annonce bien sûr l'envoi de son armée, celle de la Sainte Garde, qui fut créée par Tybérias lors de la seconde croisade, et annonce 14 000 chevaliers. Vient ensuite le roi des Trois-Couronnes, Juan Felipo III, qui met sa puissante armada navale à la disposition des troupes croisées avec en plus 33 400 hommes. Les rois de Valbion et d'Erland sont présents aussi avec respectivment 16 000 et 6 000 hommes. L'Aquistrie ajoute 8 000 hommes. Le reste de l'armée croisée est constituée de troupes issues des divers royaumes médians avec 5 000 hommes de la part de l'Albalène, 9 000 pour l'Ossiriande, 10 000 pour la Polohane, 11 000 pour l'Oëstrie, 7350 pour le Notherland et enfin 5 000 pour le Borgium. En dernier Arcturus prend la parole pour annoncer 10 000 hommes dans l'armée de Mélasurej. Les participants sont dans l'expectative à l'annonce de cette nouvelle et chacun comprend que l'héritier de Tybérias s'est levé pour faire valoir ses droits lors de la quatrième croisade.
Avec 200 000 hommes réunis, la Médianie lève pour la quatrième croisade la plus grande armée réunie à ce jour. C'est impressionnant lorsque l'on sait que 50 000 croisés avaient participé à la première croisade, et 100 000 pour la seconde. La mobilisation est donc très forte cette fois et cela ne semble de trop à personne car chacun sait qu'Al-Oualid a fédéré un empire avec une armée innombrable à sa solde.
La fin de journée est passée à décider des modalités logisitiques d'acheminement vers la Terre Sainte, qui se fera à partir des plus grand ports de la côte médiane, chacun allant au plus proche selon sa zone de départ.
Le lendemain et dernier jour de débats, vient le moment de la nomination du capitaine qui conduira et coordonnera cette immense armée en Terre Sainte. De nombreux candidats se sont entretenus avec le pape et ont souhaité être élus à ce poste. C'est néanmoins le pape qui tranche et annonce à l'assemblée avoir choisi pour ce rôle un capitaine expérimenté et légitime pour cette mission. Il annonce alors le nom d'Arcturus de Belegost qui est sûrement aussi surpris que les autres membres de l'assistance. Il n'est roi que par le sang, c'est un héritier sans royaume, et son armée n'est de loin pas la plus grande. Son expérience n'est pas si longue même si elle fut ponctuée récemment par une grande victoire sur le Mirados pour son cousin le roi d'Evarran. Arcturus, pris au dépourvu, se lève et s'adresse à l'assistance en des termes simples. IL en appelle à l'union et à la coopération de tous dans cette campagne et proclame que seule une grande solidarité des troupes croisées pourra mettre à bas le grand Al-Oualid, un adversaire qu'il respecte pour ses hauts faits. Des murmures se font entendre dans l'assemblée et beaucoup de rois sont tout à faits surpris de la décision du pape, certains sont mêmes froissés dans leur amour propre. Arcturus sait très bien que ce sera une véritable gageure de mener 200 000 hommes commandés par des rois aux fortes personnalités dont le rang est plus élevé que le sien et il est bien accablé pour l'instant par la charge qui vient de lui être confiée. Sa première décision est de convoquer l'ensemble des armées croiées sur l'ïle de Khypris afin d'y établir une base solide d'où lancer la reconquête de Mélasurej sur le continent. Il annonce aussi partir en premier avec son armée depuis Karal, après s'être mis d'accord avec l'amiral Di Voglioni, une décision qui fait l'unanimité chez les rois croisés présents qui saluent le courage du jeune capitaine (certains espérant peut être à jute titre que cette prise de risque se retourne contre lui).
C'est ainsi que le Grand Conseil se sépare et chacun rentre dans ses terres pour partir à la tête de son armée vers les grands ports de Médianie. Des magiciens télépathes ont été mis à disposition du Conseil et se chargent de transmettre les ordres à travers toute la Médianie. Arcturus et Philippe obtiennent aussi les sevices d'un puissant mage bénéfique qui les téléportera vers l'Evarran. C'est ainsi que dans la journée même ils atteignent les Pyrénides mais leur destination n'est pas Ulite. ILs savent que l'armée se mettra bientôt en route et ils ont choisi de faire un détour par les cryptes avant de rejoindre leurs troupes. ILs ont besoin de regagner du pouvoir certes, mais ils ont aussi dans l'idée de se faire fabriquer une bannière magique de haut niveau qui sera à même de fédérer l'immense armée dont ils auront la charge.
Arrivés au village cryptal de Longchamp, ils s'engagent dans un niveau -8 qu'ils réussissent sans trop de peine. Cela les pousse à effectuer dans la foulée un -9 qui est cette fois une vraie épreuve et leur révèle de manière très forte les limites de leur niveau.
Comme convenu ils se font fabriquer une grande banière reprenant les couleurs du roi Tybérias, dans une qualité sublime. Malgré tout, les enchantements proposés à Longchamp ne leur conviennent pas car ils auraient souhaité quelque chose de vraiment puissant pour l'armée croisée. On leur annonce qu'ils trouveront surement leur bonheur à la ville cryptale de Néresme qui peut être atteinte après le niveau -10.
Le niveau -9 qu'ils ont effectué ensemble est encore frais dans leur tête et ils sont en plein doute quand à leur capacité à réussir un niveau -10. Cependant, Arcturus a eu l'occasion de progresser jusqu'au niveau 7 magique et propose quand même de tenter le coup. Philippe malgré quelques réticences accepte et nos deux amis repartent pour un niveau qui s'annonce aux extrêmes limites de leurs capacités. Le début de l'épreuve se passe relativement bien et nos deux amis enchaînent les actions brillantes, découvrent les pièges et les évitent, ou les passent avec brio. Mais le niveau est très long, et leur pouvoir diminue dangereusement d'autant qu'ils sont accablés plusieurs fois par le terrible mal des cryptes qui les fait s'approcher toujours plus près de la folie qui s'empare de ceux qui restent trop dans les cryptes. Philippe finit par y succomber, son psychisme est durablement atteint et c'est avec une tare qu'il devra survivre à ce niveau si tant est qu'ils s'en sortent. La fin du niveau est un véritable calvaire, nos amis n'ont plus de pouvoir et s'avancent vers le dernier ennemi qui lui, dispose de pouvoir. Le combat est déséquilibré et nos deux héros se battent comme des lions pour survivre un énorme chef de geurre semi-ogre accompagné de trois horreurs noires qui lui servent de sbires. Arcturus en tant que mage blanc se charge des horreurs pendant que Philippe, sans pouvoir, s'attaque au boss du niveau. Philippe encaisse les coups sans pouvoir riposter tant que le chef ennemi dispose de points de pouvoir à dépenser. Arcturus mène un combat très difficile contre les trois horreurs et parvient à en pulvériser une à l'aide d'un missile lumineux. IL n'en reste que deux lorsqu'il apreçoit Philippe encaissant un coup démoniaque faisant voler son boulier en éclats. IL décide alors d'ignorer les horreurs pour projeter un puissant missile sur le chef semi ogre qui est obligé pour y survivre d'esquiver et d'utiliser ses points de pouvoir. Pendant ce temps l'horreur abat un coup magistral sur le magicien qui le pare in extrémis à la tête. La mort était assurée derrière ce coup mais il parvient à le parer d'extrême justesse. Philippe quand à lui a pu prendre son bouclier de secours qu'il portait dans son dos mais le chef demi ogre lui assène un coup titanesque à l'aide de son dernier point de pouvoir que Philippe ne peut parer et qui lui inflige une blessure mortelle à la jambe droite. Là aussi il s'en faut de très peu que la jambe ne soit pas coupée net et nos deux amis peuvent remercier le Grand Architecte pour leur incroyable chance. Arcrurus parvient finalement à défaire les horreurs, et Philippe prend sa chance dès qu'il en a l'occasion pour asséner la terrible Mique de Fuxée sur le chef semi ogre qui sans pouvoir ne peut y survivre et s'écroule.
Nos deux amis s'en tirent in extrémis et parviennent à la légendaire ville de Néresme qui les récompense pour leur exploit.
Leur préoccupation est à nouveau la bannière et ils partent se renseigner au magasin d'objet magiques qui leur propose leur enchantement le plus puissant pour 50 000 cryptos d'or. C'est la fortune cumulée de nos deux compagnons qui acceptent de la verser intégralement afin d'apposer sur leur grande bannière un sceau conférant un bonus de +5 en charisme. Philippe paraît vraiment pressé de dépenser son or et c'est compulsivment qu'il dépense jusqu'au dernier centime. Arcturus passe ça sur sa joie d'être sorti vivant du grand péril qu'ils viennent de vivre mais nous savons que le psychisme de Philippe a été durablement affecté ce dont s'aprecevra tôt ou tard notre magicien qui accompagne Philippe au long de l'année.
Il est temps pour nos deux compagnons de sortir des cryptes car ils n'y sont que trop restés et c'est avec empressement qu'ils prennent la route de l'Evarran pour rejoindre leurs troupes. Ils passent bien sur par la fôret de Brogniart où on leur prête deux coursieurs elfiques. Ils remercient bien leurs amis les elfes et se mettent en route au triple galop. Ils ne tardent pas à rejoindre la grande colonne des 10 000 hommes formés par les troupes de Béarnie, de Fuxée, et les mercenaires de leur ami Tark le Fort. Ils rendent alors les coursiers au dresseur elfe qui les a accompagnés et retrouvent Tark à la tête des troupes.
Ils marchent pendant plusieurs semaines plein est et empruntent une route qu'ils ont prise il n'y a pas si longtemps puisqu'il est prévu pour eux d'embarquer à Karal, en Birkanie, pour la Terre Sainte.
C'est lorsqu'ils arrivent au sud de l'Ossiriand qu'ils apprennent l'incroyable nouvelle. Al-Oualid a débarqué à Karal et a repris le Nord de la Birkanie! Ils apprennent que ce n'est pas moins de 70 000 muslims qui ont participé à l'invasion et des miliers remontent par la Lystrie à l'heure où ils apprenent cela. La colonne atteint la Djedjanie et s'installe à Djedj, chez le vicomte Paul de Belegost, cousin au sencond degré d'Arcturus. De là le capitaine de la croisade envoie des missives dans chaque zone concernée afin de hâter la venue des troupes croisées sur les côtes et d'en dévier une partie qui au lieu de se diriger vers le port de Constanède en Ossiriand devra venir appuyer l'armée de Mélasurej pour bouter les aztabanais hors de Birkanie.
Arcturus choisit de prendre une position plus sure dans la ville de Batzili au sud, qui avait déjà servi de base militaire à Tybérias lors de la première croisade, car Batzili est avant tout une forteresse, construite sur un éperon rocheux très difficile d'accès. C'est là que notre équipe apprend une terrible nouvelle qui frappe encore la Médianie. La ville d'Albia a été mise à sac! Cette ville est parmi les plus anciennes, les plus riches, et les plus prestigieuses de Médianie car c'est de là que fut formé dans l'antiquité le grand empire Albien sur lequel on disait que le soleil ne se couchait jamais. Albia mise à sac par quatre vagues successives d'Aztabanais menés par Al-Oualid lui même. Arcturus et Philippe en restent abasourdis. Ils apprennent qu'une grande bataille navale a eu lieu entre la flotte des Trois-Couronnes et la marine aztabanaise, bataille qui s'est soldée par un succès médian au prix de nombreuses pertes. Arcturus peut mesurer la détermination et le niveau d'Al-Oualid qui non content de profaner Mélasurej n'aura pas eu peur de s'avancer jusqu'en Médianie et d'en saccager un grand symbole. Il sent qu'il ne peut être partout à la fois et est forcé de faire confiance à ses partenaires dans toute la Médianie pour repousser les assauts qui désormais menacent partout. Son objectif premier est de récupérer les Etats felxirois de Birkanie afin de supprimer cette tête de pont en Médianie qu'Al-Oualid s'est constitué à partir de Karal.
C'est depuis Batzili que l'armée croisée va mener ses opérations et attendre le renfort d'autres troupes car à cette heure ce sont 10 000 hommes qui font face aux 70 000 d'Al-Oualid...
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Mar 25 Oct - 18:57

A Batzili, Arcturus et Philippe ont rencontré Geoffroy de Rompuy, maître de la Sainte-Garde à la commanderie de Batili est qui est à la tête de plus d'un millier de moines chevaliers et des troupes restantes des Etats felxirois qui ont survécu à l'assaut de Karal, composés pour une majorité de cavaliers. Les troupes croisées s'élèvent alors à environ 14 000 hommes dans la forteresse.

Les troupes croisées restent à l'abri des murs de la forteresse en attendant de se mettre au courant des mouvements ennemis. Arcturus donne des ordres afin de mettre en état de défense optimal les murs de la cité. Le 09 novembre 1175 on apprend que les troupes muslims sont arrivées à Ribsil, située à 40 km à l'est de Batzili, depuis la ville pourtuaire de Mosas. Arcturus envoie alors une missive au roi d'Ossiriand afin de lui demander de se jetter dans Constanède, la grande ville portuaire au nord de Mosas, afin de vérouiller la zone avec Batzili et ainsi stopper l'avancée muslim. Le 10 novembre c'est l'un des régiments d'élite des mercenaires de Tark le Fort, composé de 300 archers de cavalerie légers, qui part en direction des troupes de Ribsil qui se dirigent à présent sur Constanède afin de les harceler, de leur infliger un maximum de dommages, et surtout de saper leur moral.
Le 11 novembre, les nouvelles ne sont pas meilleures et les éclaireurs annoncent que l'armée aztabanaise en poste à Karal, et composée d'environ 6000 hommes, se dirige sur Ribsil. Arcturus envoie alors une appel au secours aux armées croisées du Nord qui font route vers les ports de Médianie afin de l'aider à tenir la zone, désormais fébrilement vérouillée.
Le 17, la nouvelle tombre comme un coup de massure sur les troupes croisées, on apprend que 17 000 muslims sont partis de Ribsil à destination de Batzili. Arcturus décide d'évacuer la population de Batzili vers Djedj au Nord, afin d'avoir un maximum de ravitaillement pour son armée, se préparant à tenir un lon siège, ce qui lui parait sa meilleure option de succès au vu du déséquilibre numérique. Les troupes d'Ossiriand, au nombre de 9000 hommes, passent la frontière et se dirigent sur Constanède.
Le 21 novembre, les nouvelles continuent à affluer et on apprend qure les 10 000 lystriens qui remontaient par les terres vers les terres médianes ont atteint Ampech, à une centaine de kilomètres au sud de Batzili. Dans le même temps, l'armée aztabanaise qui se présente à la vue des défenseurs de Batzili se place à 1 km en amont de la grande rivière qui contourne la ville.
C'est dans la nuit du 22 novembre qu'ils passent le fleuve et prennnent les faubourgs déserts de Batzili, sans rencontrer de résistance. Le siège commence, et la pression psychologique augmente d'un cran dasn les deux camps.
On reçoit le 27 des nouvelles du Nord. Le roi d'Ossiriand a affronté l'armée qui venait de de Mosas.C'est la nouvelle d'une défaite qui parvient jusqu'à nos amis. Le roi d'Ossiriand défait a réussi à se replier avec environ 3000 hommes sur la ville plus au Nord de Bougos, abandonnant Constandède aux Aztabanais. Arcturus comprend alors que le verrou mis en place a sauté et que Batzili est désormais seule en territoire sous contrôle total d'Al-Aztaban. La nouvelle de cette défaite médiane n'est pas communiquée à l'armée et seul l'Etat-major en est mis au courant.
Le 29 novembre puis le 01° décembre, ce sont à chaque fois 2000 soldats muslims qui quittent le siège de Constanèfe en direction du Nord. Arcturus et Philippe sont de plsu en plus irrités d'être aisni passivmeent encerclés et programment un assaut pour le lendemain à l'aube. Le but est d'infliger du dommage à l'armée massée en aval de la forteresse afin de rappeler aux muslims que Batzili est bel et bien toujours aux mains des croisés et qu'il serait une grossière erreur de considérer ce territoire comme acquis.
C'est donc le 02 décembre que la cavalerie croisée sort des murs de la ville et mène une charge surprise sur le campement muslim endormi. Arcturus et Philippe sont en première ligne et les troupes croisées infligent plusieurs centaines de pertes aux muslims avant de rapidement se replier à l'abri des murs de la ville sans pour leur part y laisser un seul soldat. Nos amis après ce bref succès se remettent à observer les mouvements muslims et leur plan visant à attirer l'attention semble marcher, et même trop car dasn les jours suivants toutes les armées muslims de la région se massent de nouveau à Batzili afin d'en finir avec cette petite bulle de résistance posée en plein territoire conquis. C'est ainsi que le 15 décembre toutes les forces muslims de la zone sont autour de Batzili, au nombre de 27 000. La tension est à son comble pour les croisés qiu se sentent définitivement bien seuls et livrés à eux-mêmes.
La situation reste ne l'état une semaine encore lorsqu'Arcturus reçoit une missive du roi d'Ossiriand lui enjoignant de tenir à tout prix car les 10 100 hommes de Polohan menés par leur roi s'avancent à leur secours.
Cette nouvelle est d'un grand réconfort pour nos croisés qui se sentent désormais l'âme de défendre à n'importe quel prix la forteresse. Les muslims ont visiblement été mis aussi au courant de la situation et 18 000 muslims se mettent en route vers le nord afin de couper tout aide à Batzili en défaisant la Polohane séparément.
9 000 muslims tiennent toujours malgré tout le siège de Batzili et deux jours plus tard, Arcturus et Philippe décident de jouer leur va-tout en effectuant une sortie massive visant à briser le blockus établi autour de la cité. Arcturus passe de longues minutes dasn son bureau afin de préparer le plan de bataille pendant que Phili^ppe, muni de la bannière de Mélasurej , harangue les troupes. Il monte au clocher de la ville en donnant de grands coups de son bouclier dans les murs pendant qu'il gravit l'escalier. Arrivé au sommet, il brandit la bannière et exhorte les troupes à se battre pour Dieu, pour la Médianie, et pour Arcturus. Devant une telle démonstration de loyauté et de bravoure les armées croisées sont plus que jamais prêtes à passaer à l'assaut. Même Arcturus depuis son balcon est raffermi par l'attitude de Philippe et sa détermination est alors infaillible.
Tôt dans la matinée, les portes de la ville s'ouvrent et les troupes croisées, menées par la cavelrie en tête, déferlent dans les faubourgds de Batzili qui sont rapidement repris car les muslims font marche arrière afin de s'organiser en terrain dégagé, voyant que la bataille rangée est pour aujourd'hui, ce qui les arrange en un sens car ils n'auront pas à passer les murs de la ville pour défaire leurs ennemis.
Arcturus mène une partie des chevaliers et se trouve du coté de 2800 cavaliers qui chargent 3000 piétons appuyés par un régiment de réserve de 1500 piétons. Au centre, Philippe et ses chevaliers de Fuxée s'attaquent à la chevalerie muslim. ILs se trouvent non loin de l'armée d'élite de Tark qui se dirige pour encaisser la charge de toute la cavalerie muslim s'élevant à plus de 2000 hommes. Au sud enfin se pressent arbalétriers et guerriers des Etats Felxirois et de la Sainte-Garde pour affronter un contingent de guerrier d'environ 4 000 hommes.
La bataille s'engage, féroce, et nos deux amis encore en premièe ligne sont un vrai péril pour les osldats ennemis. Philippe de son premlier coup de masse abrège la vie d'une dizaine de soldats pendant qu'Arturus incante le sort le plus puissant qu'il n'ait jamais lancé, des dards lumineux de niveau 7 qui tuent intantanément 65 guerriers muslims (98 au dé, mon best jet ever Twisted Evil).
La bataille fait rage et les croisés, à la fois grâce au charisme de Philippe et à la stratégie d'Arcturus l'emportent brillament signant la première victoire croisée depuis le début de la cmapagne (mis à part la victroire navale des Trois-Couronnes au prix de larges pertes). Les croisés perdent environ 2 000 hommes dans l'affrontement avec pour moitié des Béarniques, ce qui touche profondément Arcturus. En revanche ce sont plus de 7 000 soldats muslims qui tombent et 1 000 d'entre eux se rendent et sont faits prisonniers. C'est une grande victoire e nos héros ne boudent pas leur joie.
Le soir Noël est célébré dans la ville et unbe grande cérémonie religieuse dasn Batzili libérée est organisée. Pourtant Arcturus et Philippe savent que l'heure n'est pas au repos et se préparent à partir des le lendemain à l'aube afin de se porter auc côtésde la Polohane quin'a peut être pas encore affronté les 18 000 muslims marchant à leur encontre.
Ils se mettent donc en route avec leurs troupes le 25 décembre. En route ils aperçoivent pour la troisième fois un griffon blanc, volant à environ 350 mètres de hauteur et monté par trè-s certainement un éclaireur muslim. Arcturus décide d'agir car il vient non seulement d'atteindre le niveau 8 magique mais en plus d'obtenir le sort téléportation au niveau 7. Il charge donc un missile magique très puissant et se téléporte directement sur le dos de la monture, juste derriere son cavalier. Instantanément il déclenche son sort et le muslim, qui maîtrise le pouvoir ne peut réagir avant dêtre touché et perd 3 points de pouvoir automatiquement en étant de plsu éjecté de sa monture. Arcturus prend directement le contrôle de la créture grâce au pouvoir et plonge en piqué à la pousuite de l'éclaireur chutant à grande vitesse vers le sol. IL parvient à l'ajuster en portée longue avec un nouveau missile magique qui inflige une blessure mortelle à la jambe droite de l'éclaireur. Ce dernier s'écrase juste après perdant encore 3 points de pouvoir. Arctrurus se pose aussi et un duel de tireur commemence alors car l'éclaireur ennemi dispose d'un arc long composite enchanté dont il compte bien se sevir quand il voit qu'Arcturus ne parivent pas à lancer son sort.
En utilisant du pouvoir il décoche une flèche terrible en direction du magicien qui ne peux la parer mais dont l'esquive est suffisante (à l'aide du pouvoir), pour n'encaisser qu'une blessure légère à la tête. Philippe avait suivi l'action depuis le sol et a parcouru les 400 mètres le séparant du combat en quelques rounds. Il arrive bientot à portée du combat, après qu'Arcturus et l'éclaireur n'aient réussi à s'iunfliger des dommages supplémentaires. Philippe arrive en grande charge. L'éclaireur se tourne alors vers lui et dépense un dernier point de pouvoir pour sniper le chevalier lui arrivant dessus à toute vitesse. Philippe n'en à cure et pare la flèche. Dnas le même temps de son bras droit il ilflige la terrible mique de Fuxée à l'archer qui s'écroule sur le sol, mort.
Arcturus et Philippe sont très heureux d'avoir pu se débarasser de cet éclaireur qui pouvaiot constamment donner leur positionnement à ses chefs. Arcturus analise son équipement et le muslim disposait du meilleur équipement et d'objets magiques. IL offre la ceinture de +3 esquive à Philippe et prend sur lui un collier de télépathie dont l'éclaireur se servait pour transmettre les informatiosn rapidement. Arcturus décide aussi de garder le puissant griffon blanc, qu'il rebaptise "Jupiter", cadeau venu des cieux. Il en aura pour 10 jours à s'acclimater avec la bpete afin d'établir une relation avec la créature.
Arcturus se sertt directement de l'objet de télépathie pour contacter Petr II, le roi de POlohane qu'il avait rencontré à Berbeileg l'année passée. Ce dernier lui apprend contre toute attente que la bataille a déja été livrée et que la Polohane est victorieuse malgré un rapport de force totalement à leur désavantage! Arctrurus en est trèsheureux et communique aussitôt la nouvelle à ses amis. Les deux armées font finalement jonction le lendemain, 27 décembre 1175. Les Polohanais malgré leur victoire ont subi de lourdes pertes et il ne reste qu'environ 3000 hommes au roi Petr. EN revanche l'armée muslim de 18 000 hommes a été défaite et e sont 1000 prisonniers de plus qui ont été faits.
Les deux armées conjointes rentrent alors vers Batzili afin de décider de leurs prochaines mouvments dans une bande nord de la Birkanie désormais libérée grâce à ces deux victoires. Arcturus contact aussi son cousin de DJedj pour lui annoncer qu la population de Batzili pzut revneir et demande à ce que le circuit d'approvisionnement de la ville soit rétabli dans les plus brefs délais.
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Dim 20 Nov - 16:27

La situation en main, Arcturus part le 27 décembre pour un tour de la région afin de vérifier que les troupes d'Al-Oualid ont bien quitté ces terres. Il passe par les plus grandes villes en utilisant la téléportation et se déplace ainsi entre Djedj, Papav, Roria, Bougos et Valna en une semaine. C'est le 08 janvier 1175 que l'armée d'Oëstrie, avec à sa tête le roi Léopold III, et forte de 11 000 hommes, entre à Batzili. 4 jours plus tard, l'ordre est donné de faire route vers Karal afin d'embarquer pour la Terre Sainte. 41 000 hommes se mettent en route. C'est à Ribsil qu'Arcturus, qui sent vraiment que la main a changé de camp, décide de disjoindre l'armée en demandant aux 3500 hommes restants de l'armée flexiroise de reprendre toutes les villes de leurs territoires et de rétablir l'ordre qui régnait avant l'invasion aztabanaise. Le reste de l'armée poursuit sur Karal et la capitale est atteinte le 28 janvier.
Le 07 février, la flotte de l'amiral De Voglioni est en vue et accoste au port de Karal. Arcturus profite de ce court séjour à Karal pour parcourir l'immense bibliothèque du palais à la recherche d'informations sur la vie de Tybérias lors de la première croisade. C'est un travail de longue haleine et il sait bien qu'il n'aura pas le temps de mener une recherche exhaustive avant de devoir embarquer. Il écrit aussi une lettre officielle au roi de Birkanie, en sa qualité d capitaine-général de la IV° Croisade. Arctrurus connaît le récit de la première croisade et la réputation qu'ont acquis les Birkaniens au sortir de celle-ci. Il souhaite absolument éviter d'entrer en guerre contre eux car les Birkaniens sont réputés pour être les guerriers les plus tenaces de la péninsule suderonne. Il écrit donc au roi de Birkanie une lettre d'apaisement, lui promettant de ne jamais porter atteinte aux territoires birkaniens, démontrant son respect pour la valeur des troupes de ce pays, et demandant à ce que la concorde règne de nouveau sur la frontière entre les Etats Felxrirois et la Birkanie.
Peu de jours après cela; la flotte se met en route pour un voyage qui les mènera loikn au sud, vers l'île de Khypris, dont Arcturus souhaite faire sa base pour mener la campagne.
Malheureusement, le 17 février une tempête éclate en mer, que la flotte ne peut esquiver. Le mauvais temps dure pendant toute une nuit et au matin lorsque la mer se calme le bilan s'annonce très lourd avec une bonne partie des navires abîmés et 8 navires coulés. Le décompte est fait et on apprend que ce sont 1200 hommes qui ont péri dans la nuit. Les troupes de la Sainte Garde sont le plus durement touchés puisque tous leurs bateaux coulent et leur chef Geoffroy Von Rompuy, figure sur la liste des disparus. Certains y voient un mauvasi présage et le moral des troupes est au plus bas. Néanmoins, la flotte se remet en route.
Le 27 février, nouvelle tempête, cette fois Arcturus et Philippe décident d'agir et se constituent patrouille de sauvetage en utilisant le griffon équipé d'un filet de pêche seevant de nasse pour repêcher les soldats passés par dessus bord. Arcturus pilote le griffon pendant que Philippe utilise ses grandes capacités de perception afin de repérer les soldats à la mer. Le bilan s'en trouve moins grave et la tempête se calme plus rapidement que précedemment ainsi les pertes occasionnées peuvent être considérées comme mineures.

Le 01 avril 1175, les côtes de Khypris sont en vue! Arcturus a prévu de débarquer dans le grand port de Nisram qui se trouve sur la façade nord de l'île. Lorsque le bateau amiral se met à quai, Arcturus et Philippe s'entretiennent avec le bourgmestre de la ville qui leur explique la situation à Khypris depuis l'arrivée d'Al-Oualid. La petite île, qui avait pris son indépendance il ya désormais 50 ans, a été placée sous protectorat aztabanais. Son roi, Etienne de Rasmor, n'est plus libre de ses mouvements et son armée est réduite. C'est à ce prix qu'il a pu garder son royaume, sous la menace de l'immense armée aztabanaise. Le bourgmestre est fort surpris de voir la flotte battant pavillon de Mélasurej revenir dasn cette zone et découvre avec étonnement qu'elle est en fait menée par Arcturus de Bélégost, descendant du roi Tybérias I°, et qu'il la mène en tant que capitaine de l'armée croisée tout entière. Le bourgmestre leur annonce que le roi est dans sa capitale de Nikopol et que la situation est pour l'instant calme sur l'île. La flotte se remet donc immédiatement en route pour atteindre Nikopol, qui est située au sud-ouest de leur position, faisant face au continent et au delta du Nehel.

Le 05 avril, la flotte entre dans la baie de Nikopol. Arcturus, Philippe et les rois d'Ouestrie et d'Ossiriand rencontrent Etienne de Rasmor, roi de Khypris sous domination aztabanaise. Celui-ci leur faire part du triste sort qui est rservé à son royaume et demande ce qu'ont l'intention de faire les croisés. Arcturus lui déclare que désormais Khypris jouit à nouveau de tous ss droits t que la domination d'Al-Oualid est révolue. IL demande au roi si il sera soutenu dans son entreprise qui vise à libérer toutes les terres tharesiennes d'Orient. Arcturus se montre très charismatique à cette occasion et Etienne de Rasmor lui affirme son soutien inébranlable dans une discussion les yeux dans les yeux. Fort de cela, l'armée croisée s'installe à Nikopol.
Arcturus et Philippe décident avant toute chose d'avoir la meilleure information possible dasn la zone. Ils partent donc sur Jupiter le griffon blanc afin de faire un tour de la région et d'aller voitr sur le continent ce que font les muslims. Ils sont informés aussi au palais même ou des fiches représentant l'Etat-major d'Al-Oualid a été constitué. Il semble qu'il soit soutenu par 13 guerrier maitrisant le pouvoir et faisant référence aux treize signes zodiacaux. Arcturus et Philippe comprennnent alors pourquoi l'éclaireur suderon qui chevauchait le griffon blanc qu'ils ont abattu portait une cape noire incrustée de diamants à l'effigie du sagittaire. Un frisson les parcourt lorsqu'ils découvrent le signalement des autres membres de l'escouade qui ont tous l'air plus puissants les uns que les autres. Ils sont attirés surtout par le représentant du signe du scorpion, qui est un vieillard et qui est le mentor spirituel d'Al-Oualid. Un extrêmiste qui n'a pas peur d'utiliser des méthodes extrêmes afin de parvenir à ses fins.
Nos deux amis partent donc pour le continent, montés sur Jupiter. Ils se dirigent d'abord sur Ashkelon puis parcourent ensuite le delta du Nehel avec sa capitale Al-Akria et remontent vers la ville sainte de Mélasurej. A Al-Akria, ils ont pu apercevoir un dragon rouge de taille mineure soumis au dressage. ILs en sot époustouflés mais ils ne sont pas au bout de leurs surprises puisque lors'qu'ils survolent Mélasurej ils sont pris en chasse par deux dragons qui semblent asister les muslims! La panique est totale, à leurs trousses se trouvent un dragon brun de taille mineure et un dragon blanc de taille médium. Ils comprennent vite qu'ils n'auront pas la vitesse pour fuir et se décident donc au combat. Philippe qui a pris les rênes lance Jupiter à fond sur ca cible. Les deux ragons se séparent pour mieux attaquer. Les deux croisés visent tout d'abord le dragon brun. Arcturus lance ses meilleurs sortilèges mais ne parvient à infliger que des points de choc au monstre. Philippe frappe de toutes ses forces et parvient à arracher des blessures légères. Le combat fait rage et nul ne prend l'avantage car nos deux croisés parviennent à prendre l'initiative ou à esquiver les attaques reptiliennes. Mais la réserve de pouvoir de nosdeux héros fond à vue d'oeil et bientôt ils n'auront plus aucune chance de faire le moindre mal aux deux créatures. Néanmoins les dragons aussi sont épuisés et après un énième sortilège de niveau 7 assisté au pouvoir Arcturus parvient à mettre KO le dragon brun qui chute à grande vitesse vers le sol et se brise les os en contrebas. Le dragon blanc est nettement plus résistant et c'est Philippe qui lui inflige le plus de dommages. Lorsque Philippe atteint la fin de sa réserve de pouvoir, le dragon a une blessure grave à la tête et plus de 20 points de choc. Malheureusement nos deux amis n'ont plsu de point de pouvoir et leurs attaques sont désormais ridiculement faibles pour le dragon blanc. Ce dernier est épuisé aussi et au bord de subir le même destin que son partenaire. Les croisés décident de fuir à nouveau et le dragon ne demande pas son reste et rentre à son tour vers la grande ville. Ce fut un combat extrêmement périleux et nos deux amis sont à la fois heureux de s'en être sortis et plein de doutes sur la suite des évènements car désormais il est connu que des dragons participent à l'armée d'Al-Oualid, chose qu'ils étaient très loin de pouvoir imaginer.
C'est le 12 avril qu'ils rentrent à Nikopol et Arcturus convoque un conseil afin de aire un point géostratégique. Il annonce que des dragons sont présents parmi les troupes ennemies et que le plus gros des forces muslims se rouve entre Mélasurej et Al-Akria, comme tous pouvaient s'en douter. Il est décidé de ne pas faire de mouvement imprudent et d'attendre le renfort des autres troupes croisées qui devraient arrive au compte-goutte. L'objectif pour Arcturus est de garder à tout prix Khypris pour pouvoir lancer l'attaque générale quand toutes les forces seront présentes sur le terrain. C'est pour cela que les croisés restent à Nikopol et que le 14 avril Philippe et Arcturus partent à nouveau pour définir un nouveau point sur la situation. Ils se perdent en route et se trouvent bien plsu au nord que ce qu'ils ne pensaient. Qu'à cela ne tienne, ils en profitent pour explorer la partie nord de l'ancien royaume de Mélasurej et survolent la ville de Tirkesch, qui est la clé du nord face à la frontière sud de la Birkanie. Les jours suivants nos deux aventuriers continuent leur mission d'éclairage et une information cruciale leur parvient le 22 avril. Ils découvrent une flotte de 42 navires, faisant voile vers les ports suderons. C'est la flotte impériale d'Ibraïm Al-Oualid qui rentre de son expédition médiane. Arcturus et Philippe voyant cela décident de rentrer sur le champ à Nikopol qu'ils atteignent le 24 avril.
Arcturus décide pour l'instant de s'enfermer dans Nikopol tout en continuant à garder la domination sur le territoire de Khypris. Il s'attend à une attaque d'Al-Oualid car les croisés sont pour l'instant en position de faiblesse car ils attendent toujours la majorité des renforts médians. L'issue de cette situation est donc claire pour les croisés de Khypris qui se préparent à un débarquement muslim imminent. La pression monte sur l'île à mesure que les jours passent. On apprend le 5 mai que la flotte armanienne a passé le cap Ritam qui se trouve au nord de Nikopol. Les armaniens de haute et de basse Bohavie, dirigés par leurs deux princes électeurs respectifs, débarquent à Nikopol le 9 mai. Dès le lendemain, Philippe repart en mission d'éclaireur et dcouvre en route vers Khypris une immense flotte suderonne. Il rentre à Nikopol pour donner la nouvelle et repart immédiatement en quête des informations les plus précises. Il fait des allers retours et revient le 14 mai avec cette nouvelle, deux dragons survolent l'armée muslim, apparement un mineur morat et le médium blanc qu'ils ont déjà affronté. Philippe continue son précieux travail et le 17 mai la nouvelle tombre, Al-Oualid est parmi l'armée d'invasion, et monte un dragon mineur de couleur rouge. Les croisés sont désormais certains qu'il y aura bataille à Khypris et chacun s'y préprare comme il le peut. Arcturus garde en tête qu trois dragons seront présents et qu'en plus l'armée ennemie sera en surnombre. Il commence d'ores et déjà à prépare un plan de bataille qui pourrait permettre aux croisés de survivre à ce qui les attend. L'attente est terrible pour chacun. Il n'y a pas beaucoup d'acitivté sur l'île dans l'attente de quelque chose de terrible qui est sur le point d'arriver. Arcturus ne change pas ses plans et reste dans Nikopol qu'il compte défendre à tout prix, car c'est la meilleure cité de l'île pour livrer ce genre de bataille. En effet Nikopol dispose d'une baie protégée qui lui sert de port. Les quais son fortifiés et un chateau s'èlève sur un éperon rocheux non loin. Il y a quelques machines de guerres dans la ville, surtout des balistes.
Philippe continue à donner les informations les plus précises possibles à son ami qui à partir de cela tente de prévoir une issue à la bataille qui les attend. Le 06 juin, la terrible attente prend fin car la flotte d'Al Oualid fait face au port de Nikopol. Nos amis sont accablés par la présence des dragons mais résolus à faire chèrement payer le prix de leurs vies. Ils montent accompagnés des rois sur un bateau de pourparlers battant pavillon qui s'avfance vers la flotte d'Al-Oualid. Du côté muslim la même chose se produit et les deux navires se mettent bord à bord au soir du 06 juin 1175.

Sur la bateau croisé se trouvent Arcturus de Bélégost, capitaine de la IV° croisade, Philippe de Bénéjacq, général de l'armée de Mélasurej, Etienne de Rasmor, roi de Khyrpis, Willem III, prince de Basse-Bohavie, Ludwig Von Nolendorff, prince de Haute-Bohavie, Léopold III, roi d'Ouestrie, Petr I°, roi de Polohane et Constant I°, roi d'Ossiriand. En face se trouvent Ibraim Al-Oualid, avec son compagnon le grand vizir arborant l'emblème du scorpion. La délégation croisée se trouve face au grand empereur suderon. L'échange commence par des regards, nul ne prend la parole jusqu'à ce qu'Al-Oualid décline son identité et offre à Arcturus de garder Khypris de manière sauve, en échange de l'abandon des prétentions croisées sur le continent. Arcturus s'avance et prend la parole en ces termes: "Vous êtes un profanateur. Vous avez saccagé nos lieux saints, tué nos hommes et nos femmes, volé nos reliques sacrées, usé de malice pour nous attaquer par surprise et refusé toute bataille dans l'honneur face à nos armées. Vous n'avez rien d'un chevalier et votre demande je ne peux même pas l'écouter." Ce à quoi Al-Oualid répond: "Je suis certainement bien plus chevalier que vous". Arcturus reprend après avoir émis un rire sarcastique: "Je pense que nous n'avons absolument pas la même notion de ce qu'est un chevalier. Mon grand-père à déjà vaincu le grand sultan Omar Aydechi lors de la seconde croisade et je vous battrai ici à Khypris." L'empereur part lui aussi d'un sourire sarcastique et déclare: "Vous vous croyez son héritier? Ne le pensez pas car vous périrez tous ici par Allara." Arcturus reprend d'une manière déterminée: " Vous le saurez bien assez tôt alors écoutez bien mes paroles: repartez immédiatement d'où vous venez ou bien Nikopol sera votre mouroir et vous perdrez dix hommes pour en abattre un des miens, par devant Dieu je vous le jure. Restez ici, et nous nous retrouverons bientôt sur le champ de bataille."
L"empreur ne répond pas et fixe ensuite Philippe de Bénéjacq qui n'a pas émis le moindre son pendant l'échange mais qui fixe lui aussi l'empereur d'un regard déterminé. Les bateaux se décrochent et chacun rentre vers son camp. Les croisés savent désormais que la bataille qu'ils craignaient aura bien lieu des le lendemain à l'aube, le 07 juin 1175.

Arcturus a un plan précis en tête. Il sépare l'armée en trois et étale ses forces sur toute la longueur des quais. Il compte avant tout sur ses hommes de trait afin d'infliger un maximum de dommages avant que les muslims ne prennent pied. Si tel est le cas, il a placé ses guerriers lours en tête afin d'empêcher dasn un deuxième temps les muslims d'avancer sur le port. Les troupes sont prêtes. Le fort est tenu par les hommes d'Ouestrie et de Khypris. A la capitainerie, qui occupe une position centrale sur le port, sont placés les archers longs de Béarnie. Devant eux sur le quai central se trouvent les arbalétriers croisés, des ossiriandais, des fuxéens, et des mercenaires de Tark. Au nord des quais se trouvent les troupes armaniennes et au sud un bataillon hétéroclite composé des archers de Béarnie, de Fuxée, de Khypris et d'Ossiriand. Ce plan est totalement défensif et il vise avant tout à annuler toute possibilité de débarquement pour les troupes suderonnes. Avant que les troupes ne se dispersent chacunes selon leurs affectations Philippe empoigne la banière de Mélasurej et monte au sommet du clocher d la place principale. Il s'adresse alors à toute l'armée de sa voix puissante et appelle à la bataille. Il pace cette bataille sous les yeux de Tharès et demande aux croisés d'avoir confiance dans leur tactique e leur entrainement. Ce jour est un jour glorieux pour la médianie et il ne tient qu'aux troupes présentes ici d'en faire la démonstration. Ses paroles sont bues par la foule aussi bien que par les puissants et Arcturus lui-même depuis la fenêtre de son bureau regarde le chevalier de Bénéjacq d'un regard empreint de loyauté. C'es totalement raffermis que suite à cela les toupes s'organisent, malgré la présence des dragons et l'avancée inexorable des navires de guerre muslims.

Les bateaux s'avancent jusqu'à être sous la portée des archers et des balistes placées sur les quais et c'est sou un feu nourri que le suderons avancent vers les quais. Ils ripostent avec leurs propres archers embarqués sur des navires plus petits et rapides. Les croisés se montrent adroits et intraitables et infligent de lourdes pertes dasn les rangs ennemis lorsque leurs bateaux atteignent enfin les quais de Nikopol. Plusieurs tentatives de débarquement ont lieu en même temps mais les soldats sont prêts et ont reçus leurs consignes et s'amassent sur les quais afin de nier tout débarqeument suderon. Pendant ce temps Arcturus, Philippe et Tark le Fort regardent le déroulement des opérations depuis la capitainerie. Les choses deviennent nettement plus compliquées lordsque les dragons entament leur approche vers la ville. Le blanc et le morat semblent vouloir se porter sur l'arrière de la ville où se trouvent les réserves de cavalerie pendant qu'Al-Oualid sur son dragon rouge se rend sur les quais et commence à manier son dragon d'une main de maître dispensant de grands lance-flammes tuant une centiane de soldats très rapidement. Notre équipe s'organise et Arcturus prend la décision d'envoyer Philippe t Tark sur le griffon à la poursuite des deux dragons car ils sont les seuls dans l'armée à pouvoir leur faire face. Pendant ce temps il se rendra lui-même sur les quais afin d'essayer d'empêcher Al-Oualid de commettre un nouveau massacre. Nos compagnons se séparent donc.
Philippe est aux commandes du griffon et se rend rapidement à l'encotre des dragons. Il décide de charger tout d'abord le dragon morat qui est déjà en trian de faire de sérieux dégâts. Lorsque se produit l'impact de la grande charge Philippe assène un terrible coup au dragon qui en réchappe avec une blesssure mortelle au tronc. Mais la frappe de Tark le semi-ogre est encore plus puissant derrière et tue net le dragon, sa hache à deux mains fendant complètement les grosses écailles de la tête du Morat. Le dragon blanc a vu cela et compte bien prendre sa revanche. UN combat plus difficile s'engage et nos amis n'hésitent pas à dépenser leur pouvoir dès qu'ils le peuvent afin d'inliger du dégât. Tark est impressionant et parvient à blesser mortellement le dragon blanc qui s'éloigne pour agoniser. Néanmoins ce combat a couté cher à nos deux amis, surtout à Tark, au niveau de la réserve de pouvoir. Philippe décide de rejoindre Arcturus sur les quais en espérant qu'il ne soit pas trop tard mais en survolant le quai principal où des muslims ont débarqués, il aperçoit trois manteaux distinctif de l'Etat-major d'Al-Oualid. En contrebas se trouvent un berserker placé sous le signe du lion, un immense guerrier en armure lourde placé sous le signe du teaureau et un puissant magicien de niveau 8 arborant le signe du cancer. Ils font un véritable carnage et si nos amis n'interviennent pas il est clair que les muslims pourront très bientôt débarquer à cet endroit. Délaissant le sort d'Arcturus ils fondent sur le plus pressé. Tark passe par le sol pour créer une diversion pendant que Philippe arrive en grande charge depuis les cieux. Un combat titanesque à deux contre trois s'engage. Le combat est inégal aussi au niveau du pouvoir mais qu'à cela ne tienne, nos deux croisés ont pour eux la rage et la détermination. Le bouclier du taureau explose sous les impacts, le lion est blessé et le magicien utilise du pouvoir pour siogner ses blessures. Tark subit maints assauts et par une malchance incroyable ne parvient à parer aucun des coups qui lui sont assénés. Il finit par tomber sous les coups extrêmements puissants que lui assène le berserker du lion. Philippe voit tout cela et lance une nouvelle charge qui broie net la tête du taureau. A ce moment un puissant cor muslim résonne sonnant la retraite générale. Philippe poursuit malgré tout ses assauts et rattrape les officiers du cancer et du lion alors que ceux-ci sont en passe d'embarquer. Il leur assène alors des coups chargés de toute sa colère et les deux suderons périssent osus les coups de masse du fuxéen.
Le cor muslim de la retraite sonne car les croisés ont en effet poursuivi leur action et les débarquements sont tous maitrisés. Les flèches pleuvent et beaucoup atteignent leurs cibles. Les pertes muslims sont considérables pendant que dans le même temps les croisés en perdent un minimum. Le cor qui a résonné est celui d'Al-Oualid en personne.
En effet lorsque Philippe et Tark sont partis vers les dragons, Arcturus s'est téléporté vers Al-Oualid. Il utilise alors la même tactique que contre le chevalier du sagitaire. Arrivé à portée du dragon Arcturus passe à l'assaut en se téléportant directement en selle derrière Al-Oualid et en déclenchant une pluie de lumière de niveau 8 qu'il avait chargé précédemment à l'aidre d'un point de pouvoir. L'empereur suderon subit de plein fouet l'attaque du magicien médian et perd 5 points de pouvoir du fait de cette action. Arcturus continue à attaquer et fait encore perdre des points de pouvoir à son adversaire. Al-Oualid est dans une rage folle et parvient à placer une attaque qu'Arcturus pare de justesse à la tête. La grande épée du suderon explose littéralement la pauvre targe du magicien qui sent que son niveau est considérablement plus bas que celui de son ennemi. Il décide alors de se téléporter à nouveau pour se mettre en lieu sur mais la tâche n'est pas aisée et il doit éviter les assauts du dragon. Il y parivent néanmoins et décide de repartir très bientôt pour apliquer la même stratégie. Al-Oualid est assez choqué de ce qui vient de lui arriver et il profite pour faire un tour d'horizon de la bataille, se rendant compte que l'issue est désormais bien incertaine pour son armée. Au même moment Arcturus apparait à nouveau devant lui et l'assaille commme précédemment lui infligeant à nouveau de grands dommages. sous la pression d'Al-Oualid Arcturus se retéléporte à l'écart, mais toujours à portée de missile magique du sultan. C'est à ce moment que ce dernier prend son cor et appelle à la retraite générale. Cela motive encore plus les troupes croisées qui jettent les muslims à la mer et font tomber sur eux une pluie de flèche abominable. Al-Oualid essaie lui aussi de s'enfuir mais il est la cible d'Arcturus qui tire des missiles magiques et se téléporte dans sa direction alternativement. Al-Oualid a perdu 11 point sde pouvoir dans cet échange lorsque son dragon prend son evol vers le large mais Arcturus parvient à se téléporter de justesse derrière lui pour l'attaquer à nouveau. Le sortilège est fatal, mais n'atteint même pas sa cilble, placé très visiblement sous une protection divine. Arcturus sentant la situation lui échapper se jette dans le vide au dessus de la mer et se téléporte vers le port où il retrouve Philippe. Ce dernier lui annonce la mort du grand Tark, Tueur de Dragon, et le félicite nénamoins pour son plan de bataille qui a fonctionné à merveille. Arcturus est profondément touché par la perte de son ami mais déclare que la bataille n'est pas finie et qu'il reste une personne à tuer. Philippe comprend immédiatement ce que veut dire le magicien et se met en selle sur Jupiter. Arcturus monte derrière lui et ils s'élancent dans les airs à la poursuite du dragon rouge blessé par les archers. Al-Oualid a décidé de survoler sa flotte ainsi nos amis parviennent à le rattraper à la grand surprise du suderon qui est effaré devant tant d'audace. Le griffon se met à portée et Arcturus incante un terrible sort qui vient impacter en pleine tête le suderon qui ne peut le parer. Ses points de pouvoir sont désormais trop bas et c'est un corps sans vie qui plonge vers les eaux. Arcturus et Philippe font de suite demi tour et le dragon rouge ne les poursuit pas, sentant bien que le combat ne serait pas forcément à son avantage. Les deux croisées regagnent les quais et comtemplent leur succès. ILs passent avec le griffon au dessus des troupes médianes, Arcturus l'épée pointant vers les cieux et Philippe tenant fermemant la grande banière. ILs sont acclamés par l'armée croisée qui sait qu'elle leur doit en grande partie le succès de ce jour.
Nikopol est libérée et de plus Al-Oualid est mort! Le grand empereur qui faisait l'union de tout un sous-continent est tombé dans une bataille où son orgeuil l'a emporté sur sa raison, ce sur quoi avait tablé le stratège médian et provoquant directement l'emperuer suderon. On fait bientôt les comptes et on dénombre quelques 2333 croisés tombés au combat pour 9762 suderons. Arcturus a bel et bien tenu sa parole et infligé leur première grande défaite aux troupes suderonnes en Orient. Cela n'aurait guère été possible sans l'intervention charismatique de Philippe et son action avec Tark sur les deux dragons et l'Etat-major d'Al-Oualid. Le soir de la bataille, les roups croisées sont en liesse et chacun remercie Tharès à sa manière d'être toujours de ce monde.
Arcturus et Philippe font inhumer Tark en inscrivant sur sa pierre tombale son nom suivi de la mention "tueur de dragon" et de la date de son décès. L'Armée de Tark se met au service d'Arcturus qu'lle juge digne de les commander, et surtout, de les payer. C'est dasn une Nikopol plus que jamais médiane que nos deux héros s'endorment enfin au soir du 7 juin 1175.
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Dim 27 Nov - 17:07

La bataille de Nikopol est une victoire totale pour l'armée croisée et ses chefs savent que la mort d'Al OUalid risque de créer une puissante onde de choc parmi les troupes aztabanaises. Khypris est pour l'heure hors de danger et les soldats prennent un repos bien mérité après leur exploit récent. Arcturus retourne à ses études magiques tandis que Philippe continue à assurer l'éclairage à l'aide du griffon Jupiter. Il survole l'île et s'avance en mer à la recherche de dangers imminents pour la base des croisés. Le 17 juin, il s'avance jusqu'au continent et revient avec des informations auprès d'Arcturus. La côte entre Ashkelon et le grand port de Damalte est dégagée, l'amée aztabanaise est localisée pour l'essentiel dans le delta du Nehel autour d'Al-Akria et de Mélasurej avec pas moins de 100 000 hommes. Arcturus commence à réfléchir à une action sur le continent car il sait que le port de Damalte est stratégique sur ce théâtre d'opérations. Il est en effet très grand et abrite une puissante forteresse de défense. Ce serait l'endroit idéal pour établir une base sur le continent, en cordination avec Khypris. Le plan est toujours en préparation lorsque l'annonce arrive le 21 juin de l'approche de renforts médians au nord du cap Ritam. Les navires battent pavillon du Notherland et du Borgium. 2 jours plus tard la décision est prise et l'armée croisée s'embarque pour le continent. Le 27 juin, l'armée croisée entre dans Ahkelon dénuée de toute défense. Philippe est envoyée à l'encontre des flottes croisées au nord pour leur demander d'accoster directement à Damalte. Il rencontre le roi de Borgium Ferdinand ainsi que le roi de Notherland Constant I° qui avait acceuilli Philippe et Arcturus chez lui peu après la rencontre de nos deux amis. Le roi de Borgium annonce la présence de ses 5 000 hommes et celui de Notherland donne le chiffre de 7 000. A Ashkelon le 28 juin, la nouvelle parvient de mouvement aztabanais dans cette direction. Ce sont environ 70 000 hommes qui marchent depuis le delta du Nehel vers leur position. Arcturus sait que son armée ici présente n'a pas les moyens d'affronter ceux qui s'avancent et décide d'envoyer un messager à l'encontre de l'armée muslim pour ouvirir des pourparlers suite à la mort de l'empereur aztabanais. Le messager est ignoré et les muslims continuent leur approche. Le 30 juin, c'est Philippe qui est envoyé avec une nouvelle demande de pourparlers. On ne lui répond pas non plus et les suderons semblen bien décidés à livrer bataille.

Devant cette situation, Arcturus décide de se replier au nord vers Damalte où les renforts de Borgium et de Notherland sont arrivés. L'armée se met en route le 01 juillet et atteint Damalte grâce à sa flotte 4 jours plus tard. La totalité des troupes croisées sur le terrain sont désormais rassemblées et comptent environ 60 000 hommes. Philippe continue de récolter de prcieuses informations grâce au griffon et l'on apprend que le 11 juillet les muslims investissent Ashkelon. Ils semblent conitnuer à présent vers Damalte dans l'espoir affiché de bouter tout médian de ces terres. Le 25 juillet, date de l'anniversaire d'Arcturus, un nouveau point est fait sur la situation par Philippe qui parle désormais d'environ 100 000 hommes à moins de 100 km au sud de Damalte. Arcturus échafaude une stratégie audacieuse qui vise directement Al-Akria. IL décdide d'attendre les suderons à Damalte le plus longtemps possible avant de leur fausser compagnie avec l'armée entière à bord des bateaux à quai, bien plsu rapides qu'une armée terrestre en mouvement. Les croisés attendent donc dans Damalte jusqu'au 30 juillet. Le lendemain, l'immense armée suderonne est en vue et Arcturus met son plan à éxecution en ordonnant l'embarquement immédiat. La flotte s'éloigne bientôt des quais devant une armée suderonne interloquée et certainement frustrée. Le cap est mis sur Al-Akria plus loin au sud avec l'objectif pour Arcturus de s'emparer de la ville pendant que les 100 000 muslims sont hors de position. Philippe repart évidemment scouter, et revient le ledemain en annoncant qu'environ 60 000 soldats se trouvent toujours à AL-Akria. Arcturus est fort surpris comme à chaque fois devant tant de masse numéraire de la part des suderons et abandonne son plan initial car il désire avant tout conserver au maximum ses troupes en attendant la totalité des roupes croisées plutôt que de tout risquer sur une attaque irraisonnée. La flotte remet donc cap vers Nikopol qui est ralliée le 07 aout. Philippe est lui aussi intrigué par le nombre des soldats suderons et décide de définitivement s'assurer de la situation en effectuant un voyage au sud du delta du Nehel. Il survole Antokas puis Anaxandre au sud du Nehel et dénombre une armée d'environ 8 000 hommes accompagnés d'oliphants! Des sortes de ammouths géants équipés pour le combat, portant sur leur dos l'équivalent d'une tour de combat et dressés pour la guerre. Philippe compte 6 monstres. Philippe continue vers le sud jusqu'à la ville d'Abbas à quelques 800 kilomètres au sud de la position la plus méridionale qu'aient atteints alors les croisés! Il ne découvre pas plus de données intéressantes et rentre à Nikopol qu'il atteint le 20 aout.

Philippe est éreinté par ses semaines incessantes de voyage et décide de prendr une semaine de repos, ce que lui accorde bien volontiers Arcturus. Les médians s'habituent plus ou moins bien au climat suderon et à ses grande chaleurs. Heuresement pour eux, la ville de Nikopol bénéfice du climat marin et le vent est souvent présent pour rfraîchir l'atmosphère. Des problèmes que n'ont pas à subir nos deux compagnons qui logeant au palai royal bénéficie du confort maximum de l'époque. Nous sommes déjà le 22 septembre quand nos deux amis, bien remis de leurs blessures et de leur fatigue, décident de partir pour le continent avec Jupiter afin de mener une nouvelle reconaissance et aussi dans le but secret d'effectuer un petit voyage aux cryptes car Arcturus en a besoin pour passer son niveau 9 magique. Ils se mettent donc en route. Arcturus a deviné qu'une entrée des cryptes setrouve non loin car il a lu maintes fois dans les chroniques de la vie de Tybérias que celui-ci lorsqu'ilétait roi à Mélasurej s'absentait régulièrement seul pour des ovyages vers le nord du royaume. On raconte qu'il aurait été particulièrement généreux avec la population suderonne du village de Topt, qui lui gardait son cheval alors que celui-ci continuait son voyage à pied dasn les contreforts rocheux situés non loin au nord est. Auparavant tout cela semblait bien énigmatique à Arcturus mais depuis qu'il a fait l'expérience des cryptes dasn les Pyrénides il est presque certain que c'est bien dasn une entrée similaire des cryptes que son grand père se rendait avant lui.
Nos deux amis survolent donc cette zone et Philippe fai décidément des miracles de perception car il repère très vite une forme taillée dans la roche représentant une bouche de dragon ouverte. Nos deux amis sont très heureux de découvrir l'entrée rapidement et s'y engouffrent pour rejoindre la ville qu'ils connaissent désormais de Néresme. Nos deux aventuriers sont là uniquement pour accomplir un niveau supplémentaire, le premier à partir de la ville, le -11. Selon les calculs d'Arctrurus cela lui permettra d'engranger le pouvoir nécessaire pour passer le niveau 9 en magie qu'il rêve d'atteindre depuis toujours. Le niveau est brillament accompli et nos deux amis s'en sortent en atteignant leurs limites niveau pouvoir. Ils comprennent à la sortie qu'ils ne peuvent aller bien plus loin pour l'heure dans l'aventure cryptale car leurs opposants avaient désormais plus d'initiative qu'eux dans les combats ce qui risque de les pénaliser fatalement par la suite. Ils sont donc heureux de sortir et Arcturus comme prévu parvient à passer son neuvième niveau d'arcanes en magie neutre, bénéfique et lumineuse. C'est désormais un magicien de très haut niveau possédant une puissance hors normes même si il est encore loin de comprendre l'étendue de ses nouveaux pouvoirs. Philippe quand à lui continue dans la voie du guerrier et passe désormais pour le champion de l'armée croisée. Arcturus en prfotie aussi pour réaliser des enchantements dans les cryptes pour lui et Philippe. les ingrédients sont achetés à prix d'or et nos deux amis y mettent toutes leurs économies. Malheuresuement le mage échoue ses rituels et du pouvoir ainsi que les ingrédients sont perdus dans l'affaire. Arcturus est hors de lui et décide de demander de l'aide à son ami Inoe le jeune mage elfe de la forêt de Brogniartt dans les Pyrénides. IL quitte alors Philippe et part pour un voyage de 3 jour de téléportation niveau 7. Il se renseigne auprès de son ami qui n'a pas les ingrédients que demande Arcturs, notamment les plus rares. Ce dernier n'en démord pas et se met dans le bois elfique àla recherche de licorne et d'ents sans aucun succès. C'est bien dépité qu'il se rend à l'évidence et rejoint finalement Philippe à l'entrée des cryptes. Nos deu héros décident enfin de rentrer vers Nikopol après avoir effectué la reconnaissance qu'ils ont promis aux rois médians.

Nous sommes le 08 octobre et Philippe et Arcturus survolent la région du delta du Nehel. AL et Mélasurej sont toujours copieusement garnies de troupes et pour l'heure imprenables. Néanmoins nos deux amis repèrent aussi une armée au sud de Damalte et faisant rroute vers Ashkelon et le sud. Il y a là environ 30 000 hommes. Chose très surprenante ils ont avec eux environ 4 000 prisonniers qui portent les couleurs de la Birkanie. Nos deux amis ne savent quoi en penser puisqu'aux dernières nouvelles AL-Oualid avait sympathisé très fortement avec les birkaniens afin d'unifier tous les muslims sous sa coupe. Arcturus et Philippe comprennent que les troupes suderonnes stationnées au nord opèrent un mouvement pour consolider les défenses muslims dans le delta du Nehel. Après un rapide calcul Arcturus arrive à la conclusion que s'ils retrent aussitot à Nikopol et qu'ils embarquent avec l'armée, les croisés devraient pouvoir couper la route aux muslims un peu avant que ceux-ci n'aient atteint Ashkelon. C'est avec cette idée en tête qu'ils rentrent à Nikopol et orodonnent la levée de l'ost. Les croisés sont un peu plus de 50 000 pour cette première expédition sur le continent. Arcturus a l'intention de frapper puis de rentrer à l'abri sur Khypris.
AUssitot rentrés les ordres sont donnés et les premiers à embarquer sont les 200 rodeurs de Tark ainsi que les 200 archers de cavalerie halvétiques. Ce sont des troupes mobiles et spécialisées dans la guerilla et la gestion de l'information. Ils seront commandés directement par Philippe. Leur mission est d'arriver en avance de l'armée croisée et de repérer le terrain. Ils doivent trouver le lieu le plus approprié pour une bataille et supprimer les éclaireurs ennemis pour leur ôter toute vision de ce qui se prépare. Philippe de son côté fait la majeure partie du travail dpeuis son griffon qui lui donne un avantage de mobilité décisif. IL parvient ainsi à défaire à lui seul plusieurs escoudes d'éclaireurs ennemis. Lorsque la flotte accoste le 14 octobre, la zone est sous contrôle et un terrain a été trouvé. Philippe reçoit les félicitaitons d'Arcturus pour cette première phase de la bataille qui est essentielle quand à l'issue de l'exédition engagée. L'armée débarque en bon ordre. Arcturus s'informe donc sur le lieu choisi et batit un plan de bataille avec ces données. L'attaque aura lieu le long de la route principale que l'armée ennemie emprunte. SUr le côté gauche il y a un petit relief dont une bonne partie est accidentée mais qui présente aussi une surace praticable pour des chevaux et des hommes. De l'autre côté de la route le terrain descend en pente douce sur une plaine d'herbes hautes.

Le 16 octobre les troupes sont prêtes à rejoindre le lieu choisi. Avant cela les chefs de l'expédtion se mettent d'accord pour demander à Philippe d'haranguer l'armée. Les rois qui viennent d'arriver en sont assez surpris mais laissent une chance au chevalier fuxéen de démontrer son charisme. Les capitaines qui ont déjà combattu à ses côtés n'hésitent pas à lui confier cette tâche, Arcturus le premier. Philippe s'adresse donc à l'armée après avoir comme à son habitude empoigné la grande banière magique. IL leur demande de briller encore cette fois comme cela a été le cas jusqu'à présent. Il avance que c'est la première bataille de cette croisade qui se déroule sur le continent et qu'il en va de la réutation de toute l'armée et de ses généraux. Il demande à chacun de penser aux guerriers médians qui ont déjà péri ici pour libérer les lieux saints et appelle à la guerre sainte. Sa harangue est une nouvelle fois spectaculaires et les troupes acclament loyalement leur champion (2 possé à 30+, gg).
L'armée se met donc en marche. Les capitaines de l'expédition se rendent en avance sur le champ de bataille car Arcturus veut leur expliquer son plan. IL a prévu de placer ses hommes de traits sur le relief accidenté d'où ils auront un bon angle de tir et où ils seront hors de portée des muslims. Sur la surface praticable du relief se trouvera la cavalerie au complet prête à chargée et seconder par plusieurs contingents de piétons. Enfin, lorsque la bataille sera engagée les 18 000 piétons restants et tapis en contrebas de l'autre côté de la route dans les herbes hautes surgiront pour porter le coup final. Le plan est alors immplacable et les rois acceptent volontiers d'appliquer l'idée du capitaine Arcturus (30+ possé 30+, 35 score strat, mon chef-d'oeuvre bounce).

C'est le 28 au matin que l'armée suderonne apparait au bout de la route. Les troupes sont toutes placées et attendent le signal pour attaquer. Les croisés laissent l'avant-garde passer. ILs sont bien cachés et les suderons ne s'aperçoivent de rien jusqu'à ce que le cor annonçant la volée de flèches sonne. 10 000 archers font alors feu et infligent un dommage monstrueux. A partir de là, tout s'enchaîne très vite. La cavalerie, menée par Philippe et tous les rois, qui ont tenu à participer personellement à la bataille, fond sur les soldats muslims surpris. Ce sont pas moins de 3000 chevaliers accompagnés d'environ 9000 cavaliers légers qui chargent en contrebas. Là aussi l'impact est terrible. Philippe dans la mêlée fait tournoyer sa masse et abat les ennemis comme un métronome. Arcturus quand à lui s'est placée en haut du relief avec son griffon Jupiter et observe le déroulement de la bataille à la longue vue, objet muslim hautement intéressant, prêt à intervenir en cas de surprise. Après les cavaiers déboulent les soldats qui viennent enfoncer un peu plus les lignes ennemies. Ils sont environ 10 000 à arriver ainsi. La bataille est acharnée et les muslims ploient très vite sous les coups croisés. Les régiments aztabanais tentent alors de fuir vers la mer mais les 18 000 piétons qui se tenaient en embuscade surgissent des hautes herbes et stoppent net toute volonté de fuite pour les suderons. La bataille continue ainsi, les pertes muslims sont terribles et ils ne sont bientôt plus qu'environ 8000. Ils tentent alors de se rendre. Arcturus réfléchit quelques instants car la nouvelle lui est parvenue qu'une autre armée muslim fait route vers Ashkelon et qu'elle n'est qu'à 3 jours de leur position. Au vu du succès du jour Arcturus décide de prendre sa chance et menant un deuxième assaut surprise sur les suderons. Dans cette optique il n'a pas le temps de faire des prisonniers car son armée doit être mobile et il ordonne alors l'éxecution des muslims. Ceux-si qui sont encore armés tentent de se défendre mais ils sont très vite submergés et abattus. Cette bataille est historique pour les croisés car ce sont environ 28 000 soldats suderons qui sont tombés contre à peine plus de 500 croisés. Le résultat dépasse toutes les espérances des chefs croisés.
Arcturus pendant la liesse qui suit une bataille aussi brève que brillante reçoit le chef des prisonniers birkaniens qui accompagnaient l'armée. Il se présente comme le prince Malik Abasser, prince de Papyre en Birkanie. Il explique la situation. APrès la mort d'Al-OUalid environ 90 000 soldats d'Al-Aztaban ont envahi la Birkanie ravageant tout et pillant out sur leur passage. L'armée birkanienne a été écrasée et le pays pillé, les populations réduites en esclavage. Il y a là 4000 soldats birkaniens prisonniers et destinés aux travaux forcés pour les aztabanais. Cette décision des chefs de l'armée d'Al-Oualid d'attaqer la Birkanie surprend au plus hauit point Arcturus qui ne perd pas cette occasion pour montrer au birkaniens qu'il est leur mai et qu'il veut se montrer conciliant avec eux. IL fait libérer tous les prisonniers e leur permet de s'équiper sur les cadavres des vaincus en les autorisant à rentrer chez eux par la suite ibrement. IL demande seulement en échange de cet acte que lorsque le royaume sera repris, les brikaniens cèdent les forteresses sur la frontière nord du royaume de Mélasurej, dans les limites qui existaient sous Tybérias I°. Mais Malik veut aller plus loin et se venger des aztabanais en marchant avec les croisés. Arcturus et les rois médians acceptent très vite cette idée et leur armée se renforce de quelques 8000 soldats. Il est décidé de marcher aussitot contre la deuxième armée aztabanaise revenant du nord. Cependant on apprend que celle-ci est commandée par l'un des chevaliers zodiacaux en personne, le représentant du bélier. Cela refroidit aussitôt nos héros qui y réfléchissent à deux fois. Mais Arcturus prend tout de même la décision d'attaquer , en terrain dégagé et en profitant du surnombre des croisés pour cette bataille car les ennemis osnt environ au nombre de 30 000 tandis que l'armée croisée monte aux alentours des 60 000 soldats. Ainsi l'armée croisée se met-elle en marche vers l'ouest afin de couper la route au bélier qui avance lui aussi vers Ashkelon est qui n'est probablement pas encore au courant du désastre qui est survenu à ses alliés un peu plus tôt dans la matinée.

Le 19 octobre 1175 l'armée croisée rencontre l'armée aztabanaise qui faisait route vers Ahkelon depuis Mansurech. Arcturus force le chef ennemi à la bataille par cette arrivée inopinée. Les troupes suderonnes so'organisent rapidement, de même ques les troupes croisée. Nos amis ont vu auparavant qu'il est inutile de demander des pourparlers et ils ne sont pas là pour cela de toute manière donc la bataille s'engage dès que les archers sont à portée de tir. On assiste à une bataile rangée qui dans la stratégie mise en place ne comporte pas de grande originalité. Néanmois les capacités de Philippe pour le charisme et d'Arcturus pour la stratégie donnent un petit avantage aux troupes médianes. La bataille fait bientôt rage et la mêlée s'engage. L'objectif de nos deux héros dans cette bataille est bien entendu de se débarasser du bélier qui se promet hautement dangereux pour les troupes médianes. Ils attendent que la bataille s'engage totalement avec de s'envoler à dos de griffon vers la position du chef ennemi. Celui-ci n'est pas seul, il est entouré de 8 magiciens qui le protègent de leur sortilège et fait surprenant, il semble ausi y avoir 5 élémentaires de taille médium qui lui servent de gardes du corps. Qu'à cela ne tienne Arcturus et Philippe attaquent en pleine charge. Arcturus déclenche en avance de phase son sort de réfraction niveau 6 qui atteint le pemier magicien mais ce dernier pare le projectile magique. Philippe assène des coups de masse aux élémentaires qui encaisent quelques niveaux de blessure. Le chevalier du bélier attaque mais manque son coup. L'opération est donc renouvelée et les deux chevaliers font des passages en charge en attaquant et en encaissant les dégats ennemis. Arcturus tente les dards niveau 7 qui infligent encore quelques dégats aux élémentaires. Il enchaîne avec la pluie de lumière niveau 8 qui inflige de lourds dégats aux magiciens pendant que Philippe continue à attaquer les élémentaires. Les attaques du bélier sont extrêmment puissantes et le bouclier du Bénéjacq est sur le point de céder. Mais bientôt les magiciens et les élémentaires sont abattus et nos deux amis peuvent alors se concentrer sur le chef ennemi. Arcturus lance alors le dernier sort qu'il a appris, lemissile de niveau 9, qui ne laisse aucune chance au bélier en plus des attaques démentes de Philippe. Bientôt le chef muslim s'éroule sous les coups répétés de nos deux amis. Lorsqu'ils lèvent la tête pour faire un point sur la situation, ils constatent que les croisés sont en passe de l'emporter t quelques minutes plus tard, 4000 aztabanais se rendent. Les pertes croisées et birkaniennes s'élèvent à un peu moins de 9 000 hommes tandis que ce sont sont 24 000 sudeorns qui sont tombés. Encore une fois la victoire est totale et l'armée aztabanaise du nord n'est plus. Pourtant dans le delta du Néhel il reste encore toujours assez d'hommes pour écraser en surnombre l'armée médiane. Sachant cela Arcturus ordonne aussitôt le repli vers la flotte afin de se mettre à l'abri derrière les murs de Nikopol en embarquant les 4000 prisonniers muslims. Arcturus et Philippe font leurs adieux au prince birkanien Abasser qui retroune lui aussi vers son pays afin de reprendre en main la situation.

Le 21 octobre, la flotte croisée se met en route vers Nikopol après avoir infligé encore une fois un dommage décisif aux troupes suderonnes. L'hiver approche et tous les espoirs d'Arcturus sont fixés au nord sur les renforts considérables qui sont toujours attendus à Khypris afin de reprendre une fois pour toutes le delta du Néhel qui apparaît toujours à ce moment là imprenable.
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Mar 6 Déc - 22:20

La situation sur Khypris semble sous contrôle pour une durée assez longue après les exploits de l'année 1175 en Orient. Les croisés victorieux de retour à Nikopol reprennent leurs quartiers d'hiver. Arcturus et le conseil réorganisent les troupes et dispersent leurs contingents sur toute la façade ouest de l'ïle entre les villes de Beloued et de Nisram au Nord, et la baie de Baziras au sud. La pression sur Nikopol est désormais atténuée ce qui permet aux croisés de respirer et d'assurer une meilleure gestion du territoire. Malgré le bon climat général, Arcturus et Philippe apprennent par des rapports d'éclaireurs que des dragons survolent régulièrement Khypris. ILs ont repéré plusieurs dragons rouges de taille mineure et plus inquiétant, un dragon médium de sable, spécimen partiulièrement rare et dangereux. Ce dernier a de plus été repéré non loin de Nikopol. Nos deux aventuriers s'en préoccupent sans pour l'heure savoir comment procéder car même si ils ont déjà abattu des dragons par le passé, cela reste un challenge très difficile à réaliser. Arcturus qui a un peu de temps libre en profite pour mener quelques recherches sur Tybérias et renforcer sa foi. Il entretient en secret une dévotion pour Saint Tybérias dont le culte est jugé comme hérétique depuis la chute du roi croisé suite au complot ourdi contre lui par les forces avsalémites. Arcturus apprend d'ailleurs qu'un modeste culte tybérien est entretenu à Nikopol malgré l'interdiction, bien que ce dernier soit étroitement encadré. Arcturus ne s'y mêle pas car refusant de pratiquer sa foi sous le contrôle du clergé et par une pratique considérée comme hérétique en Médianie. Il continue donc à pratiquer dans le secret de la chapelle privée du palais.

Le 26 octobre, le dragon des sables est apreçu volant au dessus de la ville. Arcturus et Philippe ne réfléchissent pas, font sceller Jupiter et décollent à la rencontre du monstre. Encore une fois c'est la pleine charge qui est lanée par Philippe, Arcturus en renfort avec ses sorts de niveau 9. L'affrontement est une nouvelle fois terrible, les points de pouvoir sont utilisés afin d'arracher des points de choc et des niveaux de blessure. Jupiter se comporte idéalement et parvient à rester inssaisissable pour le dragon grâce à sa vitesse et à son agilité. Finalement, Philippe parvient à achever le dragon au dessus des remparts de la ville sous les yeux des soldats héberlués. Lorsque le griffon se pose au sol, une immense clameur monte pour célébrer Arcturus mais encore plsu Philippe qui encore une fois a démontré la pleine étendue de ses talents guerriers. L'armée fait accorde plus que jamais une confiance totale à celui qu'elle a choisi comme son champion.

Lorsque nos deux aventuriers sont remis de leurs émotions ils procèdent à jun point équipement et réfléchissant à la manière de mettre à profit tous les ingrédients et les écailles à prélever sur les dragons. Philippe est particulièrement intéressé et entame des démarches visant à trouver les meilleurs cuisiners possibles, dussent-ils se trouver à la cour des rois médians. Il a ainsi une entrvue avec Petr de Polohane. L'entretien commencé amicalement tourne bientôt au vinaigre lorsque Philippe apprend que Petr ne peut rien pour lui. De plus le ton adopté par le roi de Polohane déplait à ntore chevalier fuxéen et l'entretien se termine par un saignant: "Vous m'emmerdez monsieur" de la part de Philippe. Petr de Polohane est assez consterné mais ne relève pas, surtout après avoir vu de quoi est capable le bouillonant chevalier. Philippe ne désarme pas et s'entretient ensuite avec Ludwig Von Nolendorf, prince de Haute Bohavie. Là encore le caractère impétueux du jeune chevalier reprend le dessus et se termine par un tout aussi cinglant: "Allez, cassez-vous". Philippe ne se fait donc pas que des amis à Nikopol, victime de son caractère impulsif. Atcturus apprend la nouvelle et s'en décharge totalement déclarant que les capitaines croisés son bien assez grands pour régler leurs différends sans lui.

Philippe vient tout de même un peu plus tard trouver Arcturus pour lui exposer ses prblèmes comportementaux. Arcturus est quelqu'un de compétent en psychologie qui a cerné depuis des mois déjà na nature impulsive de son ami. Il lui propsoe donc d'en discuter et de pousuivre une thérapie sérieuxse visant à guérir Philippe de ses maux psychologiques. Il est vrai qu'après avoir été trop exposé au mal des cryptes le chevalier s'était trouvé atteint d"une nouvelle maladie liée à la dépense et vu son psychisme durablement affecté. Après sa discussion avec Arcturus, Philippe décide de s'amender et retourne voir Petr pour s'excuser mais l'entretien ne se termine pas mieux et Philippe comprend qu'il lui reste bien du chemin à faire avant de trouver la guérison. L'équipe qui n'a pas cessé ses activités militaires depuis près d'un an et qui est toujours sous la menace de dragon se sent éreintée et décide de descendre anonymement en ville pour une soirée dans une auberge modeste. Malheureusement Arcturus se révèle très peu endurant à l'alcool et se retrouve à déprimer sur le comptoir. Il expose à Philippe ce qui le travaille, en ce moment ce qu'il appelle un manque de reconaissance envers son travail pour la Médianie. Il sent bien que la gloire va à Philippe pendant qu'il gagne de son côté les batailles dans l'ombre. Ce n'est cependant pas de la jalousie dans le sens où Arcturus est loyal au charisme de Philippe et est heureux de l'avoir pour chamoin de l'armée. Philippe comprend son ami et continue à boire malgré qu'Arcturus ne semble pas devoir revenir dasn la soirée.
Le lendemain matin Arcturus décide de partir se mettre au vert à la source du Naphram occidental, à 100 km au nord de Nikopol. Philippe décident de l'accompagner et ils partent donc avec Jupiter se poser près d'un lac. Arcturus passe la journée tranquillement à étudier divers parchemins pendant que Philippe profite de sa sortie pour pratiquer le levage en pleine nature. Le mois de novembre s'écoule ensuite entre les mission de repérage en mer et au dessu de l'île pour trouver les dragons.

Le 30 novembre, Phillippe repère un point minuscule à l'horizon. Le griffon s'approche et nos deux amis aperçoivent une flotte en piteux état faisant voile vers le sud. Les navires semblent abîmés et battent pavillon aztabanais. Arcturus et Philippe en sont fort intrigués et décident de s'informer au mieux de la situation en fonçant directement sur l'un des navires. Arcturus déclenche un sort de groupe qui nettoire le pont supérier et Philippe s'empare du capitaine du navire et le hisse sur le griffon. Ils redécollent et se retrouvent haut dans le ciel avec un capitaine de navire aztabanais à bord. Pendant que Philippe pilote, Arcturus se charge d'interroger le muslim. Le suderon ne répond pas et Arcturus commence à employer des méthodes de torture pour soutirer les informations qui l'intéressent. L'affaire est aisée pour lui puisqu'il peut gérer au mieux les blessures et les dégâts qu'il inflige à sa victime à l'aide de la magie bénéfique. Mais si la chose est aisée, cela l'est moins pour le psychisme d'Arcturus qui en prend quand même un coup et laissera probablement pour longtemps des marques au magicien croisé. Au final le suderon parle et déclare que sa flotte a obtenu une grande victoire contre les troupes croisées qui faisaient voile vers Khypris. Il s'en vante et remet son destin à la grâce d'Alloëra en fixant d'un regard narquois Arcturus qui le jette par dessus bord en haute mer.

Philippe reprend son exploration et nos deux amis découvrent bientôt la flotte croisée dont parlait le suderon. Ils tombent sur des navires battant pavillon de Valbion et de l'Erland. Les rois Georges de Valbion et Erwann d'Erland sont à leur bord avec des troupes décimées. La nouvelle est critique pour nos deux amis qui espéraient tant des renforts de ce début d'hiver. Ils escomptaient prendre pied sur le continent au début de l'hiver, voire s'emparer d'Al-Akria. La suituation a changé et ils devront attendre une nouvelle vague de renforts croisés car l'apprt des valbionais et des erlandais ne sera guère suffisant. Arcturus déclare alors compter sur les renforts felxirois promis pour le début du printemps. A ce moment là Georges lui annonce que ce seront pluôt le Baykor et l'Albalène qui viendront car Felxir a été dérouté. En effet par l'ouest les impolanoziens sont entrés en guerre et ont mené une raide conquête de Gil-Atron menée par un Minas III totalement absent. Selon le valbionais environ 50 000 sudeorns sont là bas. Arcturus et Philippe tombent comme toujours de haut et ne s'attendaient guère à un tel retournement de situation. Surtout qu'après Gil-Aron ce sont directement leurs terres natales de Fuxée et de Béarnie qui sont menacées. Arcturus plongé dans ses pensées demande à la flotte de poursuivre vers Nikopol et le griffon s'envole vers Nisram qui est le port croié le plus proche de cette zone. Les troupes d'Ouestrie stationnées la as sont envoyées en mer pour détruire la flotte suedronne abîmée au large.

Le 08 décembre tout le monde est à Nikopol et un conseil est réuni. Une attaque sur le continent est pour l'heure inenvisageable. Par contre, Khypris est en sûreté pour un bon moment. Enfin, la médianie est une nouvelle fois attaquée chez elle et les impolanoziens posent un réel problème à une Médianie qui s'est vidée peu à peu de ses troupes et qui empêche l'envoi des troupes restantes en terre sainte où eles sont attendues. Arcturus et Philippe décident de se rendre très prochainement en Médianie afin de participer à l'effort croisé la bas. Il se fixent comme date limite la fin du printemps, période à laquelle seront très certainement arrivés les renforts décisifs occasionnés par le Baykor et l'Albalène. En attendant les croisés doivent rester à Khypris mais pendant son absence Arcturus tient à nommer un capitaine pouvant assurer l'intérim. Il organise donc une élection dasn le conseil. Arcturus vote pour le roi d'Ouestrie qui a vaillament combattu, Phillippe vote pour le prince de Basse-Bohavie qui a la plus grande armée. C'est finalement le prince de Haute-Bohavie Ludwig qui obtient la majorité des suffrages et est nommé capitaine par intérim de la croisade.
Néanmoins avant de partir pour la médianie, Arcturus et Philippe tiennent à se débarasser des dragons rouges qui survolent Khypris et dont le nid a été repéré au mont Polympe, le plus haut sommet de l'île.

Ils partent donc en direction du sommet le 09 décembre 1176.
Ils ne mettent pas bien longtemps en vil à atteindre leur destination. A leur arrivée ils repèrent des gorges sur le dôme rocheux abritant probablement la tanière des monstres. A peine arrivés sur les lieux, ce sont deux dragons mineurs qu'ils aperçoivent. Ils décident de passer instantanément à l'assaut pour avoir une chance de les affronter sans le soutien des deux autres dragons. C'est la pleine charge et Arcturus qui ouvre le jeu en tant que magicien avec sa grande intiative. Ce sont des missiles lumineux de niveau 9 qui sont tirés pendant que Philippe arme sa masse magique prêt à asséner des coups dévastateurs. Une nouvelle fois le combat est dantesque et bientôt les deux dragons sont abattus par la magie et les armes. Au sol nos deux héros repèrent un humain armé d'un arc long composite. Le prenant très certainement pour un membre des chevaliers zodiacaux ils fondent dessus et Arcturus accble son ennemi son une pluie de lumière qui vide de son pouvoir leur adversaire. Il est bientôt définitivement abatuu sans avoir eu le temps de vraiment riposter. Arcturus et Philippe ne découvrent aucun signe distinctif sur le guerrier humain et sont dasn le doute quand à son identité. Ils reprennent un poste d'observation et un peu plus tard dasn la journée un nouveau dragon apparaît, suivi bientôt par la tête d'un nouveau dragon sortant celui-ci de la gorge. Nos deux amis chargent à nouveau et parviennent une nouvelle fois à abattre les grands vers. Cela se paye au prif fort en terme de pouvoir mais rien que le fait de gagner un tel combat est une fierté réelle car le moindre coup des dragons tue à chaque fois nos deux héros. Ils sont d'ailleurs tous les deux victimes en fin de combat d'une attaque du dernier dragon rouge qui les tue net et les oblige à l'utilisation de leurs derniers points de pouvoir pour survivre. Lorsque les dragons sont abattus Arcturus et Philippe pénètrent dans les groges et découvrent bientôt 4 grands coffres fermés et protégés par des sceaux de feu de très haut niveau. ILs contiennent certainement de grands trésors que nos deux amis sont pour l'heure dasn l'incapacité totale de découvrir. Ils rentrent néanmoins vers Nikopol sur un succès et se promettant de ne dire mot sur les coffres quils oçnt découvert aux autres croisés.

Le 10 décembre, c'est l'heure d'un dernier conseil et Arcturus en profite pour solliciter un second tour d'élection pour le capitaine par intérim ayant décelé peu avant un très grand appétit de pouvoir chez l'armanien Ludwig. Le prince de Haute Bohavie en est surpris et contrarié mais il ne peut s'opposer vraiment à un second tour d'élections et l'on procède à un nouveau vote. Arcturus en profite pour mettre en avant le roi de Khypris Louis de Rasmor qui plus que tout autre connaît le terrain en Orient et qui est chez lui ici à Nikopol. C'est aussi car il est sûr de la loyauté d'Etienne de Rasmor à son encontre et cela lui garantit de trouver l'armée croisée au début du printemps comme il la quittera bientôt. La rhétorique d'Arcturus semble imparable et le conseil vote unanimement pour le roi de Khypris. Ludwig von Nolendorf sur un échec critique en volonté se rallie totalement au souhait d'Arcturus et oublie sa précédente nomination.

Le 11 décembre nos deux amis qui utilisent régulièrement la téléportation de longue distance pour se déplacer sont déjà à l'entrée des cryptes de Topté, au nord du delta du Nehel. De là, ils se rendent directement à la ville de Néresme. Ils souhaitent accomplir un niveau supplémentaire qui sera le -12 afin d'acquérir encore plus d'expérience et surtout les précieux cryptos d'or qui leur permettront d'acheter les ingrédients nécessaires à la réalisation d'enchantements de grande puissance. Nos deux amis partent donc en aventure cryptale et leur niveau se déroule convenablement grâce à une bonne gestion du pouvoir et une réussite certaine. Ils atteignent leurs limites mais ne sont jamais mis en danger extrêmement mortel et s'en sortent avec un pactole qu'ils réinvestissent aussitôt en ingrédients. Arcturus était plus que toiut autre intéressé par la réalisation de ce niveau cryptal car cela lui permet d'atteindre enfin son but, le niveau 10 magique. C'est pour lui une grande fierté dont il ne connaît pourtant pas encore la réelle portée. Il décide ensuite de se lancer dans les enchantements après avoir une nouvelle fois rassemblés à prix d'or les ingrédients les plus variés. A l'aide du pouvoir il parivent à enchanter pour Philippe une ceinture conférant de manière permanente au niveau 6 le sort dextérité. Arcturus enchante ensuite pour lui-même une cape avec le sort Absorption au niveau 9 utilisable 3 fois par jour afin de se prémunir de tout dégât magique. Malheureusement les enchantements suivants sont de cuisants échecs et le matériel s'en trouve gâché. Arcturus est une nouvelle fois bien frustré, lui qui n'a que très peu de chance avec l'enchantement. Il est alors temps pour nos amis de sortir des cryptes après y avoir passé quelques semaines car Arcturus ne possède pas de grimoire de niveau 10 et eqst obligé de payer des séances de bibliothèque pour pouvoir étudier des sorts. Grâce à ses capacités hors norme en apprentissage il obtient très rapidement le missile et la réfraction lumineuse au niveau 10 qui lui seront certainement utiles pour le front de Médianie.
C'est ainsi que nos deux amis sortent des cryptes par le village de Long-champ, dont l'entrée est située dasn les Pyrénides. Face à eux se trouve la grande plaine d'Evarran qui, contre toute attente, est désormais sous la menace impolanozienne.



avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Jeu 8 Déc - 15:16

Nos deux héros utilisent comme à leur habitude la téléportation pour se rendre directement au palais d'Ulite afin de rencontrer le cousin d'Arcturus Charles, le roi d'Evaran et obtenir un point précis sur la situation. Ils y sont bientôt et comme à l'accoutumée jettent un certain effroi dasn la salle où ils aterissent. L'apparition impromptue du magicien blanc provoque toujours une désagréable sensation de surprise à ceux qui la subissent mais ils semble qu'ils doivent s'y habituer et nul n'en a fait pour l'heure reproche à Arcturus. Ils sont reçus très bientôt par Charles totalement surpris lui aussi de les trouver ici, à l'heure la plus sombre. Charles résume la situation et explique que l'armée felxiroise s'est détournée de son chemin pour aller arrêter les suderons en Gil-Aron. Il annonce aussi que le roi de Mirados est parti au même moment guerroyer contre le Grimland au nord pour une histoire de querelle religieuse entre athanorisme et tharesianisme. Cela malgré l'injonction du pape de se croiser et de défendre les terres de médianie. Arcturus demande si une menace d'excommunication du roi de Mirados a été prononcée ce à quoi Charles ne sait lui répondre. Charles le ton grave annonce que les felxirois ont combattu récemment et on essuyé une nouvelle fois une cuisante défaite les forçant à battre en retraite précipitamment. Arcturus est une nouvelle fois déçu des performances guerrières des Felxirois et commence à croire que leur réputation de puissants chevaliers n'est finalement que peu fondée sur des faits réels. Arcturus demande à Charles un état sur les forces présentes en Evaran et le roi lui annonce pouvoir lever une armée d'environ 10 000 hommes.
Arcturus et Philippe ne s'attardent pas et se téléportent dans la direction de l'armée felxiroise afin de les retrouver. Grâce à l'excelente vue de Philippe ils découvrent bientôt le lieu où la bataille s'est produit et ils constatent rapidemenet qu'environ 3 felxirois pour un suderon sont étendus sur le sol. Catastrophés ils continuent à se téléporter pour trouver la position felxiroise. A leur surprise c'est sur l'armée suedronne qu'ils tombent en premier découvrant au bas mot 30 000 impolanoziens. Arcturus et Philippe parviennent au bout de quelques heures de recherche à localiser l'armée felxitoise qui s'est finalement réfugiée à Barn, capitale des comtés Halvétiques en Mirados. Arcturus et Philippe rencontrent pour la seconde fois le roi de Felxir, Etienne de Capucet. Celui-ci leur annonce avoir subi une nouvelle fois un grave revers les troupes restantes dans la ville n'étant pas plus de 10 000. Etienne leur décrit qui mène l'armée impolanozienne et nos deux héros reconnaissent très rapidement la description du conseiller et mentor d'Al-Oualid, le vieillard portant emblème du scorpion et que les médians ont pris l'habitude d'appeler le "Fou de Dieu".
Nous sommes le 13 janiver 1176 et la situation médiane est bien plus grave que ce à quoi s'attendaient les deux croisés. Arcturus conseille à Etienne de poursuivre son repli jusqu'à Ulite, capitale de l'Evarran, qui les soutiendra avec toutes ses forces. Il décide d'un commun accord avec Philippe de se rendre tout de suite à Andalène, capitale du royaule de Mirados, afin de forcer le roi à marcher contre les suderons. Ils sont prêts à utiliser tous les moyens de pression en leur possession pour atteindre leur objectif. Arcturus se présente sous son titre de capitaine de la croisade venant au nom du pape.
Avec la téléportation les distances sont parcourues à une vitesse incroyable et nos deux personnageds apparaissent bientôt sur le perron du palais royal d'Andalène et demandent un entretien avec le roi qui les reçoit immédiatement. Guillaume de Mirados qu'ils voient pour la seconde fois après l'épisode déjà ancien du tournoi de Nélestir qu'avait remporté Philippe. On entre immédiatement dans le vif du sujet et Arcturus demande au roi pourquoi il n'a pas écouté l'appel du pape et surtout ce qu'il compte faire pour gérer l'armée suderonne qui se trouve déjà à l'intérieur de son royaume.
Guillaume répond qu'il entretient depuis longtemps des rapports nauséabonds avec le pape et qu'il n'a cure d'écouter ses injonctions. Néanmoins il approuve totalement le fait qu'il faille agir pour bouter les suderons hors de mirados le plus rapidement possible et promet toute l'aide possible aux deux croisés, oubliant les anciennes querelles qui les avaient tous trois opposés. Nos deux amis sont heureux d'entendre cette nouvelle au vu de l'état critique de la situation.
Néanmoins Guillaume leur dit que le gros de ses troupes se trouve en Grimland actuellement et qu'il n'a personne à envoyer immédiatement. Arcturus comprend là la raison de l'amicalité du roi qui n'a en fait plus d'armée pour défendre ses terres pendant qu'il guerroie au nord! Guillaume tente de le rassurer en lui promettant 10 000 hommes dans deux mois. Arcturus comprend qu'il sera bien trop tard mais donne tout de même rendez vous à Guillaume au sud pour la date prévue.
Les deux compagnons se téléportent à nouveau à Ulite en Evarran et établissent un plan pour sauver le royaume devant l'avancée de l'armée suderonne. Car Charles leur annonce que les sudrons occupent désormais l'entièreté du royaume de Gil-Aron et sont aux portes de la Fuxée. Arcturus et Philippe ne peuvent accpeter l'idée d'une Fuxée ravagée. Arcturus demande à Charles d'ordonner que toutes les forces présentes en Evaran se mettent en route vers Lestore, ancienne capitale de l'Ermignac à la frontière du duché de Fuxée.Grâce à la téléportation, il donne aussi rendez-vous au roi Etienne de Felxir rendez-vous dans la ville de Lestore dès que possible.

Le lendemain 14 janvier 1176 nos deux amis sont à Fuxe, la ville qui a vu naître Philippe. Celui-ci trouve d'abord au château son frère cadet François, que nous avions laissé il y a bien longtemps face à des problèmes d'adiction en Gîl-Aron. Il semble désormais complètement sevré (bien qu'à contre-coeur) et embrasse chaleureusement son héros de frère. Il salue ensuite Arcturus qui le questionne sur l'avancement de son entraînement magique qu'il a poussé au niveau 3. François les mène jusqu'à la salle de réception du château où leur arrivée interrompt ce qui ressemble à un conseil de guerre. Le duc Robert est entouré de ses chevaliers, Jacques le fils héritier qui participe déjà au pouvoir un peu en retrait.
Le baron est tout à la joie de revoir son fils mais ce dernier ne s'y attarde pas et déclare d'une voix assurée:"Il faut partir". Ce qui laisse sans voix ses interlocuteurs. Après avoir salué Arcturus et remercié Tharès de son arrivée à cette heure si grave Robert décline la situation. Un contingent de 15 000 suderons est entré en Fuxée par le sud et avance vers la capitale. AU nord, l'armée qui faisait face aux felxirois et qui compte 30 000 hommes s'avance aussi dans cette directon pour faire jonction aux alentours de Fuxe. Ce qui porte le nombre de l'armée ennemie à 45 000 hommes! Robert déclare qu'il défendra son duché coûte que coûte avec son arrière-ban, puisqu'il a confié ses troupes à Philippe pour la croisade. L'armée de Fuwée s'élève alors à 3700 hommes. Pour Arcturus comme pour les autres chevaliers la situation est tèrs claire et il s'agit de quitter la place et d'aller vers Lestore afin de former la plus grande armée possible face à la nuée suderonne. Le ton catégorique de Philippe ajoute son effet et le duc se range à la majorité. En privé un peu plus tard Philippe lui demande de se reposer un peu et de laisser l'exercice du pouvoir un peu plus sur les épaules de Jacques. Le vieux duc le regarde d'un air las et lui dit: "Tu sais, l'âge et la pression me font faire des conneries". Ils s'embrassent ensuite et Philippe part saluer son frère aïné Jacques, vétéran de la campagne d'Ermignac et futur dux de Fuxée.

Le repli de Fuxée s'opètre en bon ordre dans les jours qui suivent et les troupes fuxéennes atteignent Lestore le 21 janvier. Il y a désormais dans l'ancienne capitale ermignacaise les 16 000 hommes que pouvait assembler le royaume d'Evaran sur son territoire. C'est toujours bien peu face aux 45 000 qui les menacent. Le 25, les felxirois entrent dans la ville et ajoutent encore 10 000 hommes. Cette fois, les croisés sont au complet car le roi de Mirados est encore bien loin de pouvoir leur apporter une quelconque aide. La ville est organisée pour la défense d'un siège et toutes les mesures nécessaires sont prises. Le ravitaillement est effectué et les civils quittent la ville et se replient derrière la frontière de Béarnie un peu plus à l'est. L'attente commence...

Le 05 février les informations sont très claires. Les deux armées impolanoziennes ont fait jonction vers Fuxe, se sont emparés facilement du duché qui n'a opposé aucune résistance et avancent désormais droit vers Lestore pour e nfinir avec la dernière armée médiane de la zone. Arcturus est bien inquiet sachant que le surnombre suderon est écrasant, que la ville de Lestore ne dispose pas des mêmes défenses que Nikopol, et que cette armée est menée par le Scorpion, qui était le mentor d'Al-Oualid en personne. Au soir, le conseil est réuni. Les muslims seront là le lendemain. Sont présents, Jacques de Bénéjacq et son frère Philippe, Charles le roi d'Evaran venu à la tête de son armée, Etienne de Capucet le roi de Felxir et Arcturus. Lorsque tous se mettent d'accord sur la position à tenir, déclarant solenellement: "ils ne passseront pas", Arctrurus demande au conseil de lui laisser la gestion de cette bataille ainsi qu'à Philippe car ils ont l'expérience de ce genre de bataille. Le roi de Felxir qui a connu plusieurs défaites successives est d'accord, Charles d'Evaran qui connait bien arcturus l'est aussi ainsi que Jacques de Fuxée. La nuit est bien avancée lorsque le conseil se sépare.

Le 06 février, l'armée muslim prend place dans un grand arc de cercle autour de Lestore. Ils se postent à environ un kilomètre. Leur nombre est tel qu'ils metten t quelques heures à s'installer. Les chevaliers regardent ça depuis les créneaux d'un air inquiet, mais déternimé.
En fin d'après midi une ambassade s'avance à 200 mètres des murs. Arcturus, Philippe, Jacques, Etienne et Charles sortent à leur rencontre sur leurs destriers. Le roi de Felxir est impressionant revêtu de son armure de plates complètes avec les armes du royaumes runées évidemment. Les deux ambassades se recontrent bientôt. Les croisés peuvent observer pour la seconde fois le scorpion, ce vieillard à l'oeil vif, dissimulant sa personne sous un grand manteau noir. C'est lui qui prend la parole en premier pour déclarer que mes médians feraient mieux de se rendre tout de suite car Gil-Aron est déjà tombée avec son roi qui s'est suicidé. Arcturus et Philippe ne sont pas surpris d'entendre ce qui est arrivé à leur ancien ami MInas III. Arcturus rétorque au suderon qu'il est bien loin de chez lui désormais et qu'il est allé se perdre dasn une très mauvaise direction. Il lui conseille de repartir séant afin de ne pas connaître le mêm sort que son ancien protégé le feu empereur Ibraïm Al-Oualid. Le vieillard est amusé de la prétention du croisé. Cela met hors de lui Arcturus qui invective le Scorpion, le traitant de profanateur et d'instigateur de tous les pillages de reliques et la profanation du Saint-Sépulcre à Mélasurej. Dans une colère très froide la magicien blanc déclenche une pluie de lumière de niveau 8 précedemment chargée sur les quatre chevaliers lourds qui servaient d'état-major au scorpion. Un simple regard vers Philippe et le piussant chevalier a compris le message dégainant sa masse ne une fraction de seconde pour en asséner un coup au vieillard à l'air chétif en face d'eux. Les 4 suderons ont péri instantanément sous la pluie de lumière. Le vieillard a contre toute attente esquivé facilement l'attaque du fuxéen en sautant en arrière tel un chat. Arcturus comprend très vite que cet homme es totalement spécial. Au loin environ 120 cavaliers muslims s'lancent pour porter secours à leur chef. Arcturus aboie des ordres rapides comme à son habitude. Jacques et Charles repartent à bride abattue vers Lestore. Etienne de Capucet n'écoute pas Arcturus et se porte à ses côtés. Le magicien demande à Philippe de s'occuper du Scorpion pendant qu'il va tenter de stopper la cavalerie ennemie. Philippe est déjà dasn son combat. Le roi de Felxir voyant cela abaisse la visière de son heaume et s'apprête à charger avec Arcturus! Le magicien en reste bouche bée car ce quil veut tenter relève casiment du suicide. mais il n'y plus le temps de réfléchir et les chevaux s'élancent.

Du côté de Philippe, le Scorpion a désormais enlevé son manteau laissant apparaître une armure souple fait d'un matériau inconnu. Il tire deux cimeterres légers de leurs étuis et aopte une posture casiment féline. C'est totalement impressionant, et déroutant, de trouver cela chez cet homme que tous imaginaient bien plus comme très probablement un magicien de haut niveau. Qu'à cela ne tienne, Philippe tente de prendre l'initiative, fort d'un long entraînement dasn ce domaine et proteur d'une ceinture enchantée par Arcturus. Il utilise un point de pouvoir qui est instantanément absorbé par le scorpion qui semble avoir un niveau bien supérieur à celui de nos deux compagnons. L'attaque de Philippe échoue et il comprend alors qu'il vient de perdre la main. Le scorpion fait tourner ses lames et d'un mouvement mortel fait aussitôt perdre 3 points de pouvoir au chevalier fuxéen.

Pendant ce temps à quelques 200 mètres de là, le capitaine de la 4° croisade et le roi de Felxir chargent 120 cavaliers suderons. L'armée médiane regarde cela du haut des remparts. Les chevaux sont lancés à toute vitesse et Arcturus incante pour la première fois le sort diffusion lumineuse au niveau 9 avec en utilisant le pouvoir pour en décupler la puissance. Le projectile magique part de sa main à toute vitesse sur le premier cavalier dont la tête est désintégrée. Le missile se divise aussitôt en deux et atteint des cibles différentes. Et ainsi de suite dans tous les rangs de la cavalerie ennemie. La puissance du sortilège est incroyable car ce n'est pas moins de 105 cavaliers qui sont abattus par l'incantantion. Arcturus en est le premier surpris. Les 15 cavaliers restant étant les chancuex ayant réussi à parer l'attaque. Mais pas le temps de s'attarder sur cela car en regardant dasn la direction de Philippe Arcturus s'aperçoit qu'il est totalement dominé par son adversaire. Il demande à Etienne de faire machine arrière. Celui-ci s'exécute rentrant vers la ville poursuivi par les 15 cavaliers restants qui rebroussent chemin dès lors qu'ils sont à portée des flèches médianes.

Arcturus se téléporte aux alentours du combat des deux incroyables guerriers. Philippe s'est relevé et à parer des attaques à la puissance ahurissante car son bouclier lourd et runé magiquement est déjà sur le point de céder, tout cela sans avoir pu placer la moindre attaque dangereuse pour le suderon. Arcturus intervient avec un missile de niveau 10 dont la puissance encore une fois est horrible forçant le suderon à utiliser du pouvoir pour s'en sortir. Cela laisse respirer Philippe qui absorde des potions de guérison et se muni d'un bouclier neuf. Arcturus comprend le clavaire que subit Philippe depuis quelques rounds lorsqu'il sent le suderon utiliser le pouvoir à chaque attaque pour éliminer son adversaire. Il semble de plus équipe d'un objet de pouvoir d'où il tire de précieux points supplémentaires. Pendant que Philippe encaisse comme il le peut les dégâts, Arcturus invoque son cobra royal magique de niveau 8, Anoss. Philippe est aux prises avec le suderon et tente tout simplement de survivre encaissant encore de lourds niveaux de blessure. Arcturus invoque ensuite sa créature de combat, un élémental d'énergie du nom de Duraless, au niveau 9 pour épauler Philippe. Malgré tout le suderon garde l'initiative est sa réserve de pouvoir semble sans limite. Le cobra royal invoque un sort de guérison des blessures sur Philippe qui le guérit instantanément. Duraless défend de manière superbe mais ne peut éviter à Philippe d'encaisser un nouveau coup fatal. Arcturus utilise le missile lumineux au niveua 10 pour infliger des dégâts qui s'avèrent considérables faisant perdre du pouvoir au suderon.

Philippe a presque atteint ses limites et essaie de s'extirper du combat. Arcturus l'a rejoint espérant le téléporter d'urgence à l'abri des murs car depuis presque une minute le chevalier n'obéit pas à l'ordre de se replier et reste au contact du suderon pour couvrir Arcturus. Le Scorpion reprend l'intiative et d'un même coup abat l'invocation de combat, oblige Philippe à utiliser son dernier point de pouvoir pour survivre et détruit la targe en écaille de dragon blanc qu'Arcturus s'était fait forger aux cryptes pour une vraie fortune. La situation est critique et semble à sens unique. Mais Arcturus enchaîne les missiles létalement réussis et le Scorpion paie très lourd le prix des attaques magiques. Mais le Scorpion garde l'intitiative casiment tout le temps à grand renfort de points de pouvoir. Dans une nouvelle attaque dantesque il abat facilement l'invocation magique restante et détruit le dernier bouclier de Philippe. Ce dernier se retrouve sans défense en train d'essayer d'infliger quelques dégâts au suderon.

Le scorpion à définitivement l'initiative dasn le combat et mêmes ses attaque squi semblent ratées sont un danger mortel. Arcturus en fait les frais en encaissant une blessure grave au bras gauche. Néanmoins le magicien incante des missiles lumineux de niveau avec une puissance incroyable qui ne laissent aucune chance au suderon. C'est ainsi qu'au bout d'un énième projectile le scorpion tombe au sol sans vie, après avoir utilisé 15 points de pouvoir dasn ce combat et absorbé plusieurs de ceux qu'avaient Arcturus et Philippe. Cela jette une totale stupeur parmi les rangs suderons et Arcturus et Philippe en profitent pour courir s'abriter sous les murs de la forteresse. Arcturus à son entrée dasn la ville est acclamé par l'entièreté des témoins comme cela avait été le cas pour Philippe lorsque celui-ci avait abattu le dragon des sables au dessus de Nikopol. Arcturus élève bien haut la bannière magique électrisant le soldats prêts à tenter une sortie. Néanmoins et au prix d'un dernier point de pouvoir Arcturus parvient à les raisonner et l'armée croisée reste derrière ses murs. Les muslims semblent ne pas devoir attaquer après cette terrible perte et commencent à refluer en début de nuit.

Il s'engage alors un long mois d'attente pendant lequel les médians attendent le roi de mirados, ne pouvant tenter de sortie puisque toujours tellement inférieurs numériquement. Les suderons ont dégagé le périmètre de la ville mais sont toujours en Fuxée. Le 27 mars, on apprend que les impolanoziens ont passé la frontière et ont rejoint une Gil-Aron désormais conquise. L'armée de mIrados finit par arriver avec 20 000 hommes et la Fuxée est reprise en douceur définissant la nouvelle frontière avec Gil-Aron à l'ouest. Le travail d'Arcturus et de Philippe semble terminé ici et ils commencent à prévoir de repartir pour la terre sainte car le printemps est là et il est prévu que le Baykor et l'Albalène soient arrivés à Khypris ce qui pourrait donner lieu à une attaque d'envergure sur le continent.

Avant de partir néanmoins, Arcturus demande un service à Guillaume de Mirados. En effet Arcturus s'est depuis quelques temps plongé dans l'étude de la magie psychique dont il possédait quelques grimoires allant jusqu'au niveau 5. Par prévoyance et sachant qu'il n'en trouvera pas avant longtemps il demande un pret au roi de Mirados. Guillaume lui accorde le droit de se rendre à Valefor, anciennement capitale de Felxir, pour y chercher des grimoires allant du niveau 5 à 8. Arcturus promet de les rendre en bon état comme il l'a dailleurs fait pour les grimoires allant jusqu'au niveau 9 que lui avait prêté Petr de Polohane. La téléportation aiudant c'est chose rapidement faite et nos deux amis sont prêts à repartir vers les cryptes afin de retournher en Terre Sainte.
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Dim 11 Déc - 16:17

Il est donc désormais temps pour nos deux compagnons de retourner en Terre Sainte après cet intermède médian. A son passage à Valefor Arcturus apprend néanmoins une nouvelle inquiétante concernant la Médianie qu'il pensait sûre après sa victoire sur le Scorpion. En effet loin à l'est s'est levé un grand chef de guerre qui a entrepris une immense conquête et qui semble inarrêtable. C'est selon l'archimage de Valefor un chef de guerre issu des tribus nomades des steppes. Il a levé une armée de pillards et de guerriers sans scrupules qui se sont déjà emparé des vastes étendues qui se trouvent à l'est de l'Armanie. Récemment leur expansion a atteint les frontières de l'est armanien et ils se sont confrontés aux médians. L'armée croisée des Trois Couronnes s'est déroutée elle aussi pour venir porter secours aux armaniens et Arcturus comprend qu'il ne pourra compter sur leur présence en Al-Aztaban, comme c'est déjà le cas pour Felxir. L'essentiel des forces d'invasion croisées se trouve donc actuellement à Khypris et il semble désormais temps de passer à l'offensive finale.

Arcturus et Philippe repartent donc vers les cryptes et l'entrée des Pyrénides. Ils se téléportent directement à la ville de Néresme. Arcturus souhaite profiter de ce nouveau passage aux cryptes pour tenter à nouveau de réaliser les enchantements qu'il a désormais échoué plusieurs fois. Un problème majeur se pose néanmoins, les ingrédients ont été perdus et ils coûtent une véritable fortune. Arcturus n'a pas un seul crypto d'or et depuis quelques temps Philippe assume seul leurs dépenses cryptales. Nos deux héros s'informent donc sur la manière la plus rapide de gagner de l'argent dans les cryptes. On les informe qu'il est bien plus rentable d'accepter une mission "hors-quête" qu'un niveau de progression normal comme ils ont l'habitude d'en faire. La particularité du niveau hors quête et qu'il ne compte pas pour la validation d'un niveau supplémentaire comme cétait le cas auparavant. En contre partie il promet bien plus de richesses pour les aventuriers qui s'y engageraient. Il offre aussi une difficulté bien supérieure à la normale, multipliant les pièges et les ennemis à abattre. Après y avoir réfléchi, nos deux héros acceptent une mission visant à se rendre vers des mines où se trouve apparement un grand trésor abandonné. Il s'engagent dasn l'aventure et comme annoncé ils subissent des épreuves en grand nombre. C'est une vrai épreuve d'endurance qu'ils ont entamé mais ils s'y prennent méthodiquement et gèrent leur réserve de pouvoir de la meilleure façon. Le niveau de difficulté estimé du niveau qu'ils accomplissent est un -12, leur limite actuelle et malgré la multiplication des embûches ils parviennent à s'en tirer. Et à la sortie leur joie est grande de voir qu'ils ont gagné beaucoup d'argent comme cela le leur avait été annoncé. Arcturus peut donc désormais acheter une grande partie des ingrédients nécessaires à la réalisation des enchantements. Nous sommes alors le 02 avril et nos héros sont en possession de 260 000 cryptos d'or. Ils passent tout des uite commande en ingrédients. De plus Arctrurus commande la réalisation d'une armure complète en écailles de dragon blanc rigides qu'il avait amené aux cryptes précédemment. Philippe commande lui aussi une armure complète, mais en dragon-roc. Leur réalisation prendra deux semaines au complet. Arcturus en profite pour poursuivre son apprentissage de la magie psychique et renforcer ses compétences en psychologie, compétence nécessaire à la progression pour tout magicien psychique qui se respecte. Philippe acquiert aussi un nouveau bouclier enchanté.

Le temps des enchantements est arrivé et Arcturus sent sur lui peser la pression dûe à ses échecs répétés. Il commence par enchanter son cuir de dragon blanc avec un sort d'endurance au niveau 9. C'est l'enchantement le plus couteux et il veut en finir tout de suite. Quelques heures plus tard, l'enchantement est réalisé avec succès à son grand soulagement. Couplé à son armure de dragon blanc il possède désormais une endurance aux coups dont rêverait tout guerrier. Sa protection est presque infaillible, car il dispose aussi de son manteau d'absorption qu'il avait enchanté précédemment. Il poursuit son travail avec l'enchantement d'un anneau d'or blanc surmonté d'un diamant dans lequel il incante une nouvelle fois avec succès le sort invocation magique niveau 8. Sa compétence magique lui permet de tenter les meilleurs enchantements possibles et il réussit à transférer 100 charges, le maximum, dasn son objet. Son dernier enchantement concerne un deuxième anneau d'or blanc surmonté celui-ci d'un rubis dans lequel il incante le sort invocation de combat au niveau 9, pour 100 charges aussi, avec succès. C'est ainsi équipé qu'il s'apprête à sortir des cryptes par le village de Topté en Al-Aztaban, accompagné par un Philippe resplendissant d'endurance dans son armure complète de dragon-roc, le matériau draconique le plus solide, avec son casque de dragon d'argent forgé dans une qualité supérieure.

Ils sortent des cryptes le 19 avril 1176, 4 mois et 9 jours après leur départ de Terre Sainte. Ils rentrent immédiatement à Nikopol qu'ils retrouvent comme ils l'avaient laissée. Etienne de Rasmor qui a assuré l'intérim du commandement remet le pouvoir à Arcturus officiellement dans une séance de conseil à laquelle Phillippe n'assiste pas puisque déjà reparti à dos de griffon afin de déterminer les forces en présence sur le continent. Le Baykor et l'Albalène sont bien arrivés comme prévu et Arcturus réunit un conseil afin de faire leur rencontre. Les rois médians semblaient très impatients du retour du magicien car le roi de Baykor leur menait apparement la vie dure. On se souvient que c'était un homme impétueux, faisant fi du protocole et des convenances et n'hésitant pas à se mettre en avant à la moindre circonstance. Arcturus décide de tout de suite cerner cet impétueux guerrier au court du conseil et le prend à son propre jeu. Pendant la séance le roi de Baykor est le seul à ne pas s'asseoir et à prendre la parole ne premier, contre toute convenance. Arcturus ne se démonte pas et s'approche de lui en l'embrassant chaleureusement. Il le provoque alors lui disant que cela fait bien longtemps déjà que les croisés sont à Khypris, ont livré maintes batailles victorieuses et attendent toujours que le Baykor montre ce qu'il a dans le ventre. Le roi de Baykor apprécie et promet au magicien qu'il ne sera pas déçu.

Après avoir compris que même si ses manières frisent souvent l'insupportable, le roi de Baykor n'est pas tant un danger que ce que semblent craindre les autres rois. Il convoque un nouveau conseil pour le retour de Philippe qui dispose des informations essentielles pour la situation. Ce dernier revient le 22 avril. Les troupes suderonnes sont toujours massées dans le delta du Néhel et dans chaque grand port où les croisés pourraient avoir l'idée de débarquer. Il a évalué leur nombre a environ encore 200 000 soldats! Arcturus en est toujours aussi étonné, car malgré les grandes victoires qu'ont eu les croisés les suderons sont toujours largement supérieurs en nombre. Avec les nouveaux renforts les croisés atteignent presque le chiffre de 100 000 soldats. Le conseil sait très bien qu'il n'y a plus beaucoup de renforts à attendre et que si Mélasurej doit être reprise, ce sera avec les moyens dont ils disposent actuellement. Tous s'accordent donc sur la nécessité d'agir. Après avoir longuement débattu de la situation, on décide d'attaquer directement Al-Akria, la capitale. Car la zone est largement défendue par les suderons. Les ports semblent imprenables. La ville la moins garnie en hommes est effectivement Al-Akria, mais protégée contre toute tentative croisée par une flotille de navires de reconnaissance qui quadrillent la zone et pourraient donner l'alerte au moindre mouvement, occasionnant la convergence rapide des armées suderonnes.

Arcturus décide d'attaquer tout de même Al-Akria, mais en couvrant l'approche croisée, ce qui nécessite de détruire rapidement les 16 navires qui croisent au large des côtes khyprissiotes. L'enjeu est de prendre cette ville qui est largement la plus grande forteresse de la zone. Si cet objectif était atteint Arcturus gage que les suderons tenteraient par tous les moyens de reprendre leur capitale et si il doit livrer une bataille en infériorité numérique c'est dans Al-Akria qu'il souhaite le faire car disposant des mielleures défenses, et de loin. L'attaque surprise est donc risquée mais à deux contre un les croisés n'ont guère le choix si ils veulent un jour voir flotter à nouveau une bannière tharesienne sur le Saint Sépulcre. Il ordonne donc la préparation des navires d'invasion pour un départ imminent à destination d'Al-Akria, en promettant de s'occuper de la flotte ennemie avec Philippe pour couvrir l'avancée croisée. Les rois restent dubitatifs mais obtempèrent car Arcturus et Philippe ont déjà maintes fois prouvé qu'ils sont capables d'exploits et leur réputation n'est plus à faire. Ce conseil était aussi l'occasion pour Philippe de rencontrer le roi de Baykor. Grâce à ses grandes capacités en pouvoir Philippe parvient à sentir une aura incroyable émanant du nordique et oscillant entre les 230 et 250 points de pouvoir de progression. Il en fait aussitôt part à Arcturus qui en est bne surpris mais à la fois fort heureux. C'est l'occasion pour nos trois détentuers du Pouvoir de discuter en privé de manière moins protocolaire et de se jauger mutuellement. Le roi de Baykor a définitivement l'enbergure d'un terribel guerrier et propose un duel à Philippe, entre tueurs draconiques, ce que celui-ci accepte. ILs se retrouvent en secret le soir et échangent quelques passes qui leur permettent de fixer le niveau martial de chacun.

Le 24 avril, nos deux amis partent en avance de phase sur l'armée. La première partie du travail est assurée par Philippe qui avec son incroyable vue repère les navires et dirige le griffon dessus. Ensuite c'est Arcturus qui intervient avec son sortilège de diffusion lumineuse au niveau 9. Ce dernier est fatalement efficace contre des ennemis ne portant pas de protection. SI bien qu'en 4h30 de temps les 16 navires ont été vidés de leur occupants, occasionnant 848 morts. Nos deux héros ont accompli leur tâche sans grand plaisir et sont quand même choqués de ce qu'ils viennent de faire, subissant chacun des dommages psychiques dûs à ce massacre. Ils rejoignent ensuite la flotte croisée qui s'est mise en route. Arcturus prépare son plan qui est d'arriver directement sur AL-Akria qui se situe un peu en retrait de l'embouchure de ce fleuve immense qu'est le Néhel. Al-Akria dispose de défenses terrestres des plus solides mais n'est guère protégée face à une attaque maritime avec son grand port de commerce bie ndégagé pour la circulation des marchandises. Il est vrai qu'il est d'ordinaire assz improbable d'attaquer AL-Akria par la mer car les bateaux doivent remonter l'estuaire du Néhel ce qui ne passe d'ordinaire pas inaperçu. L'objectif des croisés est simple, débarquer et prendre le port de commerce pour ensuite s'emparer au cours d'une attaque éclair des principales places importantes et des lieux stratégiques de la ville pour faire plier les troupes suderonnes. Selon Philippe, les troupes d'AL-Akria ne s'élèvent qu'à environ 20 000 hommes, les croisés ont donc réellement un coup à tenter sur cette ville maintenant que la majortié de l'armée suderonne n'aura le temps d'être prévenue de l'attaque avant que les croisés soient déjà dans la place. Dans sa cabine Arcturus planifie cette attaque et usant de toutes ses connaissances en matière de stratégie militaire et un peu plus tard le plan définitif est arrêté et semble imparable (30 en score).

Le 27 avril les côtes suderonnes sont en vue et Philippe au petit matin s'élance dans les airs avec Jupiter et équipé de la grande bannière. Volant à basse altitude et à la vue de tous ce dernier harangue les troupes et hurle son cri de guerre désormais bien connu, un cri jetant l'effroi dans les rangs ennemis et redonnant un courage incroyables aux croisés. C'est encore une fois avec la vision du champion les exhortant au combat que les croisés livreront bataille et Philippe arrive à donner au coeur des croisés cette vigueur qui les mène bien souvent à la victoire (30 en score). Les navires commencent à remonter le large bras de fleuve qui se jette dans la mer et les suderons présents sur les lieux s'aperçoivent bien atrd de ce qui est en trainde leur arriver. Néanmoins les croisés ne s'estiment pas vainqueurs d'ores et déjà car les capitaines d'Al-Akria pourraient très bien être des chevaliers zodiacaux dont ils connaissent la valeur (malgré la surprise 40+ en stratégie et 20+ en charisme pour les suderons).

Il semble que le temps des batailles décisives soit enfin arrivé. Les troupes de débarquement seront menées par le roi de Baykor auquel Arcturus et Philippe accordent une pleine confiance au vu de ses capacités hors normes. Nos deux héros utiliseront quand à eux le griffon pour des frappes tactiques afin de faciliter en toute circonstance la progression des croisés. Le destin du royaume tharesien de Mélasurej est donc réellement sur le point d'être découvert en cette fin de printemps de l'an de grâce 1176...
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Sam 17 Déc - 13:20

Les navires croisés remontent le delta à faible allure et sont bientôt en vue des premiers faubourgs et du port de débarquement commercial couvrant le sud de la ville. Les murs de la citadelle se dressent derrière, hauts et épais, semblant indestrcutibles. Arcturus ordonne le débarquemenet dès que les berges de la rive le permettent car il ne souhaite pas laisser le temps aux suderons de trop s'organiser. Il fait débarquer en priorité les troupes d'élite de l'armée afin de constituer la tête de pont la plus solide possible. Car ce qu'il redoute le plus se produit et bientôt les grandes portes sud de la ville s'ouvrent et commencent à vomir des milliers d'hommes. Les suderons tentent une sortie pour empêcher le débarquement massif des croiés et bouter dasn le fleuve ceux qui sont déjà descendus. La flotte croisée à entamé son débarquement des deux côtés de la rive lorsque la sortie suderonne se produit. 2000 croisés ont pu débarquer sur chaque rive.

Sur la rive droite Herman, le roi de Baykor, accompagné des 500 ravageurs de sa garde, des guerriers nordiques équipés d'armes à deux mains et armurés lourdement et des 700 viks de l'armée de Baykor, la crème des guerriers, troupe mobile équipée d'armures légères et équipés d'une hache et d'un bouclier rond. Derriere eux ont pu descendre 250 joueurs d'épée de Scotalia, de solides chevaliers équipés lourdement et armés de la fameuse claymore, l'épée traditionnelle scotalienne. Enfin, 200 flagellants venus de Haute-Bohavie, redoutables entre tous. Ce sont des mystiques de Tharès, millénaristes et fanatiques. Ils ne portent pas d'armure au combat et sont équipés d'un fléau d'armes à deux mains qu'ils manient à la perfection. POur compléter cette troupe les accompagnent les 891 arbalétriers restant de l'armée croisée qui sont composés en grande partie par un régiment spécial, les Ruyts de Notherland, des arbalétriers experts et vétérans de plusieurs campagnes. Ils auront à faire face aux 2000 piétons suderons qui les chargent menés par une cavalerie légère d'assaut de 1200 chevaux.

Sur la rive gauche ce sont 2000 suderons qui arrivent au pas de charge vers la zone de débarquement. Arcturus, juché sur le griffon, analyse la situation. Il repère que les troupes ennemies n'utilisent pas d'archers et décide de l'utiliser à son avantage. Les suderons avancent vers les croisés qui au signal d'Arcturus remontent à bord des navires faisant place à une volée de tirs venus des ponts des navires par les archers croisés. Les suderons donnent à plein dans le piège et chargent les derniers croisés remontant à bord des navires. Mais pour les accueuillir, c'est une volée de 10 000 flèches quis'élance dans les cieux. Le tir est mortel et pas un suderon n'y réchappe.

SUr la rive droite le combat a déjà commencé. Les arbalétriers croisés se mettent en position et s'apprêtent à abattre une volée mortelle sur la cavalerie ennemie. Mais les cavaliers suderons sont légers et adroits et le tir croisé est totalement gâché. Qu'à cela ne tienne les troupes d'élite s'apprêtent à recevoir la charge, menées qu'elles sont par le roi Hermann. Le corps à corps s'engage et des hommes tombent des deux côtés. Les croisés s'aperçoivent vite que les suderons donneront tout ce qu'ils ont sur cette seule sortie et qu'ils donnent le maximum de leurs capacités. Le combat est difficile mais les croisés parviennent à continuer à débarquer des hommes aucompte-goutte pendant que des renforts suderons pointent encore aux portes de la ville. Philippe repère avec le griffon que ce sont plusieurs régiments d'infanterie, 18 500 piétons au complet, qui s'apprêtent à livrer bataille sur cette mince bande de terre longeant la rive du delta. Du côté croisés ont le temps de débarquer d'autres régiments d'élite dont les 360 semi-ogre berserker de feu Tark le Fort, ancien compagnon de nos deux héros. Avec eux descendent encore les 350 Gardiens du Tournoi de Basse-Bohavie, des guerriers ayant atteint les meilleures places dans le tournoi de Berbeileg et ayant trouvé un poste dans la garde spéciale du principat armanien.
Le combat est déjà engagé et s'annonce pénible et long faisant de nombreuses victimes dans chaque camp. Arcturus qui surveillait le débarquement sur la rive gauche décide alors d'intervenir et de s'attaquer aux renforts qui viendront appuyer les suderons contre les troupes de débarquement croisées dans les prochaines secondes. C'est un régiment de 2000 piétons qu'Arcturus décide d'attaquer. Philippe le dépose près des lignes ennemies et redécolle aussitôt. Il décide d'utiliser sa bonne vue et son aura de pouvoir pour repérer les chefs ennemis et les abattre un à un. Arcturus s'élancent vers les troupes ennemies. C'est une vision assez étrange qu'ont les hommes d'armes suderons lorsqu'ils voient arriver sur leur gauche à vive allure un homme seul, revêtu d'une armure de dragon blanc. Arcturus a déjà déchargé une diffusion lumineuse de niveau 9, son sortilège de prédilection dans les batailles de masse. Il utilise le poiuvoir à chaque attaque et répète son sortilège à chaque tour.Il avance aisni inexorablement des le régiment ennemi devant des hommes désormais pris d'un terrible effroi. En deux minutes, 637 suderons sont à terre sous les coups des projectiles magiques se diffusant à une rapidité extraordinaire.

Plus loin sur le champ de bataille, Philippe sent dans son aura que 5 points de pouvoir viennent d'être utilisés. Interpellé, il fonce vers cette direction et découvre bientôt Herman dans une fâcheuse posture. Celui-ci est aux prises avec 4 généraux suderons équipés lourdement et disposant du pouvoir. Derrière eux se trouve un archer disposant d'une aura encore supérieure à celle des généraux. En l'observant Philippe découvre que c'est le chevalier du Capricorne. IL utilise un grand arc qu'il semble maîtriser à la perfection. Philippe fonce pour appuyer le roi de Baykor et le combats des grands guerriers débute en plein milieu du champ de bataille. Les points de pouvoir voltigent en tous sens et c'est avant tout un combat des auras les plus puissantes car le maître dans cet affrontement est celui qui peut ingérer ou contrer les autres. Hermann, bien que disposant de l'aura la plus puissante ne l'emporte pas dans cet affrontement. Il est déjà blessé et a perdu l'initiative lorsque Philippe intervient. Un combat bien périlleux s'engage pour les deux croisés.

Du côté des troupes de débarquement le combat s'enlise et Arcturus redouble d'efforts. Il abat des centaines d'adversaires dans une marche qui semble inexorable au milieu des rangs ennemis. Il rate bientôt une diffusion et c'est la ruée sur lui mais il déclenche aussitôt Durassel, son élémentaire lumineux et Anoss, son invocation magique de cobra royal. Il parvient donc à s'en sortir et à appeler thélpatiquement Philippe à l'aide de son collier magique pour s'informer sur sa situation. Il entend une voix de Phillippe prise par l'effort et qui lui crie: "Viens nous aider! Je suis avec Herman, ils sont nombreux!" Arcturus n'hésite pas et comprend que la situation est critique. Il se fraye un chemin à coups de diffusions lumineuses dans les rangs ennemis pour parvenir à la position indiquée par la grande bannière de Mélasurej. Lorsqu'il y parvient il découvre une surprenante scène. Philippe est aux prises avec les généraux tandis que Herman est étrangement agrippé par quelque chose d'invisible et aussitôt égorgé. Derrière, le capricorne a pris directement Arcrurus pour cible. Mais Philippe n'est pas dupe et distingue des hommes revêtus de capes de camouflage certainement magique au nombre de trois. Prtofitant d'une réfraction lumineuse de niveau 10 d'Arcturus sur les généraux Philippe s'interpose entre les assassins "invisibles" et Herman et parvient ainsi à protéger le roi de Baykor. L'archer suderon envoie des traits mortels vers Arcturus que celui-ci pare à chaque fois avec sa targe. Au prix d'un combat acharné les trois croisés parviennent à se défaire des généraux et des guerriers camouflés. La quantitié de pouvoir dépensée a été énorme pour chacun, Philippe et Herman en sortent sans plus aucun point de pouvoir sur eux. Il ne reste que le capircorne qui tire une dernière flèche venant se ficher dasn la targe du mage blanc. Arcturus neutralise le capricorne à l'aide d'une balle étourdissante de niveau 8, un sortilège parfois très utile. Arcturus et Philippe remontent sur le griffon pendant qu'Herman rejoint les lignes croisées à bride abattue. Le chef suderon est mis à l'abri sur les navires croisés et nos deux héros font un rapide constat de la situation. L'armée croisée est acculée et n'arrive pas à enfoncer les lignes suderonnes. Le débarquement se poursuit mais au compte-goutte supprimant ainsi l'écrasant avantage numérique dont devraient bénéficier les croisés.

Philippe qui a observé le débarquement désormais serein sur la rive gauche décide de partir avec le griffon pour exhorter la cavalerie à s'assembler rapidement et à remonter la rive jusqu'au pont qui une fois traversé permettra aux croisés de flanquer les suderons. Ce sont encore une fois des troupes délite qui s'assemblent en majorité avec 1000 hussards, les fameux cavaliers légers d'Ouestrie. Se mettent en selle aussi les quelques 500 chevaliers maintes fois victorieux de Fuxée et de Béarnie qui sont heureux de pouvoir combattre à nouveau directment sous les ordres de Philippe. QUelques 150 chevaliers noirs d'Aquistrie les accompagnent, de redoutables guerriers en armures de plates noires complètes et équipés de lance lourdes. Le reste est constitué, comme sur l'autre rive de soldats baykorés car on sait qu'Herman a tenu le plsu possible à mettre en avant ses troupes pour cette bataille. Philippe à la tête de 1500 cavaliers environ lance la charge et vient impacter dans les énormes contingents de cavalerie suderons. Pendant ce temps Arcturus est reparti à l'assaut des troupes ennemis et reprend son combat contre les 2000 hommes qu'il avait ciblé.

La bataille est intense et dure encore longtemps, les croisés ne réussissant décidément pas à faire la différence. Philippe frappe de tous côtés, enchainant les victimes. Il a vaincu à la fin du combat plus de 300 soldats ennemis. De son côté Arcturus est aidé par la chance et accable ses ennemis de puissance magique concentrée et diffusée. Lorsque les combats cessent, il a abattu plus de 3000 soldats ennemis...Car les croisés parviennent bientôt à reverser la balance et à enfoncer définitive7ment les rangs suderons. 4000 soldats tentent de se rendre mais vu la situation ils sont abattus dans l'instant. AL-Akria est prise. 11 000 croisés sont tombés pour la conquérir contre le double de soldats suderons. Ce sont environ 80 000 croisés qui investissent ensuite la ville dans le calme. Chacun siat que la croisade est loin d'être terminée et que la prise d'AL-Akria entraînera l'issue de la croisade.

Arcturus et Philippe interrogent le chevalier du capricorne qui est désormais réveillé et bien ligoté. Herman parvient à le faire parler et le capricorne décrit la situation de l'empire aztabanais. Le fils d'Al-Oualid, Nedjel, a hérité e l'empire. Il est assez jeune et sans grnade expérience. Il a acquis le pouvoir récemment à l'aide des membres du zodiaque. Il est néanmoins toujours accompagné par le chevalier du signe de la balance, un vieillard passé maître dans l'utilisation de la magie psychique. Les croisés apprennent que toutes les armées suderonnes de la zone convergent vers Al-Akria et qu'elles s'élèvent à environ 180 000 hommes! Les croisés sont donc toujours en situation de deux contre un. Mais ils sont dans AL-Akria, l'endroit où Arcturus a choisi de se battre en dernier recours.

Nous sommes fin avril. Philippe part comme à son habitude avec Jupiter afin de reconnaître la position des armées ennemies. Arcrturus utilise son temps pour préparer AL-Akria à une immense bataille. IL passe en revue le train d'artillerie, dispose ses garnisons et prévoit un plan spécifique pour la défense de la ville tournant majoritairement autour du grand bazar qui semblera l'endroit le plus faible d'Al-Akria pour les suderons. Arcturus décide d'utiliser cette faiblesse dans les défenses de la ville pour en faire une force et trnasforme le grand bazar en véritable coupe-gorge. Pendant ce temps Philippe trouve les armées ennemies et les suit puis rentre à Al-AKria. Toutes les forces convergent comme convenue et l'attente de l'armée ennemie peut commencer. Cette pression constante, les croisés y sont désormais habitués mais chaucun sent qu le prochain affrontement sera décisif et s'y prépare du mieux qu'il peut.

Le 13 mai 1176, les troupes suderonnes sont devant une AL-Akria fermée et adossée au fleuve Néhel. 160 000 muslims sont présents, menés par le nouvel empereur Nédjel.

Le capricorne affirme aux croisés qu'il plaidera en faveur de la trêve si il est libéré. Arcturus, après avoir sondé l'honnêteté du suderon accepte. Sûr d la froce de l'armée croisée et couvert de la réputation de batailles brillament gangées à chaque fois, Arcturus pense pouvoir éviter de livrer cette terrible bataille qui s'annonce. Il décide de jouer la diplomatie pour en finir avec la campagen et épargner le plus de vies médianes possibles. Il demande donc qu'on dresse un grand chapiteau muni du meilleur confort possible pour la rencontre des ambassades qui ne tardera pas à avoir lieu. 300 semi-ogre de Tark serviront d'escorte à l'ambassade croisée. Les rois médians remettent leurs volontés entre les mains d'Arcturus et celui-ci s'avance accompagné seulement de Philippe, Herman et leur prisonnier le capricorne. En face une petite escouade composée de Nedjel, le chevlaier de la balance et quelques gardes proches. C'est le chevalier de la balance qui s'exprime en premier et qui salue les croisés. Arcturus s'adresse directement à Nedjel et se présente comme celui qui a tué son père comme cela arrive lorsque les seigneurs se mettent en guerre. Les protagonistes s'installent sous le dais qui a été dressé et on sert aux chefs suderons des coupes d'eau glacée.

Arcturus en vient directement aux faits et déclare ne pas souhaiter la prochaine bataille et demande l'ouverture de négociations pour une trêve de la part des suderons. La balance et l'empereur écoutent les conditions d'Arcturus qui comportent deux points principaux. Premièrement, l'armée suderonne quitte le territoire du royaume de Mélasurej et promet de ne plus jamais y revenir. Deuxièmement, l'empire aztabanais doit rendre toutes les reliques qui ont été volées pendant les années précédentes au clergé de Médianie. Les suderons doivent enfin promettre de ne plus jamais s'attaquer aux possessions médianes ou à leurs dépendances.
Le chevalier de la balance, après y avoir réfléchi, demande en retour que les croisés promettent de ne pas étendre les limites du royaume de Mélasurej telles qu'elles avaient été fixées du temps de Tybérias I° comme le demande Arcturus. Il promet d'accéder aux conditions d'Arcturus et de tout mettre en oeuvre pour restituer les biens de l'Eglise médiane. En retour, Arcturus promet de libérer immédiatement les 4000 prisonniers qu'il détient encore à Nikopol. Les suderons se concertent quelques instants et décident de signer la trêve qu'Arcturus leur propose. Les sceaux sont apposés et les ambassadeurs se quittent en espérant ne plus jamais se revoir. Notre ambassade revient sous les portes d'Al-Akria le visage fermé. Arcturus ordonne la tenue d'un conseil immédiat. Dans un silence pesant il annonce le résultat de la négociation et déclare que la 4° croisade est terminée! Les rois en sont abasourdis et ne réalisent pas vraiment ce qu'est en train de leur dire Arcturus. Les suderons lèveront le camp dès le lendemain pour rentrer en Aztaban. Le royaume de Mélasurej est repris et la croisde est victorieuse. Les rois comprennent alors que leur entreprise est terminée et se félicitent mutuellement. Les cloches sonnent dans la ville. L'armée croisée est en liesse et s'apprête à une grande fête.

Le soir même Arcturus convoque un conseil qu'il annonce comme le dernier. Il souhaite discuter de l'avenir du royaume de Mléasurej en placant la réunion sous l'autorité du Haut Conseil croisé. On décide que le conseil peut d'ores et déjà élire le nouveau roi de Mélasurej puisque la plupart des participants à ce conseil sont eux mêmes des rois. Philippe prend la parole en premier et se prononce en faveur de son ami Arcturus, héritier par le sang et par le mérite pour avoir victorieusement mené à son but la croisade. Il est aussitôt suivi par Etienne de Rasmor ainsi que sept autres souverains. Trois votes sont blancs dont celi d'Herman, mécontent que la trêve soit déclarée après seulement une bataille pour lui. Arcturus se lève alors et déclare solennelement: "J'entend aujourd'hui le vote du conseil croisé en ce qui concerne le royaume de Mélasurej. J'accepte votre déicsion et accède aisni au trône de Mélasurej. Et je prend ma première décision officielement. Nous allons marcher jusqu'à Mélasurej où le roi sera couronné devant tous. Mais ce roi ce ne sera pas moi car mon destin m'appelle à servir d'abord en Médianie. Je considère avoir accompli mon devoir envers Tybérias I° mon ancêtre en reprenant le royaume croisé. Je confèrerai le pouvoir à l'homme que je juge le plus digne de gérer la situation ici, Etienne de Rasmor. Il s'est toujours montré loyal chevalier et habile politique et est apte à réunir ensemble le royaume de Mélasurej avec l'île de Khypris comme l'avait constitué Tybérias."
Le conseil se termine ainsi sous les yeux absourdis des rois en présence dont Etienne de Rasmor lui-même. Chacun se rerire pour méditer à tout ca et Arcturus ne peut s'emêcher de ressentir un vif pincement au coeur suite à cette décision car il abandonne son héritage, mais cette fois de son plein gré, après l'avoir reconquis les amres à la main. Il sent que quelque chose de plus grand le pousse, notamment sur la piste de Tybérias et du Saint-Graal qui il le sait le mènera tout droit vers les territoires maudits de Valgonie. Profondément médian, il sent que son rôle se trouve là-bas plutôt qu'en Orient et il ne désire pas non plsu gâcher la mémoire de son aïeul en étant un roi absent et toujours en aventure dans des terres éloignées. Le soir tombe enfin sur AL-Akria au soir de ce 15 mai 1176, une AL-Akria désormais pleinement libérée.
avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Primo le Sam 24 Mar - 14:39

Un repas suit le conseil des rois. Philippe, qui a eu son compte de réunions politiques, préfère aller en ville et profiter de l'ambiance pieuse et victorieuse qui règne dans les rues d'Al-Akria. Partout, des messes sont organisées et les manifestations de foi sont nombreuses. Elles se font en plein air puisque toutes les églises ont été rasées par Al-Oualid. Phillippe tente de se mêler discrètement aux croisés mais ceux-ci ne lui en laissent pas l'occasion et l'acclament dès qu'ils le voient. C'est passablement irrité qu'il rentre le soir pour se reposer.

Pendant ce temps Arcturus dîne avec les capitaines de l'expédition. Il donne des conseils à Etienne pour la gestion future du royaume et l'assure de son aide si le danger venait à réapparaître. Il écoute aussi les doléances du roi de Baykor qui préconise avant tout d'écraser définitivement les muslims avant de déclarer la croisade terminée. Arcturus sent bien la frustration du nordique et le calme en lui assurant que les batailles seront encore nombreuses tout autant que les théâtres d'opérations. Il souligne le fait que c'est une chance que les armées médianes soient encore nombreuses car il y aura bien d'autres occasions de mourir l'épée à la main. Après le dîner Arcturus annonce que les rois et les grands nobles feront dès demain le voyage vers Mélasurej afin d'entrer enfin dans la ville sainte. Il n'omet pas de demander que soient compilées toutes les données qui se trouvent dans la ville sur Tybérias et de les envoyer à Albia pour qu'il puisse les étudier plus tard au calme. Cette ville contient de nombreuses archives car c'est ici que s'installa Tybérias lorsqu'il devint roi de Mélasurej.

Le 16 mai, une nombreuse troupe composée des rois, ducs et barons ainsi que de Philippe et d'Arcturus se met en route vers Mélasurej. Le temps est radieux et même si tout le monde est armé en guerre, on ne sent plus la pression de chaque instant qui s'exerçait sur chaque croisé il y a bien peu de temps encore. Le voyage dure environ une semaine pendant laquelle Arcturus passe le plus clair de son temps en prière, sachant que son objectif est en passe d'être réalisé. Philippe, dont la piété a toujours été exemplaire accompagne bien souvent Arcturus et chevauche à ses côtés à la tête de l'expédition. Le 23 mai, la ville sainte est enfin en vue et la troupe montée atteint bientôt les portes qui sont grandes ouvertes. Chacun sent que ce moment est historique et s'apprête à le savourer.

Arcturus met pied à terre et dépose ses armes, afin d'entrer dans la ville non en homme de guerre, mais en fidèle de Tharès. Philippe fait de même. Voyant que les rois restent à cheval, Arcturus les tance et leur intime l'ordre de descendre au moins de cheval et de manifester un peu d'humilité en se présentant au saint-sépulcre. C'est à contre-coeur qu'ils finissent par s'éxécuter. La troupe traverse ainsi la ville et se dirige droit vers le Saint-Sépulcre. Celui-ci a été solidement muré par AL-Oualid et Arcturus ordonne aussitôt la démolition du mur. Il s'attèle lui-même à la tâche en commençant par enlever les blocs de pierre. La chose n'est guère aisée et cela semble devoir prendre du temps mais Philippe tombe à genoux et prie Tharès. Peu après, le solide mur commence à s'effriter de toutes parts et tombe en lambeaux! Le miracle est flagrant et chacun sent que Tharès est particulièrement présent. Arcturus entre le premier et tombe à genoux en prière. Phlippe qui l'a suivi tombe en larmes qu'il n'essaie point de retenir. Arcturus prie et remercie Tharès de lui avoir permis d'accomplir tout cela, conquérant à nouveau le saint-sépulcre et récupérant l'héritage de sa famille. Philippe continue pendant de longues minutes de pleurer déclarant avoir enfin recontré Tharès. Il fait voeu de chasteté afin de se concentrer entièrement à la chose spirituelle. Arcturus pour sa part fait solennelement le voeu de consacrer toute sa personne à "la civilisation de Tharès". Nos deux héros n'hésitent pas à utiliser le pouvoir afin d'augmenter leur foi. Philippe sent que son impulsivité disparaît à jamais pendant sa prière devant le tombeau du Rédempteur. Au bout de longues minutes les deux amis se relèvent et Arcturus prend Philippe par les épaules: "En vérité je te le dis, nous serons les protecteurs de la Médianie, au service de notre Seigneur. Tant que nous vivrons, nous porterons au plus haut les valeurs qui sont les notres." Ce à quoi Philippe répond d'un air déterminé: "Avec toi à jamais mon frère".
Après cette scène très intense les médians s'approprient la ville et nos deux héros s'installent provisoirement dans le palais de Mélasurej. Arcturus déclare que le couronnement du nouveau roi des tharèsiens en Orient aura lieu le lendemain. Comme il l'a fait à Al-Akria, il demande que soient compilées toutes les données sur Tybérias pour les envoyer à Albia. Il envoie aussi Jupiter, le griffon blanc qui a si bien servi l'équipe afin de le retrouver en Médianie car nos deux héros comptent rentrer en utilisant la téléportation.

Pendant la nuit, nos deux amis font des songes qui leur sont inspirés par Tharès. Arcturus rencontre Tybérias, élevé au rang de dieu, accompagné de Saint Iago, le patron des mages. Arcturus tombe en larmes et à genoux, écrasé par le choc qu'il ressent de cette recontre. Tybérias le relève tendrement et lui déclare qu'il est fier de lui et de son oeuvre. Néanmoins il l'avertit de nombreux dangers. En effet, Tybérias à la fin de sa vie partit pour les enfers afin d'affronter l'Absarès, la manifestation terrestre d'Absalem. Il y laissa la vie mais parvint à enchaîner le démon en Valgonie, dans un endroit des plus difficiles d'accès. Il prévient Arcturus que de sombres forces sont à l'oeuvre afin de libérer l'Absarès pour parvenir enfin à ruiner l'empire de Tharès. Arcturus est mandaté pour empêcher cela et il est confirmé dans son voeu d'être le protecteur des médians. Tybérias finit par recommander à Arcturus de se rendre au plus vite à Fux, chez Philippe, où son père Robert se meurt et où se trame un sinistre complot.

Pendant ce temps, Philippe fait lui aussi un songe où il rencontre saint Timothée, le patron des guerriers, qui lui déclare qu'il sera dorénavant avec lui dans chacun de ses combats pour la foi. Il le met notamment en garde contre les lycans et les vampires qui ne manqueront pas de se mettre sur sa route. Philippe, en chevalier, reçoit tous ces commandements et jure d'honorer les dieux tant que durera sa vie.

Au petit matin, nos deux amis se retrouvent et comprennent rapidement que l'un et l'autre ont vécu le même genre d'expérience durant la nuit. Mais ils n'ont pas le temps de discuter plus avant car c'est l'heure de se réunir dans le palais afin de proclamer le couronnement d'Etienne de Rasmor. C'est Arcturus qui en tant que capitaine de l'expédition et dépositaire de la couronne de Mélasurej préside la cérémonie. Il loue Tharès encore une fois pour le succès spectaculaire des opérations. Il fait ensuite venir Etienne de Rasmor qui se met à genoux afin de recevoir l'onction royale. Arcturus lui appose la couronne sur la tête et lui demande de se faire reconnaître. Rasmor se lève et ne cache pas sa joie ce qui choque Arcturus. En effet il l'avait choisi non seulement pour sa connaissance de l'Orient mais surtout pour son humilité lorsque celui-ci se trouvait sous le joug d'Al-Oualid. Il a désormais face à lui un roi au bord de l'orgueil. Néanmoins la cérémonie continue de se dérouler et Arcturus et Philippe y tiennent bonne place. La réception qui suit est l'occasion pour Arcturus de s'informer auprès de chaque roi sur ses projets futurs et de conseiller la solidarité médiane avant tout. Il s'entretient particulièrement avec Etienne de Rasmor qui lui propose benoitement de devenir son archimage!

Arcturus n'en revient pas, et répond sèchement que si il le désirait ce serait lui qui règnerait à Mélasurej et qu'Etienne ne devient roi que par sa volonté. Cela n'entâche pas la bonne humeur de Rasmor qui n'a même pas l'air de comprendre combien sont irrespectueux et déplacés ses propos. Arcturus en est totalement harassé et calcule que l'intelligence du nouveau roi est plus que douteuse. Il s'apprête néanmoins à quitter les lieux au plus vite. Philippe n'a rien contre, lui qui ne goûte que très peu les réunions mondaines. Nos deux amis saluent donc l'assistance et se téléportent vers le Nord, vers la Médianie, et plus précisément le duché de Fuxée.

avatar
Primo
Archange
Archange

Messages : 409
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum