présentation des PJ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

présentation des PJ

Message  MJ des MJ le Dim 6 Mar - 20:27

Présentation des PJ d'In Nomine Domini

_________________
"La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d'homme" Albert Camus
avatar
MJ des MJ
MJ des MJ
MJ des MJ

Messages : 1753
Age : 31

http://azurhyan.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Fleur de Lasus

Message  Fleur le Mer 9 Mar - 19:55

Fleur de Lasus

              Fleur est née du paisible Baron Philippe de Lasus, un humain de petite noblesse, petite noblesse mais noblesse tout de même. Nul ne peut dire depuis quand les Lasus sont nobles. Les archives ont brûlé deux siècles auparavant. La lignée est en tout cas ancienne. Cette famille a surtout donné des guerriers et ne s’est que trop peu impliquée en politique.

Bon combattant, Philippe de Lasus a brillé dans sa jeunesse dans les tournois, ce qui lui a permis de tenir à flot sa baronnie. Il s’est réformé, par conviction, déplorant les mœurs dissolues du Pape, mais aussi pour suivre son suzerain. Et il a épousé une très belle Elfe, Réformée tolérante, fille d’un riche marchand drapier. Mais, comme toute famille de petit lignage, il est lassé de ces guerres religieuses, il a le sentiment que les grandes familles utilisent les petits lignages comme de la piétaille, bonne à sacrifier, et il estime que ce sont les familles modestes comme lui qui ont le plus à perdre. Il n’aspire qu’à la paix et à la tolérance, et il réprouve les massacres perpétrés de part et d’autres. Pour cette raison, et davantage encore après l’agression de Fleur, il déteste les Albiens ultras.

Il gère avec sagesse sa terre et sa famille. Mais âgé de 65 ans, il est conscient qu’il ne pourra plus veiller très longtemps sur ses enfants, demi-elfes, en particulier sa fille Fleur, et cela le préoccupe de plus en plus. Ce n’est pourtant pas faute de lui avoir présenté des prétendants, attirés par sa beauté et sa noblesse, depuis qu’elle est en âge de se marier : des Elfes marchands, des humains de petite noblesse, des officiers, des chevaliers... Mais la belle Fleur s’est obstinée à refuser poliment leur demande, rêvant d’un mari capable de la comprendre et de l’aimer. En père aimant, le baron n’a pas eu le cœur à la contraindre, conscient qu’elle devrait, une fois mariée, rester fidèle à son époux, alors qu’elle est appelée à vivre et conserver sa jeunesse plus longtemps qu’une humaine. Il ferme donc les yeux sur ses « égarements » occasionnels, ne prêtant pas foi aux rumeurs qui circulent sur son compte, et depuis une vingtaine d’années, il est épaulé de plus en plus par sa fille qui lui sert de diplomate.

Financièrement, sa baronnie est un petit domaine, qu'il gère avec prudence. On ne dort pas sur la paille, on vit correctement pour des nobles ; mais le baron se doit d'être prudent : son budget passe avant tout dans l'entretien du domaine, de ses troupes, les besoins essentiels de sa famille, et bien sûr l'éducation de ses deux enfants. Son fils est adoubé et a eu la chance d’intégrer l’ordre des chevaliers de la Rose. Sa fille a bénéficié des enseignements d’un bon précepteur, qui est aussi son chapelain, et en père prévoyant, il a constitué une dot. Son château datant des croisades, fut érigé par le héros de la famille, Nortimer de Lasus, auteur présumé de leur devise, au moment où la lignée fut élevée en baronnie, en récompense de sa bravoure lors d’une croisade, dit-on. On sait par un acte de cette époque, en partie brûlé, que c’est bien Nortimer de Lasus le premier baron, mais la fin du document est illisible. Certes, ce château n'est pas tapissé d’œuvres d'art, mais reste une demeure noble, avec tout de même de belles tentures de son épouse, un beau mobilier, un blason et une devise, « digne jusqu’à la mort » - « usque ad mortem, dignus » -, rappelés régulièrement dans la maçonnerie.  

La mère de Fleur, Filendilë, est une Elfe de très grande beauté, fille d’un riche tailleur, elle-même tailleuse talentueuse. Aussi, lorsqu'on vient à la baronnie de Lasus, certes c'est un petit domaine, mais les visiteurs peuvent être surpris par la qualité de leur garde-robe, en contraste avec le peu d’œuvres d'art et l’ancienneté du château, demeurant obstinément médiéval. Ses parents ont conservé de bons rapports avec l’oncle de Fleur, Finrod, qui gère les boutiques et ateliers à Noyd, en Enorh, dans le Sud du royaume, dont sa mère devait normalement hériter. Mais il ne leur rend visite que rarement, une fois par décade.

Du haut de ses 166 ans, elle conserve un visage jeune, d’une vingtaine d’années, aux traits angéliques et tire une grande sagesse de sa longue vie, craignant secrètement, chaque jour un peu plus, le départ inexorable de son cher époux. Elle veille avec bienveillance et grâce sur sa famille, pourtant née d’un mariage arrangé. Mais elle s’est vite attaché à son noble époux, touchée par son courage, sa sagesse et son esprit vif. Seule ombre à leur bonheur. La baronne n’est parvenue à donner à son époux que deux enfants parvenus à l’âge adulte, ayant eu à déplorer le décès en bas âge de deux autres enfants et des fausses couches.

Son petit frère, Guilhem de Lasus, beau jeune homme, les cheveux blonds courts bouclés formant une couronne frangée, demi-elfe trahi par ses oreilles pointues, orgueilleux, sanguin, était autrefois un joyeux luron, qui causait bien du tracas à sa famille. Mais l’agression de sa sœur l’a profondément marqué. En entrant dans l’ordre de la Rose, il a acquis une discipline de fer, une sévérité qu’il s’impose en toutes circonstances. Fort heureusement, il a su conserver sa jovialité, son humour et son énergie débordante. Plutôt grand et élancé, chevalier de la Rose, il est tenu, comme ses pairs, par un vœu de chasteté, et a un grand sens de l’honneur. Guilhem déteste tout particulièrement que l’on s’en prenne aux plus faibles, surtout aux femmes. Il peine pour le moment à briller parmi ses pairs, mais leur supérieur a senti son Pouvoir et sait que le jeune Lasus, promis à une vie plus longue, deviendra un jour un combattant plus brillant que ses camarades humains. Et son esprit fin n’a échappé à personne. Comme ses pairs, Guilhem a une grande admiration pour Hector d’Escolan, qui constitue pour lui un exemple à suivre ; sa mort brutale en 1532, lors du massacre de Châdim, l’a profondément indigné.

Réformé convaincu, Guilhem considère que les Albiens se complaisent dans l’erreur, mais certains de ses camarades et amis, dans son ordre, sont des Albiens. Et, en tant que chevalier de la Rose, il a appris à modérer ses ardeurs. Il déteste surtout les Albiens ultras et les Ligueurs. Il conserve une haine farouche contre la famille de Robert de Malfosse, un Albien ultra qui a défiguré sa sœur, et s’il trouve une occasion de leur nuire, à la faveur de la guerre des barons, qui s’est déclenchée en 1544 en Dimannor dans le nord de Felxir, il n’hésitera pas le faire.  

Guilhem se montre aimant et protecteur envers sa famille ; il en devient parfois très sévère, envers son père, à qui il reproche d’être trop indulgent avec Fleur et de la laisser imprudemment errer sur les routes même si elle ne voyage pas seule, mais surtout envers sa sœur à qui il reproche ses égarements indignes d’une jeune femme de son rang et de n’être pas encore mariée, au désespoir de leurs parents. Au fond, lui aussi souhaiterait savoir Fleur entre de bonnes mains. Très intelligent, perspicace, méfiant, il cerne bien les gens et ne se laisse pas abuser aisément.  

Chevalier errant, il est trop conscient des dangers qui rôdent. Alors, à défaut de pouvoir protéger sa sœur personnellement, il a contribué à la former aux armes, et vérifie ses progrès lorsqu'ils se voient ; c'est aussi un moment de complicité fraternelle qu'ils apprécient. Il a même suggéré à sa sœur de devenir ambidextre et d'utiliser une deuxième lame. Cependant, Fleur déteste lorsqu’ il lui répète : "Tu es douée, c'est vrai, mais tu ne seras jamais aussi forte qu'un homme". Lorsqu'il est en mission, il redoute toujours de recevoir une missive de ses parents lui annonçant qu'il est arrivé malheur à sa sœur. Chevalier dans toute sa splendeur, il se bat en armure, à l'épée bâtarde, et muni d’un bouclier. Mais il porte rarement un heaume, officiellement parce qu’il aime parader, officieusement car il déteste perdre sa cible des yeux. Myope, il a une mauvaise vue.

C’est donc dans cette famille aimante et soudée qu’a grandi la belle Fleur de Lasus, l’ainée de la fratrie. Elle a deux ans de plus que Guilhem. Son visage angélique aux oreilles pointues n’a rien à envier à son corps svelte et souple. Son œil droit est caché par un bandage, orné de roses brodées par sa mère. Comme toutes les jeunes femmes à marier, elle porte ses longs cheveux blond clair détachés le plus souvent. C’est une Réformée modérée, pratiquante, qui prône surtout la tolérance, comme le lui a inculqué son père. Insouciante, audacieuse enfant, elle s’est amusée de sa ressemblance troublante avec la baronne, dont elle a hérité la beauté, hormis ses yeux bleus qui rappellent ceux de son père. En raison de l’apparence jeune de sa mère, certains visiteurs ont pu prendre la baronne pour sa sœur. Un jour qu’un jeune coursier humain de son oncle s’est présenté au château, le malheureux a aperçu en premier lieu la jeune Fleur qui, d’humeur narquoise, s’est faite passer pour sa mère. Le pauvre, troublé, fut finalement détrompé lorsque ses parents sont apparus à leur tour. Cela lui valut des remontrances de ses parents, et en particulier de sa mère qui lui reprocha son manque de prévenance envers leur visiteur. Peu de temps après, un état de santé inquiétant de son père la poussa à quitter le château et elle parvint, malgré les protestations de son frère, à convaincre le baron de lui donner sa chance en tant que diplomate. Elle ne part jamais seule et peu de temps, mais son père forme son héritière à diriger la baronnie. Servant son père depuis une vingtaine d’années, elle a depuis bien mûri et a perdu son insouciance.

Dix ans auparavant, elle a connu une première fois l’amour, le seul nom qu’elle donna à ses parents : Robert de Malfosse. Le jeune homme était d’un rang tout à fait honorable. Mais à sa grande déception, tous lui opposèrent un refus catégorique car c’est un Albien ultra. Ce fut la seule fois où cette famille unie fut traversée de sérieuses querelles et Fleur, par amour pour les siens, renonça à son projet. En réalité, sa famille avait d’autres raisons de s’opposer à cette union. D’inquiétantes rumeurs circulaient sur le jeune homme, des indices dépeignant un comportement irrationnel.

Lorsque Fleur l’a revu pour lui signifier son refus, le jeune homme, par vengeance envers elle et sa famille, l'a piégée et a voulu la défigurer. Il lui a crevé l’œil, et s'est enfui, la laissant pour morte. C'est son frère qui, pressentant un mauvais tour, est parti à sa recherche et l'a retrouvée. Par la suite, elle a appris ce que son frère, et son père, savaient déjà, que des rumeurs inquiétantes circulaient sur le jeune homme, outre ses égarements religieux.

Mais l’affaire ne s’est pas arrêtée là. Le baron de Lasus, hors de lui, a réclamé justice. Le garçon a été retrouvé et les deux familles se sont expliquées devant leur suzerain en commun, le duc Christian von Gildwin, tandis que Guilhem veillait sur sa sœur en convalescence. Les Lasus, soutenus par le comte d’Enro, voulaient sa mort. L'autre famille a plaidé pour sa défense. Finalement, il a été banni, et les Lasus ont le droit de l'occire s'il réapparait un jour dans le duché. L'affaire a fait beaucoup de bruit, mais elle a ensuite été étouffée à la demande des Malfosse. Dix ans plus tard, les gens se souviennent de l'affaire mais ne savent plus quelles familles étaient impliquées. Avec le déclenchement de la guerre des barons et la mort du duc, des bruits inquiétants sont parvenues aux oreilles de Philippe de Lasus. Le criminel serait de retour, tapi dans l’ombre, protégé par sa famille. Mais il n’en a pas parlé à ses enfants : pas à Fleur pour ne pas l’effrayer, car même si elle ne l’avouera pas, même dix ans après elle a toujours peur de le revoir, mais surtout pas à son fils. Guilhem est encore trop impulsif et le baron le sait fort bien.  

Après cette dure épreuve, Fleur a continué à gérer la baronnie. Alors qu’elle était restée chaste jusque-là, elle s'est depuis accordée des égarements d'une nuit, occasionnellement, peut-être pour oublier cet amour déçu, ne voulant plus entendre parler de mariage, et persuadée qu’aucun homme s’éprendrait d’une femme mutilée. Ses charmes se sont souvent révélés fort utiles pour obtenir des informations, et puis, elle ne boude pas son plaisir. En son for intérieur, Fleur culpabilise de contrarier ses parents en refusant leurs prétendants mais elle se sait sentimentale. Au fond, elle n'a pas renoncé totalement à l'amour et rêve de trouver quelqu'un capable de l'accepter telle qu'elle est. Elle est devenue toutefois plus méfiante, et n'entend pas accorder pas son cœur au premier venu. Ambitieuse, elle aimerait se faire un nom et devenir une redoutable diplomate, ce qui, l’espère-t-elle, ne sera pas incompatible avec l’amour.

Contrairement à ce que prétend son orgueilleux petit frère qui ne se prive pas pour lui lancer à la face son vœu de chasteté, elle est très loyale envers sa famille et tient à ne pas entacher son honneur par de trop fréquentes incartades. Mais elle n’est pas dupe des rumeurs qui circulent à son sujet. Peu douée pour les travaux d’aiguille, ce qui déconcerte sa talentueuse mère, elle aime en revanche la danse, et a appris peu à peu à utiliser ses charmes. Elle s’intéresse de plus en plus à l’art de la guerre et de la diplomatie.


De gueules semé d'étoiles d'argent à l'épée brochant du même.


Dernière édition par Fleur le Lun 27 Juin - 1:41, édité 6 fois
avatar
Fleur
Elu
Elu

Messages : 80
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas

Niscarvin le baladin

Message  Nagosil le Mer 9 Mar - 23:28

Salutation gentes dames et damoiseaux.
Permettez que je me présente : Niscarvin le Baladin. Pour vous servir, et vous divertir.

Niscarvin : blagueur mais intellectuel, bretteur au fleuret et à la rapière, drogué à la morphine, chirurgien et petites mains.

Mon passé reste caché, mais pour vous, homme du forum, je puis le dévoiler :
Niccolo Sanseverino est né dans une famille de commerçants spécialisés en produits de luxe et ingrédients magiques (voire objets magiques). C’est donc une famille assez riche. Bien que d’origine Istalienne, cette famille (notamment la branche dont est issue Niccolo) est très bien implanté en Felxir. La mère de Niccolo est d’ailleurs Felxiroise.
Niccolo a reçu une éducation de bonne qualité. Il a appris à lire, écrire, compter, ainsi que les rudiments du commerce et des notions de base pour identifier les ingrédients magiques. On lui a également enseigné les bases de l’escrime et du combat, que toute personne étant amenée à voyager sur les routes d’Azurhyàn doit connaitre.
Etant l’aîné de sa famille et le seul homme de sa fratrie (il a 4 sœurs, toutes plus jeunes que lui), il était sensé reprendre le commerce paternel. Mais l’économie de l’intéresse absolument pas. Il n’aime pas l’idée de vendre cher ce qui a été acheté à bas prix (idéal : Charité). Et puis c’était un sale gosse qui n’en faisait qu’à sa tête.
Niccolo a ainsi fugué à l’âge de 15 ans, au cours d’un voyage, en rejoignant secrètement une troupe de saltimbanque felxiroise. Il s’est présenté comme s’appelant Sévère Lemarchand aux saltimbanques. Malgré les efforts déployés par son paternel, il ne fut pas retrouvé.
Avec ses amis saltimbanques, il prit un nom de scène : Monsieur Du Rougemoulin (parfois sans la particule). La troupe elle-même se faisait appelé : les Polichinelles du Petit Chenil (des petits chiens savants étaient la grande vedette de la troupe).
Un jour la troupe s’est faite accuser de vol et s’est faite casser la gueule. Il y eu même quelques morts. Rougemoulin est devenu l’habeux du groupe (suite au décès du précédent). Il était salement amoché et a dû prendre de bonnes doses de morphée pour supporter la douleur et essayer de remonter la troupe (soigner les autres, rafistoler le matériel, etc.).
Encore aujourd’hui il ne peut se passer d’une dose de morphée régulière, sans quoi ses douleurs reviennent.
Sa volonté de remonté la troupe l’on fait surnommé Polichinelle par ses camarades. Finalement, après quelques morts d’une mauvaise grippe, la troupe fut définitivement dissoute et chacun (les quelques restants) parti de son côté. Polichinelle Du Rougemoulin changea encore de nom quand il se retrouva seul (pour tourner symboliquement la page) pour se faire appeler Niscarvin le baladin.
Actuellement, Niscarvin va de village en village se faire offrir l’hospitalité contre des légendes racontées avec beaucoup d’humour et de gestuelle. Il colporte également des informations, soigne les pauvres gens quand il en a l’occasion et fait la barbe à ceux qui le demandent.
La honte de sa fugue et la peur que sa véritable identité soit découverte un jour le hante. Il ne sait pas comment réagirai son père, ni quel effet cela aurait sur la réputation de sa famille. Il évite soigneusement d’obtenir des informations sur ce qu’est devenue sa famille.
Pour se défendre contre d’éventuels ennemis, il manie une rapière nommée Patte Blanche et un fleuret nommé Pataquès (en main gauche).
avatar
Nagosil
Séraphin
Séraphin

Messages : 273
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Arnolphe Grosjean

Message  Beb's le Lun 14 Mar - 15:53

Felxirois de 25 ans. Il appartient à une famille de modeste marchands de la ville de Néac. Spécialisé dans la vente d'alcool de pomme, sa famille réussi grâce à beaucoup de chance et d'habiles transactions à s'embourgeoiser.
Arnolphe est le second fils de la famille Grosjean. Il s'engage jeune dans l'armée du comte du Sodavlac où il apprend la maîtrise de l'arc. Il participe à la guerre des barons, il a alors 22 ans
Pendant ce conflit, sa famille connait un drame. En déplacement pour affaires le frère aîné d'Arnolphe, des ultra-albiens tendent une embuscade et le tuent. Proche de son frère il jure en son cœur de faire payer les responsables.
Etant le deuxième fils de la famille, ces parents le poussent à quitter l'armée pour le former au commerce et reprendre l'affaire parentale. Peu doué et pas très intelligent il s’intéresse peu à ces choses-là.
Depuis son retour dans la famille il a développé un rapport pathologique à la nourriture sûrement dû aux conditions de vie extrême menées lors des campagnes militaires. Il prend du poids régulièrement et devient obèse.
Il préfère partir du foyer familiale. Il laisse ses deux petites sœurs, qu'il estime plus intelligente que lui pour gérer les affaires de la famille. Elles ont en effet reçu une éducation contrairement à lui qui a pris les armes
Il s'engage dans le corps des gardes-champêtres du comté d'Enro. Il se forme à la chasse et à la survie en forêt. Il rencontre le comte au détours d'une chasse organisé par celui-ci. Le comte décèle en lui le pouvoir. Il le convainc de travailler pour lui en tant que membre de sa garde et lui apprend à maîtriser le pouvoir.
C'est un homme plutôt motivé avec une bonne acuité sensorielle, mais peu instruit et positivement laid. Il n’arrête pas de manger, il n’arrête pas de parler de manger.

Il a récemment fait l'acquisition d'un cheval. Il est très satisfait de son cheval qu'il a appelé Cantal comme le fromage.

Son destin? Peut-être créer une fromagerie.

Ses phrases préferés: "Mais c'est qui Fortuné?"
                                     "J'ai un ch'val il s'appelle Cantal comme le fromage"
                                     "J'dois avoir un saucisson qui traîne"


"Je n'y comprend goutte à ces histoires"
avatar
Beb's
Acolyte
Acolyte

Messages : 27
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation des PJ

Message  Fleur le Mar 15 Mar - 0:19

Excellents vos backgrounds !!

    J'ai lu ça avec plaisir, et ça éclaire la joueuse sur certains points ! Y a -t-il des choses que vous voulez que je rajoute dans l'historique, au moment de leur rencontre ?
    J'adore les phrases préférées d'Arnolphe !
avatar
Fleur
Elu
Elu

Messages : 80
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation des PJ

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum